Aller au contenu

supprimer la publicité

Classement


Contenu populaire

Affichage du contenu avec la meilleure réputation depuis le 23/06/2018 dans toutes les zones

  1. 3 points
    Salut à tous, Juste un petit message pour vous annoncer que mon film "Kuzola, le Chant des Racines" est sorti au cinéma ce mercredi, et qu'il est visible dans une vingtaine de salles en France. Il s'agit d'un long-métrage documentaire tourné entièrement en Blackmagic Pocket Cinema Camera entre la France, le Brésil, le Portugal & l'Angola. Aller le voir, c'est soutenir un film 100% indépendant sans pré-achat TV ni financement public ! Toutes les séances ici : http://www.allocine.fr/seance/film-261855/pres-de-113315/
  2. 2 points
    Merci messieurs pour vos messages et le partage ! Francis, c'est super que tu puisses emmener des étudiants voir le film à Nantes ! Tu enseignes à Ciné Sup ? Pour répondre à tes questions, l'indépendance c'est aussi difficile que magique... Pour nous ça été une incroyable aventure, mais c'est dur de sentir toutes les portes se fermer et de devoir avancer seuls. Il faut être prêt à se battre à toutes les étapes pour faire aboutir son rêve. Le système français est fait de tel manière que sans TV il est quasi impossible d'obtenir des subventions publiques (CNC, région...) Les chaînes n'ont pas souhaité pré-acheter le film (enfin, celles qui ont pris le temps de nous lire et de nous répondre, c'est à dire pas beaucoup...) sous prétexte du genre (le documentaire musical ne rentre pas dans les cases), de la langue (pus de la moitié du film en portugais), d'une héroïne quasi inconnue, prod et réal débutants... Je pense que les chaînes n'ont pas du tout compris ce qu'on voulait faire. Avec des copains, on a monté une boite de prod associative en 2004. C'est devenue une société en 2012 et on fait pas mal d'instit/corporate. On avait un peu de sous de côté, on a donc financé le film au minimum, avec une équipe ultra réduite (ingé son + moi) quasi bénévole. Juste de quoi payer les voyages et les frais en somme. Le gros avantage de l'indépendance, c'est qu'on a pu faire le film qu'on voulait ! Aucune chaîne ne nous a obligé à mettre une voix-off, aucune contrainte de durée, juste la liberté de passer 4 mois en montage pour faire le film de nos rêves ! J'ai eu aussi la chance d'avoir avec moi un duo de mixeurs incroyables qui m'ont dit "on est d'accord pour faire ton film, mais on le fait en 5.1 pour le cinoche". De mon côté je pensais faire un film qui finirait peut-être un jour à la télé ou sur le web, le cinéma était un rêve que n'osait même pas faire... Quand j'ai entendu le mix dans un audi qu'on avait réussi à négocier pour les derniers ajustements, je me suis rendu compte qu'avec ce travail de son, c'était devenu du cinéma ! En 2017, le film a eu une première vie grâce au producteur des spectacles de Lucia de Carvalho, qui est parvenu à programmer des soirées FILM + CONCERT dans une quinzaine de salles de spectacles un peu partout en France. L'occasion de se rendre compte que le film parlait aux spectateurs, ce qu'on avait du mal à imaginer après 3 ans en totale autonomie, sans véritables retours du public ou de la profession. La même année, on a eu la chance que le film soit sélectionné dans plusieurs festivals de cinéma indépendant un peu partout (USA, Suède, Grèce, Portugal, France...) Lors d'une projection aux Rencontres Ad Hoc (un super festival dans la drôme) on a rencontré un jeune distributeur qui a eu un coup de coeur pour le film et qui nous a proposé de le sortir. Mais on a évidemment pas les moyens de Pathé ou Gaumont pour faire de la promo, se payer un attaché de presse... alors on reste des artisans, on fait ce qu'on peut comme on peut! On contacte nous même la presse, on essaye de faire parler du film, mais là