Aller au contenu

supprimer la publicité

Classement


Contenu populaire

Affichage du contenu avec la meilleure réputation depuis le 26/06/2009 dans toutes les zones

  1. 13 points
    La théorie de la sélection naturelle nous dit que les espèces les plus adaptées s’imposent au détriment des autres. Elle repose sur 3 principes : variation, adaptation, hérédité. Il est vrai que camerae tritubae a disparu de la planète, le monde moderne ayant enfanté dans ses nurseries de la variante à CCD, plus en phase avec les mœurs technologiques ambiantes. L’évolution n’a pas faibli et nous pouvons dormir sur nos deux oreilles sereines, Darwin nous garantit l’excellente adaptation de nos outils favoris. Fonctionnels, ajustés, appropriés, ceux-ci ont évolué pour être aujourd’hui en parfaite cohérence avec le milieu environnant ! Mais il y a tout de même un truc que je ne comprend pas : la Porsche de mon ophtalmo qui n’est concurrencée que par la Rolls de mon ostéo. Et plus la modernité se modernise, plus je passe du temps dans leurs salles d’attente… Comme dirait l’autre : "y a kèk choz qui cloch’ là d’dans, j’y retourne immédiat’ment !" 3 couplets et 2 refrains plus tard, alors que j’examinais à la loupe mon matériel chéri, ne comprenant pas pourquoi il me fallait maintenant trois tonnes d’accessoires pour travailler moins bien tout en me fatiguant bien plus, j’allais engueuler Canon Sony Panasonic et consorts quand j’ai vu LA lumière ! Euréka, j’ai enfin compris ! Chers ergonomes et autres ingénieurs conceptuels, vous pouvez baisser le pavillon de guerre, ce ne sont pas les outils qui sont inadaptés, c’est moi qui le suis !!! Zut alors, depuis déjà plusieurs années mes bras stagnent et n’évoluent plus, mes yeux campent de façon archaïque devant un viseur qui a migré, mon dos est bloqué en position de repos! Ma triste et consternante inertie biologique me rend inadapté aux nouveaux et magnifiques engins de prises de vues ! Charles peut s’en retourner sagement dans sa tombe : je suis à l’arrêt, mais l’audiovisuel suit bien la théorie de l’évolution… financière !
  2. 8 points
    Voici peut être un sujet qui va intéresser pas mal de monde ... Faire son DCP soit même et gratuitement ... ou presque Logiciel utilisé : OpenDCP disponible ici (gratuit) http://opendcp.org Tout d abord votre master doit répondre à certaines conditions * Resolutions : En 2 k : Pour un ratio de 2.39 on a du 2048 x 858 (pixel carré) Pour un ratio de 1.85 on a du 1998 x 1080 (pixel carré) En 4 K: Pour un ratio de 2.39 on a du 4096 x 1714 (pixel carré) Pour un ratio de 1.85 on a du 3996 x 2160 (pixel carré) Le codec du master doit être au minimum de l'apple pro res 4444 (ca marche très bien). * Le son 48 KHz 24 bits par échantillon. Niveau de référence -20dBFS. Le format de fichier est un Wav . 6 Wav sont dit discrets soit un fichier par canal: Left, Right, Center, LFE, Left Surround and Right Surround 1ere partie : conversion jpeg 2000 Tout d abord, si ce n est pas déjà fait, il faut convertir votre master image en suite d image Tiff avec le logiciel que vous voulez. Nous allons ensuite convertir cette suite d image en Jpeg 2000 Dans le logiciel OpenDCP sélectionner les différents setting Si vous n êtes pas en profil XYZ, c'est souvent le cas, sélectionnez la fonction Transformer XYZ Pour la bande passante je le mets a fond 250 mb /s Dans le répertoire source sélectionnez le répertoire avec la suite d'image TIFF et sélectionnez un répertoire de sortie pour les Jpeg 2000 avec répertoire de sortie Appuyer sur Convertir La conversion Tiff >> Jpeg 2000 est lancée Si vous vous trouver avec des images jpeg 2000 avec une colorimetrie Bizarre (absence de rouge) c'est normal c'est que vous êtes dans l espace XYZ indispensable à la norme DCP 2eme partie : Création des Fichier MXF Vous allez créer les fichier MXF image et son IMAGE : Sélectionnez JPEG2000 dans Type puis indiquez repertoire sources des images JPEG 2000 indiquez le répertoire de sortie et le nom du fichier MXF (image Puis Créer MXF SON : Sélectionnez WAV dans Type choisir 5.1 puis indiquez les fichiers sources des son WAV indiquez le répertoire de sortie et le nom du fichier MXF (son) Attention ! : son obligatoirement en 24 bits si ce n est pas le cas faite une conversion avec quicktime (par exemple) Puis Créer MXF Si vous avez des sous titres c'est dans la rubrique Subtitles... 