Aller au contenu

supprimer la publicité

Toute l’activité

Ce flux se met à jour automatiquement     

  1. Aujourd’hui
  2. Hier
  3. Ces vérités qui dérangent

    Le problème ne vient pas des diffuseurs Steeve....car les diffuseurs sont liés au très grosses boites de production, quand ils ne sont pas des filiales ! Les diffuseurs prennent les risques financiers, et ce sont eux qui supportent les coûts de promotion pour leurs salles. Et les sociétés de production qui ne financent leurs films que si elles ont 100% de subventions, n'ont aucun intérêt à investir dans de la promo. Heureusement il y a le réseau des salles Art et Essai....qui assure le quota légal... Le prods françaises prennent leur 10 à 20% sur le budget récolté par le CNC et autres subventions pour la prod d'exé et l'admin. Elles payent les techniciens et comédiens au minimum syndical pour préserver ou augmenter leurs marges, et comme elles n'ont rien investi dans le film, que le film fasse un petit bide ou un gros... De leurs cotés les diffuseurs doivent acheter les films pour les diffuser !! Et les contrats qu'ils ont avec les grands studios ne leur laissent que l'espace obligatoire minimum légal pour les diffusions françaises... Alors comment leur en vouloir aussi... Godard disait : _ " je devrais être financé par le CNRS, pas par le CNC, je ne fais pas des films pour le commerce, je fais de la recherche pour faire avancer le cinéma." ---- Personnellement Steeve, je cherche à produire mon prochain film depuis plus de 2 ans, et je ne trouve pas de co-producteur français, alors qu'un producteur étranger apporte 70% du budget. Pourquoi ? => Les qualités du scénario ne sont même pas un enjeux. Les prods me disent juste qu'à 30% d'un film sans comédiens connus, un réal inconnu, c'est pas rentable. Je leur demande juste de puiser dans leur ligne de crédit CNC... de lire mon scénar, de me le jeter à la gueule en disant qu'il est nul ! Mais non, ils me disent qu'il est bon, mais que c'est pas rentable. Mon dernier moyen métrage à pourtant obtenu 15 prix dans 9 pays et 21 sélections (USA, UK, Japon, Brésil, Corée, Allemagne, Italie)... Je suis prêt à coucher avec un ours (mal ou femelle) pour faire mon film (ou avec tout autre animal sauvage si besoin).
  4. Ces vérités qui dérangent

    je suis pas d'accord avec ça Francis...faut quand même pas oublier que biens des films "non rentables", je pense aux films a petits ou moyens budgets (sauce bobos y compris), n'ont que peu de budget promotionnel et qu'ils sont très vites écartés des grands réseaux de distribution (quand ils ont là chance d'y être) dès qu'ils ne démarrent pas par des fortes entrées. Le système de distribution des films fait tout pour favoriser les affiches avec acteurs dit bankable (alors que dans les faits un film sur deux avec des têtes d'affiches ne va pas à l'équilibre).
  5. Ces vérités qui dérangent

    Je pense que ces articles montrent justement que si les films français ne sont pas rentables, c'est qu'ils n'intéressent tout simplement pas le public, c'est là le problème principal. L'objet n'est pas qu'ils soient absolument rentables, mais qu'on donne plus de chance à de jeunes réals, au cinéma de genre, thriller, polars, épouvantes, sf...etc et pas seulement des "téléfilms pour le ciné" qui racontent la vie quotidienne de bobos parisiens, de paysans caricaturés à la sauce bobos, de drames sociaux en lien avec l'actu et les bons sentiments... Un cinéma beau, avec aussi de très belles images.
  6. Ces vérités qui dérangent

    Personnellement, ce qui me gène, c'est que le CNC est tellement excédentaire qu'il devrait en fait ratisser beaucoup plus large que le film d'auteur chiant que personne ne voit, et la comédie pas drôle mais avec des comédiens bankable... mais qui ne marchent pas non plus. Et le CNC devrait investir et non subventionner. Beaucoup de films dit "de genre" ne trouvent pas de financement, et serait d'ailleurs non-rentable sur le territoire français comme les autres... mais aurait l'avantage de se vendre à l'étranger car souvent tourné en anglais, contrairement aux films parisiens qui se regardent le nombril. Ca permettrait de vraiment faire connaitre le pays et ses faiseurs. Un film, s'il n'est pas vu, ne sert a rien, autant qu'une œuvre d'art si elle n'est pas vu, ne sert a rien. Il y a un monde entre le fonctionnement d'hollywood et le fonctionnement du cinéma français. Ne penser qu'il n'y a que les deux et rien au milieu c'est extrêmement réducteur. Déja, si on pouvait ajouter a notre palette des oeuvres comme les films coréen ou espagnols ca serait un bon début.
  7. Ces vérités qui dérangent

