Aller au contenu

supprimer la publicité
Roger Canto

Quel projecteur choisir pour transférer du 8 mm

Messages recommandés

Roger Canto

 

Quel projecteur choisir pour transférer du 8 mm sur cassette ou DVD ?

 



Comme pour le Super-8, il faut pouvoir projeter à 16,66 im/sec. La méthode à utiliser est exactement la même (contrôle de la disparition du papillotement sur un moniteur, ou un téléviseur) en agissant sur le rhéostat de vitesse.
Les projecteurs sonores étant beaucoup plus rares (à cause de l'arrivée du Super-8, peu après leur mise sur le marché), un seul permet une action sur la vitesse compatible avec un transfert.

 

 

 
 

 

Projecteurs 8 mm muets



Le Ciné-Gel Royal 210 (ou 220)



C'est un modèle ancien, des années 50, mais qui se trouve encore car il en a été fabriqué un grand nombre d'exemplaires.
Comme pour tous les appareils muets, il faut le faire chauffer 10 minutes avant de commencer le transfert. Le rhéostat, très précis, permet un bon contrôle de la vitesse.




59a2d0b5dd2c0_CinGelRoyal220.jpg.9d210b1139551715b7cd1dfb73399777.jpg
Ciné-Gel Royal 220

 

 

 

 



Le Eumig P8

C'est un rhéostat à curseur qui commande la vitesse (un peu déroutant, au début ; mais on s'y habitue vite).



 

 

59a2d11c5c782_EumigP8.jpg.1a44b2d6dda1fdc0cc5324e1a32b597b.jpg


Le Eumig P8
 

 

 

 


Le Heurtier PS 8


 

 

 

59a2d16cd8dde_HeurtierPS8.jpg.e8889cdb94368e316029fefb3ede123c.jpg


Le Heurtier PS 8

 

*


Le Heurtier Tri-films

Ce modèle permet de projeter les films 8 mm, 9,5 mm et 16 mm par échange de couloir et rotation des tourelles de débiteurs.



 

59a2d19f90c84_Heurtiertri-films.jpg.2f1ac5fcd703fa948b0c72bc954398dd.jpg
Le Heurtier Tri-films

 

 


Le Lapierre 8

Le constructeur Lapierre a mis sur le marché une multitude de petits projecteurs. Le modèle 8 mm qui figure ci-dessous est le dernier créé avant la fermeture de l'usine.




59a2d1d8233ed_Lapierre8mm(leplusrcent).jpg.7dedd677ef2917f9e3bbfe100eb66502.jpg


Le Lapierre 8

 

 

 




Le modèle RL 52 C, initialement conçu pour le 9,5 mm, a aussi existé en 8 mm. Bien que très rustique, il permet de faire du transfert si on surveille bien sa vitesse.
 

 

59a2d214c2951_Lapierre8mmRL52C.jpg.886e5f84699705a55620bc2fd7eefdb3.jpg


Le Lapierre RL 52 C
 

 

 

 

 

Le Paillard-Bolex M8

Un projecteur construit avec le même soin que les célèbres caméras du même nom.
La précision de ses réglages donne presque l'illusion d'une régulation électronique.
Il est équipé, d'origine d'une optique Kern de 30 mm.



 

59a2d273a3a35_Paillard-BolexM8.jpg.d978b70a10c442dbf3e95880a7f26dc9.jpg


Le Paillard-Bolex M8

 

 


Comme cela a été précisé pour les projecteurs Super-8, cette liste n'est pas exhaustive.

D'autres appareils conviennent aussi pour transférer du 8 mm muet ; mais il sont beaucoup plus difficiles à trouver.
Par exemple :


- Le Revère 8
- Le Kodak Brownie 8
- Le Ciné-Gel GR 8
- Le Zeiss Ikon Movilux 8 R, etc...

 



 

 
 

 

Un seul Projecteur 8 mm sonore

 

 



Le seul qui permet un réglage sur 16,66 im/sec (car tous les autres ont un régulateur mécanique beaucoup trop imprécis).