3eme partie : Finalisation et création du DCP Renseignez les informations de votre projets Sélectionnez le fichier image MXF Sélectionnez le fichier son MXF Attention veilliez à ce qu'il est le même nombre d image partout Image/son Laissez sur déplacer ca ira plus vite... Appuyer enfin sur Créer DCP Votre DCP est fait ! attention vous ne pouvez pas placer la fameuse clef de cryptage KDM essentiel pour les longs- métrage. Vous ne pouvez pas vérifier votre DCP sans l emmener en salle de projection, vous pouvez néanmoins utiliser EasyDCP player au prix 1190 euros ou bien encore tester la version demo (trial) qui fonctionne les 15 premières sec de votre projet... J ai vérifié cette méthode en salle obscure et l image était vraiment propre et fidèle à l étalonnage ...
  3. 8 points
    Bonjour tout le monde. Je rassure tout de suite les curieux sur le titre de mon article : Ce ne sera pas le dernier film super 16 de l'histoire, loin de là, c'est juste le dernier en date ! Chose un peu plus sérieuse, je viens vous parler un peu de mon travail de ces derniers mois sur un long-métrage inspiré de la vie d'August Strindberg, célèbre dramaturge Suédois du XIXe siècle et son journal INFERNO écrit à Paris en 1896. Un tout petit budget pour ce long-métrage plus qu'ambitieux, une toute petite équipe (9 personnes) mais beaucoup d'énergie et de persévérance. Nous avons tourné en Super 16 Fuji 250D la totalité du film avec deux caméras Aaton LTR54 de Kafard films avec mon zoom Cooke 10,4-52 pour les scènes de jour et les extérieurs, ainsi qu'un angénieux 16-44 pour tous les intérieurs nuit. J'ai dû utiliser un filtre LC2 pour décontraster les scènes de nuit, et adoucir les flammes de mes bougies et du coup je ne l'ai pas enlevé de la caméra de tout le tournage. L'un des gros pari pour la photographie du film a été de tout tourner en lumière naturelle, ainsi que les intérieurs nuit qui sont uniquement tournés à la lumière de la bougie, sans aucun éclairage additionnel. Parfois pour rattraper un peu les visages, on mettait un bougeoir 5 branches sur pied de 1000 au lieu d'une luciole par exemple. On a fabriqué les bougies nous même pour y intégrer une deuxième mèche pour gagner en intensité, car les bougies double mèches chez Pyrofolies étaient hors budget. Etant donné que nous en avons grillé plus de 2000 sur un mois et demi de tournage. La seule source de lumière était un vieux HMI 1200w que j'utilisais pour la chambre de Strindberg ou le hall d'hôtel quand le ciel était couvert et que nous ne pouvions pas compter sur les hard soft pour rattrapper la lumière du soleil dans la chambre. Sinon, adapter la mise en scène à la lumière déjà existante dans le décor a été un vrai challenge et parti prit artistique très intéressant pour mon post de réalisateur/chef op. Les décors ont nécessité 9 mois de construction ce qui nous a permis de travailler de manière très précise en pré-production l'impact des matériaux utilisés sur les décors pour la photographie du film en collaboration avec la directrice artistique Brizit Pesquet. Cela surtout pour nous aider à modeler la manière dont la lumière allait se comporter dans le décor. Pour vous dire, on a dû faire des essais sur plus de 30 papiers peints différents avant de trouver celui qui allait nous correspondre pour la chambre et le hall d'hôtel. Le tout était de trouver un papier peint assez lumineux pour éclairer nos décors de nuit mais tout en restant terne et morne pour les scènes de jour, pour donner l'effet dramatique et étouffant de l'hôtel. Ces essais indispensables à la qualité artistique du film m'ont montré que souvent bon nombre de productions les sous-estiment, et on peut avoir du mal à faire comprendre aux productions l'importance de ceux-cis. Encore une fois, je ne parle que de mon expérience, mais j'encourage tout directeur photo à travailler de cette manière, même si la production ne veut pas assurer, il en est indispensable pour la qualité des films produits en France que cette cohésion entre chefs de post soit approfondie et aussi l'importance que peut apporter un directeur artistique sur un film, trop souvent négligé dans notre pays aussi pour souvent de mauvaises raisons : Orgueils réalisateurs, chef ops, chef décos ... Mais pour avoir travaillé un peu aux U.S, j'ai trouvé cette manière de travailler très saine et les rapports beaucoup plus fructueux et fluides que ce que je peux avoir l'habitude de faire en France, même si je trouve