    Bonjour Christian, ce qui me gène dans ton post c'est que tu n' extraies que des arguments à charge (sur un article de 2013, depuis la loi de financement est plus équilibrée et fait moins la part belle aux acteurs surpayés, ou bien franchement démagogiques comme les post de professionnels du commentaire gratuit (on es pas sur un plateau de télé de ruquier ). Et puis tes sources c'est le figaro, bfm business , contrepoint etc.....enfin bref que des libéraux pur jus ou la bonne droite à papa ! toi t'en penses quoi au juste ?
  8. Tilta Nucleus-M wireless follow focus

    Salut Vincent, je toujours intéressé par une évaluation de la bête...........merci !
  9. La dernière semaine
  10. Ces vérités qui dérangent

    Hello. Si je peux me permettre je ne suis pas forcément d'accord avec ces accusations contre un système qui a permis depuis plus d'un demi siècle de produire des films que le monde entier nous a envié et qui a forgé une culture visuelle jamais dépassée dans le monde, proposant des artistes aussi inaccessibles que populaires de pouvoir faire leurs films. Par pitié, que le cinéma Français ne devienne pas comme le cinéma americain où la rentabilité est le seul mot d'ordre pour justifier la production ou pas d'un film. Le début de ce post fait froid dans le dos. Pouvoir protéger le cinéma d'auteur en le rendant indépendant, voici la vocation de ce système. Qu'il soit désuet ou pervertis est un fait, mais c'est là le sort de tout grand empire ou société. Ne tombons pas dans le piège si facile de renier si lâchement notre système de production qui a fonctionné si longtemps pour dire amen à un système capitaliste qui ne fait que broyer l'art. Prenez un temps pour réfléchir et réinventer quelque chose en dehors de la rentabilité, avec le sens de l'esprit commun pour faire des films meilleurs avant des films rentables qui ne vont que trop rarement voir jamais ensemble. De très bons artistes font des films aujourd'hui grâce à ce système, Albert Serra, Virgil Vernier pour n'en citer que deux très différents....
  11. Ces vérités qui dérangent