Et pourtant ce projecteur n'a pas de régulation électronique ; mais le principe utilisé est d'une précision étonnante.

 



Le Silma 240 S


59a2d2aec39f5_Silma240S(sonore).jpg.bb6142cb4adc43db6d668dd0f2a74192.jpg


Le Silma 240 S

Le bouton noir, visible à l'arrière, agit sur un dispositif micrométrique qui fait progressivement varier la vitesse, de façon continue, de moins de 16 im/sec à plus de 25 im/sec.


Roger CANTO

 

 

 

IMPORTANT :

Il est vivement conseillé de ne pas se contenter de projeter sur un écran que l'on filme ensuite avec un caméscope, mais de choisir la méthode du "condenseur"

décrite ici :

 

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Simon Wyss

Moi, j’ai une opinion orthodoxe. Les projecteurs ont été faits pour jouer des films. Le cinéma tout entier est chose de projection dans l’obscurité. La télévision, la vidéo, les moniteurs ordinateur se regardent cependant dans un milieu mi-éclairé et, dans la plupart des cas, par une personne seule. On peut projeter électriquement mais, hélas, on retourne ainsi au noir.

Ce que j’aimerais dire et souligner est qu’on ne sauve aucun film en tirant des données numériques. On quitte carrément le royaume de la pellicule. Quand on lit des textes électriques à l’aide d’un ordinateur ou d’un e-reader, on n’a pas de livre dans les mains. C’est grave.

J’admets qu’aujourd’hui des services de duplication sont pratiquement zéro aux formats réduits, surtout en 8 mm. Dans cette perspective je comprends le désir de capter des images et des sons sous une forme applicable aux moyens modernes. Mais je comprends mieux la personne qui tente de voir un film tel quel avec un projecteur traditionnel.

Un projecteur devrait être construit selon la norme concernant la fixité de l’image, en d’autres mots la griffe d’avancement doit agir sur le même trou de perforation comme celui de la caméra. C’est le trou +3 compté de l’axe optique avec le 8-R et le trou –2 avec le 8-S, lieu où le trajet d’avancement se termine. Comme ça les déviations dans la perforation sont annulées. Puis la vitesse, bien sûr un point fondamental. Un disque stroboscopique éclairé par une lampe alimentée du même circuit électrique que le moteur du projecteur aide à régler.

Si je peux me permettre de donner un conseil pour un appareil particulier j’aimerais nommer l’Eumig P8. Cet appareil possède un mécanisme bien étudié qui non seulement est conforme à la norme (distance de positionnement +3 et la griffe sous ressort) mais qui laisse passer aussi le double flux lumineux part rapport à la majorité des autres produits. Il est à noter que les objectifs zoom d’Eumig n’atteindent pas la qualité des objectifs à focale fixe. Là, on a intérêt à se procurer quelque chose de bon. Le P8 était d’ailleurs le projecteur vendu en nombre inégalé, plus de 1,3 millions d’exemplaires.

Pour ne pas être mal compris, je connais le scannage. J’ai travaillé sur centaines d’heures de matériel 35 mm et 16 mm en préparation pour cela. Plus d’un an à la Steenbeck, huit heures par jour, cinq jour la semaine. J’avais vu les images trois fois, à la table montage, au moniteur tube et parfois projetées.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Roger Canto

 

Je comprends très bien vos arguments, cependant vous oubliez le cas des membres de la famille qui désirent avoir une copie des films souvenirs sur DVD, afin de pouvoir les voir chez eux.

D’autre part, j’ai eu l’occasion de numériser certaines des fictions que j’ai réalisées à l’époque où je tournais en super-8, afin de pouvoir les améliorer à l’aide d’un logiciel d’étalonnage… Et je suis loin d’être le seul à procéder ainsi.