encore le système ne laisse pas beaucoup de place aux petits... Sans moyens, difficile de sortir du lot parmi la quinzaine de nouveaux films qui sortent chaque semaine. Et autant vous dire qu'avec les beaux jours et le foot, pas évident de remplir les salles ! Heureusement, notre distributeur travaille sur le long terme avec ce film, et nous sommes soutenus par des exploitants de salles qui osent encore défendre le cinéma indépendant. On travaille sur des séances spéciales avec l'artiste en showcase après le film, de l'action culturelle avec les scolaires, etc. On a donc espoir que le film continue son tour de France pendant encore quelques mois ! J'espère que j'ai répondu à tes questions ? En tous cas je serai ravi d'avoir vos retours après la projection. N'hésite pas à me solliciter au besoin ! Les séances de la 2ème semaine :
  3. 1 point
    Hello Félicien, J'ai tenté de garder une config très simple et légère pour être le plus discret possible, et ne pas galérer avec un arbre de noël d'accessoires et de batteries à gérer. C'est ma philosophie avec ce genre de boitiers très compacts, j'ai tendance à les accessoirises le moins possible. La cam était dans une cage Wooden Camera, et j'avais simplement une loupe Zacuto sur le LCD de la caméra, qui me servait de viseur. En terme d'optique j'avais une Metabones Speedbooster et j'ai utilisé 90% du temps le Canon EF-S 17-55mm f2,8 qui est stabilisé. L'avantage de ce modèle de speedbooster sur la BMPCC est qu'il permet de récupérer l'angle de champ et la profondeur d'origine des optiques EF-S, tout en gagnant 1 diaph 2/3. Par exemple mon 17-55mm f2,8 devenait un f1,7 sur le speedbooster, et je retrouvai les angles de champ que j'avais l'habitude d'avoir avec cette optique sur un capteur super35. J'ai utilisé aussi de temps en temps un Canon 10-22mm et un Sigma 50-150mm. La caméra était alimentée par une batterie V que j'avais dans une sacoche en bandoulière, reliée par un câble jusqu'à la prise d'alimentation de la caméra (je pouvais tourner plusieurs jours sur la même batterie). Pour le son et la synchro, nous avons utilisé un système low-cost très pratique : une liaison bluetooth ! Il s'agit d'une paire de boitiers (émetteur récepteur) qui ne pèsent que qques grammes, avec batterie rechargeable intégré, et desquels on peut entrer/sortir en mini-jack. Mon ingé son Martin de Torcy entrait donc 2 canaux dans la liaison bluetooth (qui est stéréo) : - 1 piste avec le mix témoin (que je pouvais donc écouter via la sortie casque de la caméra) - 1 piste avec du TC audio générée par son enregistreur (Zaxcom Nomad) Le seul soucis de ce sytème bluetooth, c'est qu'il décroche quand l'ingénieur du son est à plus de 10m de la caméra. J'ai utilisé ensuite Tentacle Sync Studio pour convertir le TC audio en LTC, puis le petit plugin Sync-n-link X pour synchroniser le son et l'image par batch dans FCPX. Cette caméra est juste incroyable. Elle délivre des fichiers ProRes contenant une dynamique de dingue, avec un rendu très cinématographique, une douceur dans les hautes lumière et les carnations (surtout en lumière du jour). Pour moi c'est une baby Alexa, et elle ne coûte que 800€ ! Bon, en 2018 il y a mieux bien sûr (pas de 4k, sensibilité réduite..) mais à l'époque du tournage (2015) cette caméra a changé ma vie !
  4. 1 point
    J'ai partagé sur ma page Facebook, car il passe demain au Katorza à Nantes. J'y vais avec un groupe d'étudiants qui souhaitent s'orienter vers le doc. Bravo ! Je serai curieux de connaitre le parcours d'un projet de doc indépendant, du financement à la diffusion. Si tu as des éléments que je pourrais partager avec eux, ce serait avec plaisir, si tu as un peu de temps. Dans tous les cas Bravo Hugo !
  5. 1 point
  6. 1 point
    Bravo Hugo, la bande-annonce donne envie !
×