    Un article intéressant passé inaperçu... enfin presque. Pour celles et ceux qui ne l' ont pas lu en voici quelques extraits : " [...] Des producteurs qui ne prennent aucun risque financier, pour produire des films qui ne seront vus que par une poignée de spectateurs et qui ne seront jamais rentables... [...] il existait déjà une poignée d'études critiques -certaines restées secrètes- qui avaient pointé les travers du système [...] la grande majorité des films français produits font un bide: en 2010, 60% ont été vus par moins de 50 000 spectateurs. Plus préoccupant: ce taux est en forte hausse [...] les producteurs indépendants "disposent de mécanismes sécurisant leurs avances en trésorerie. De fait, ils ne courent aucun risque financier, l’aide publique venant en lieu et place du capital". [...] Résultat: le producteur "voit dans la très grande majorité des cas le film financé en intégralité avant sa sortie en salles".[...] Des avances jamais remboursées [...] le CNC ne revoit quasiment jamais la couleur de son argent: selon le rapport de l’Inspection des finances, l’avance n’est "effectivement remboursée qu’à hauteur de 10% à 12%". Explication probable: la plupart des films qui bénéficient de cette avance ne sont pas rentables... [...] l'Inspection des finances puis la Cour des comptes ont démontré que la grande majorité des subventions est constituée d'argent public. Ces aides peuvent représenter jusqu'à 60% du budget d'un film. [...]" http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/financement-cinema-francais-verites-derangent-415996.html D' autres articles intéressants : "[...] Un système verrouillé en France [...] En France, par exemple, pour faire un film il faut faire partie du réseau.[...] Il faut connaître une personnalité établie dans le système (“la grande famille du cinéma”), pour être coopté, sinon on reste devant la porte.[...]" https://boostyourfilm.com/fr/et-si-boostyourfilm-proposait-sa-vision-du-cinema-independant/ "[...] En 2015, les subventions du CNC se sont élevées à 765 millions d’euros. Sur dix ans, cela fait 7,65 milliards d’euros qui sont en bonne partie jeter dans un trou sans fond.[...]" http://lebonsalon.com/sondage-subventions-cinema-francais/ "[...] Cinéma français : 90 % des films ne sont pas rentables[...] L'an dernier, le déficit cumulé a atteint 400 millions d'euros. [...]" http://www.lefigaro.fr/cinema/2014/01/08/03002-20140108ARTFIG00429-90-des-films-francais-ne-sont-pas-rentables.php "[...] Nous savons bien qu’en écrivant ces lignes nous nous aliénons par définition tous ceux qui vivent du système ou y participent indirectement par leur complaisance.[...] Les films français sont aujourd’hui presque tous produits grâce à un préfinancement à 100% des frais.[...] Mutualisation des pertes et privatisation des bénéfices… cela rappelle précisément ce que l’on a beaucoup reproché aux banques au plus fort de la crise financière ! [...] La déconnexion quasi-totale d’avec le marché favorise des formes nombrilistes d’art, un fonctionnement autarcique et auto-référentiel. [...] Les pouvoirs publics, de façon générale, doivent cesser de justifier par « l’exception culturelle » ce qui n’est au fond qu’une abdication face à des lobbies défendant leurs rentes. [...]" https://www.contrepoints.org/2016/05/13/238706-soutien-public-au-cinema-francais-lanalyse-interdite La question est de savoir s' il s' agit là de la partie émergée de l'iceberg, car en effet selon toute vraisemblance il y a comme qui dirait un petit groupe de producteurs, mais aussi d' autres intervenants, somme toute un petit groupe de " copains", qui connaissent tellement bien les rouages du système qu' ils savent comment passer au travers et en abuser en toute tranquilité. Ou bien s' agit-il en fait d' un " Cinéma Français" artistiquement à bout de souffle qui est formaté et qui ne se réinvente plus; et qui doit son seul salut à l' argent publique. Voici quelques réactions prises sur des sites comme Allocine ainsi que sur certains forums ( certaines sont hilarantes mais aussi éloquentes) : " aujourd'hui on est incapable de faire autre chose que des huis clots minimalistes, des drames sociaux à se tirer une balle tellement c'est ennuyant, des comédies grasses qui coutent tellement cher que ça en devient suspect…. Donc soyons sérieux deux secondes. Ce pays n'a aucune ambition visuelle, aucune ambition pour faire rêver les gens qui vont voir ses films. Ce système marche à coup de subventions d'argent public qui leur permettent de dire : "Vous ne voulez pas de ce film ?… Ben vous avez quand même payé pour qu'il se fasse. On ne vous a pas demandé votre avis, mais vous l'aurez quand même." ( Clem L17) " Ou sont les thriller, en France, quand on fait un film policier, l’enquête n'est pas importante, ce qui compte c'est de montrer un flic alcoolo, dépressif, divorcé et qui pleure dans son apart." ( tueurnain) " On fait des films de m... mais pas grave on est payé quand même.Ca permet d'avoir uen belle vie. Il suffit de connaître l'astuce.La fameuse exception culturelle est une pompe à fric..Une commissaire europêenne il y a 3 mois à commencé à dire que cela devait s'arrêter en parlant de ce qu'elle considère comme un abus." ( Gaspard D) " Cinéma français : 90 % des films sont nuls à chier." ( peripheryk) " Est-ce que vraiment un film mérite plus de subventions que le kebab du coin ?" ( Vrulth)
  12. Tilta Nucleus-M wireless follow focus

    Je viens de recevoir mon unité ce matin. La finition du produit est vraiment top, les moteurs sont vraiment puissant (trop peut être). Je vais tester tout ça ce week-end.
  13. Tournage en extérieur: pluie et projecteurs: astuces ?