D’ailleurs, s’il vous arrive d’aller au cinéma de temps en temps, je suppose que vous savez que la majorité des films tournés sur pellicule ont été étalonnés numériquement avant d’être transférés sur pellicule, lorsque le salles étaient encore équipées en 35 mm, ou projetées à l’aide de projecteurs numérique, dans la majorité des salles actuelles.

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Matthieu Misiraca

Je ne vois pas ou est le problème de scanner des films, mais l appel a un prestataire qui le fera dans de bonne condition avec des appareil plus approprié, plutôt que "filmer"un ecran est le mieux je pense.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Roger Canto

Les projecteurs 8 mm que je conseille ne sont pas destinés à projeter sur un écran que l'on filmerait, mais à l'utilisation du même condenseur que celui que j'ai décrit pour le super-8 dans un article précédent... Si les réglages sont bien faits, les résultats sont assez voisins de ceux que donnent les bons prestataires (un peu moins bons qui ceux qui utilisent un scanner HD.

59a44fee51ffd_transfertavecmiroir.JPG.309d33d8d8cfed204cc72659e45b3f20.JPG

                Méthode du condenseur

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Max Roy

Pourquoi refuser ce que tous nous avons rêver de réaliser avant le numérique?

Une image stable, nette, exempte de poussière, exempte de déformation et de défaut de netteté, parfaitement étalonnée au niveau chromie et densité...Etc.

Maintenant que l'on peut...On en veut plus et on cherche même les moyens de dégrader cette perfection...

Ce monde d'humains marchera toujours sur la tête!

  • Like 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Roland Merchat

Bonjour Roger,

Content de te retrouver sur un forum car tes conseils m'ont toujours été précieux dans le cas de transfert. J'ai fait l'acquisition d'un Silma 240 S en très bon état. J'avais cru comprendre dans la documentation que la vitesse était réglable de 18 à 24 images/sec  et non de 16 à 25i/s.

Peux tu me confirmer cela car dans ce cas j'oublie le potard électronique que je voulais rajouter. Je peux aussi bien sur le vérifier par moi même.

 

Merci d'avance

 

Roland

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Roger Canto

Bonjour Roland,

Très heureux de te retrouver ici.

Il est exact qu'il est possible de faire varier la vitesse du Silma 240 S de 16 im/sec à un peu plus de 25 im/sec, si la courroie du régulateur est encore en bon état... Dans le cas contraire, je te conseille de téléphoner à L'atelier de Célestin", 4 rue Sadi Carnot - 92120  Montrouge. Tel : 01 42 53 80 32.

Amicalement.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Roland Merchat

Bonjour,

 

J'ai changé ma courroie et effectivement la régulation du Silma est constants et réglable comme souhaitée. Néanmoins j'ai un problème de réglage d'objectif avec une focale trop faible 25mm (et oui cela devrait suffire en 8mm mais ce n'est pas le cas!!). Connais tu un type d'objectif de diamètre 22mm avec un zoom et une focale de l'ordre de 30 ou 35mm. Existe t'il des bonnettes (adaptateurs) pour ce diamètre de 22 mm ??

Merci

 

Roland

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Roger Canto

C'est un des rares inconvénients du Silma 240S... L'optique ne correspond pas aux standards.

Si tu utilises la méthode du condenseur, quelles sont des dimensions du miroir et de la lentille ? S'ils ne sont pas assez grands, la focale de 25 mm ne suffit pas. 

Regarde les projecteurs sur PACAVIDEO :

http://pacavideo.fr/lesprojecteurss8/index.html

Au bas de la page tu trouveras toutes les informations concernant l'utilisation du Silma 240S pour les transferts.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Roland Merchat

Bonjour,

J'utilise effectivement la méthode du condenseur qui me donne toute satisfaction mais dans ce cas la focale est trop courte. J'avais eu le même cas de figure avec un Bolex M8R et sur tes conseils j'avais opté pour un objectif SOM BERTHIOT d'une focale de 35mm pour résoudre ce problème. Je vais donc modifier le support d'objectif du Silma pour qu'il accepte cet objectif de diamètre 25mm.

Bonne journée et merci

 

Roland

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


×