    Effectivement l'éclairage du stade sera allumé, ce sera pour avoir une lumière plus douce pour atténuer la dureté de l'éclairage du stade (surtout l'effet "douche" que ça peut avoir sur les visages même si l'éclairage du stade est déjà pas mal en soi). Alu j'y avais pas pensé, en plus ça peut réfléchir la lumière. Et le film alimentaire j'ai un doute sachant que certains modèles fondent quand on les passent au micro onde... Même pour des plugs, un sac poubelle de style ceux épais de 100L à mon avis résisteront. Quoi que c'est du plastique l'un et l'autre...
  14. Tournage en extérieur: pluie et projecteurs: astuces ?

    pour les plug du film alimentaire fonctionne bien aussi
  15. Tournage en extérieur: pluie et projecteurs: astuces ?

    Des blondes et des mandarines pour éclairer un stade??? Il y en a combien? Tout insuffisant que ce soit à mon sens, si c'est sous la pluie à fortiori...J'aimerai bien voir les résultats. je me suis dépanné avec du "papier alu" une fois...Pas si mal- On en trouve du noir mat aussi, assez résistant. J'espère que l'éclairage "stade public" sera allumé lui.
  16. Tournage en extérieur: pluie et projecteurs: astuces ?

    Merci pour ta réponse. Alors le truc étant qu'on tourne vendredi, donc commander des toiles je doute que vu le timing ce soit jouable de plus, je viens de regarder le prix, c'est assez coûteux pour le nombre de projecteurs que nous avons (6 blondes) de prévus. L'autre ennui étant qu'on a un temps de tournage très réduit. J'ai entendu dire qu'on pouvait éventuellement mettre des drapeaux en protections, mais c'est pas du tout résistant à l'eau... Alors l'éclairage led l’ennui c'est que pour avoir la même puissance désirée, ça triplerait le budget lumière. Et j'aurais imaginé que les leds résisteraient moins bien à l'eau, sachant qu'il y a de l'électronique en général dans ces projecteurs... Jusqu'à présent j'ai toujours gaffé simplement les raccords entre deux prolongs et ça fonctionnait très bien pour éviter qu'ils prennent l'eau. Et les bâches il nous en faudrait en grande quantité car on parle d'un stade. Ceci dit je ne repère les lieux que ce soir (on a vraiment un timing hyper serré) donc je ne pourrais voir comment sera l'installation électrique que ce soir...
  17. Tournage en extérieur: pluie et projecteurs: astuces ?

    Deux solutions : Les toiles de type Maluna Iighting qui résiste jusqu'à 300° je crois, à poser sur les projos (un peu au dessus c'est mieux). Mais ce n'est pas fait pour une pluie diluvienne... Sinon des petits barnums pliables au dessus des projos. Sinon les éclairages LEDs qui sont souvent mieux carénés et résistent donc mieux aux intempéries. Une simple bâche peut suffire car ils ne chauffent pas ou très peu. Attention aux sacs poubelles sur les câbles et raccords électriques... il existe des boitiers à clipper, ou des bâches résistantes...
  18. Bonjour, Je vais avoir un tournage ce vendredi et au vu de la météo on aura probablement de la pluie et du vent (youpi). Le lieu de tournage est un stade, et ce que nous allons filmer ce sera des joueurs de Rugby sur le terrain. J'ai prévu d'utiliser des blondes et mandarines pour éclairer le terrain sachant que ces projecteurs sont plus "résistants" aux intempéries. Mais au vu de ce qui tombe depuis le début de la semaine, j'ai pas mal de craintes pour le tournage. Auriez-vous des astuces pour protéger les projecteurs ? Sachant que ce sont des projecteurs qui chauffent beaucoup. Note, je compte protéger évidemment les branchements et raccords électriques avec des sacs poubelles et gaffeurs, et si pluie diluvienne on arrêtera tout et on protègera le matériel évidemment, mais si on peut protéger au maximum les projecteurs et éviter d'avoir trop d'interruptions ça serait pas mal. Merci d'avance pour vos conseils. PS: je m'excuse si la question a été posée avant, je n'en ai pas trouvé en tout cas via le système de recherche du forum.
  19. Tilta Nucleus-M wireless follow focus

    J'espère, merci pour la news
  20. Recherche tournage Afrique du Sud / Singapour

    Bonjour je tourne actuellement pour un client un sujet sur des barmans venus en France pour un concours de cocktails. Nous aimerions continuer le sujet dans leurs bars respectifs en Afrique du Sud (2 barmans) et à Singapour (1 barman). L'idée est de passer une journée avec chacun de ces barmans, les filmer dans leur job et faire une interview. Une personne seule ou une équipe de 2 fera l'affaire. Si vous avez des bons contacts en Afrique du Sud d'une part et à Singapour d'autre part, c'est l'objet de ma demande. Merci d'avance et bonne année à tous !
  21. Concours Louis Lumière - Section Cinéma

    Bonjour, Je découvre votre généreuse notice deux ans plus tard, alors que je prépare le concours. Je voudrais vous remercier. Je laisse alors un message ici, que vous lirez peut-être. Vous donner des conseils utiles à mon avis tant pour les conditions mentales requises que le travail à fournir. Bon courage pour la suite
  22. Micro Salon afc 2018

    Micro Salon AFC 2018, les 9 et 10 février à La femis.Les inscriptions pour recevoir une invitation sont ouvertes:Cordialement
  23. Tilta Nucleus-M wireless follow focus

    Salut Vincent, J'ai reçu mon Tracking DHL vendredi, le tien ne devrait plus trop tarder...
  24. Avant
  25. 50P vs 50i

    ... sauf que même quand un technicien passe le fichier étalonné impeccable par le DaVinci en 1080 25p et qu'il demande à l'Avid de sortir du 50i, ce n'est pas bon. Ils se trompent quelque part forcément, non ? Sinon personne ne tournerait en UHD, que pour le cinéma ? Je démissionne......
  26. 50P vs 50i

    si je suis ce qui c'est passé je dirais qu'ils se sont plantés lors de la sortie, mauvais codec de sortie ou optimisation des médias dans da vinci puis pas vraiment de retour à de l'uhd source.
  27. 50P vs 50i

    Merci pour votre réponse. Je tourne des 52' en HD depuis des années pour la TV. Là c'est la première fois que je suis en UHD et ça bloque. Les techniciens de la production ont travaillé ainsi :copies de mes rushes UHD 25p (Panasonic GH5 et DVX 200) dans un format Avid HD (je ne sais plus lequel),montage avec retour vidéo de qualité juste potable mais sans importance d’après eux.Etalonnage dans DaVinci à partir des fichiers originaux : sorties UHD et HD en 25p superbes sur moniteur d’étalonnage, en progressif.Lecture en 50i à partir du film étalonné assez médiocre, et lecture 50i à partir du film passé de 25p à 50i dans l’Avid… idem.J’espère être clair… En tout cas ces personnes me disent que c’est normal et là, j’ai du mal à les croire.Je pense qu’il y a un hic quelque part.
  28. 50P vs 50i

    C'est marrant que le problème se pose encore ! L'entrelacé, c'est du passé. C'était génial du temps des tubes cathodiques et de l'analogique, mais aujourd'hui, ça n'a plus de raison d'être. Donc plus d'entrelacé en UHD, sauf pour la rediffusion de vieux masters. Malheureusement, les normes HD de 1995 ont maintenu l'entrelacé en HD. Et tous les diffuseurs français demandent un PAD en 50i (les chaines hertziennes, mais ça change). Mais il reste de le choix de la cadence image (du master, donc de la prise de vue) : - 25 i/s pour un look film. Ça s'appelle 25P (p = progressif) - 50 i/s pour une restitution plus fluide mais un look "vidéo". Il se trouve que l’entrelacé c'est justement du 50 trames /s. Selon le fabricant, ça s'appelle 25i ou 50i, c'est la même chose. (i = interlaced, entrelacé en anglais) En UHD, le choix est donc de tourner en 25P ou 50P. En fonction du type de film : - fiction = 25P - documentaire ou reportage = 50P (en fonction du sujet et du look on peut préférer le 25P, mais attention aux mouvements rapides, etc). Dans les deux cas, le passage en HD 50i se fera à l'export du PAD, donc plutôt après le montage. On a ainsi un master 50P, disponible dans le cas d'une diffusion ultérieure en 50P. Bien sûr, c'est à adapter au système de montage (qui évoluent tout le temps), et il faut valider tout le process (workflow) avant de tourner. J'espère que c'est clair. J'essaierai de prendre un peu plus de temps prochainement pour détailler.
  29. Choisir ses études dans l'audiovisuel (à l'aide)

    La CinéFabrique est une bonne école, moins technique que Louis Lumière, mais tu ne te diriges pas vers la technique. Certains BTS publics sont ouverts à tous les bacs, je pense au Lycée Suger à St Denis. Bon courage
  1. Charger plus d’activité
×