que ça évolue dans le bon sens depuis quelques années. Nous avons fait un TC 2K en DPX et le film est actuellement en montage à Kafard. Pour avoir eu la chance de photographier plusieurs films cette année en numérique et D-cinéma, ça a été plutôt agréable de revenir un peu à la pelloche autant pour la manière de travailler que pour le résultat. J'avais plus du tout besoin de filtrer pour adoucir les visages, et ça c'est bon ! Je savais que je pouvais faire confiance à la douceur du super 16, de mon objectif et surtout des magnifiques carnations chairs que nous donnent les pellicules Fuji. Honnêtement difficilement comparable avec ce que je peux obtenir en numérique, c'est tout simplement très différent et ça ne raconte pas la même chose. En tous cas, pour ce film je pense que j'aurai eu beaucoup plus de difficultés à le tourner en numérique, car j'aurai sans cesse cherché à casser la définition, à obtenir du grain, à adoucir les peaux, bidouiller alors que grâce à la pellicule, j'avais juste à charger un magasin, et tourner de manière la plus naturelle possible car je savais que ce qu'il allait y avoir sur le film allait me satisfaire du premier coup. Cela me permettait du coup de me concentrer sur des questions d'avantage artistiques que techniques comme la composition du cadre, la direction de la lumière, l'intention et l'émotion que je voulais mettre dans une scène. De plus, quel plaisir de prendre une Aaton à l'épaule ! Ils appellaient ça "le chat sur l'épaule" je crois, ça fait vraiment du bien et les sensations sont très différentes et influencent vraiment ma manière de travailler le cadrage et la photographie. Je sous-estimais beaucoup l'ergonomie d'une caméra et sa prise en main au début de mon travail, mais le plus je suis amené à toucher des caméras, le plus celles-cis m'influencent dans la création. Ce ne sont pas seulement des outils mais des objets qui possèdent une philosophie d'utilisation, de pensée et du coup une ergonomie bien à elles. Avec la légèreté, la stabilité et le confort d'une super16 Aaton, je me suis permis des choses que je n'aurai pas pu faire avec l'Alexa par exemple et l'inverse est aussi vrai. Pour répondre rapidement aux débats sur la mort de la pellicule, je ferais rapide en vous disant juste que j'ai des amis musiciens qui viennent de sortir leur dernier album qui sort à la fnac et la maison de disque a aussi distribué leur album dans le monde entier sur support vinyle. Et ce sera la même chose pour le cinéma, il y aura de moins en moins de films tournés en argentique, c'est évident mais les pellicules de ne vont pas disparaîtres. Les grosses productions vont évidemment s'en éloigner mais il y aura toujours des cinéastes qui auront envie de travailler sur film et qui le pourront. Ils seront une minorité certes, peut-être même des marginaux, je ne sais pas, mais en tous cas : Quelle époque merveilleuse d'avoir autant de choix pour créer ! Et il faut en profiter ! Question budget, juste pour vous donner une idée, si on avait voulu tourner en Alexa notre film Inferno, le budget alloué à l'image aurait été doublé par deux ! Les pellicules n'ont jamais été aussi accessibles, les labos se sont évidemment alignés aux nouveaux tarifs, et les caméras je ne vous le dit même pas ! Et avec la post-prod numérique, fini les inter-negatifs, tirages etc ... Un peu de pub si vous voulez tourner vos films en super 16 ou louer un peu de matos : www.kafard16mm.fr Bref, je vous invite à regarder la bande annonce et le site du film, vos questions seront les bienvenues, comme d'habitude, j'ai tant appris sur ce forum donc j'y contribue comme je peux ! Bande annonce : www.inferno-lefilm.com/ba Site officiel : www.inferno-lefilm.com Site Kafard : www.kafardfilms.fr Production, réalisation, photographie : Paul-Anthony Mille Production, scénario : Pierre Mille Co-production : Julien Lomessy Direction artistique, chef déco, costumes : Brizit Pesquet Assistant réalisateur : Thibaut Louvrier Ingénieur du son : Sylvain Teissier Chef machiniste : Claude Bourdais Assistant caméra : Hadrien Vedel Maquillage : Julia Ristic Décorateur : Simon Legros Assistant décorateur : Dorian Caumont Renfort éléctros : Adrien Chata, Benjamin Cataliotti, Raphaël Besson Bien à vous. Paul-Anthony MILLE
  4. 8 points
    Nous avons effectuer des tests des différents projecteurs à LED chez notre loueur acc&led Avec la camera RED EPIC nous abordons dans ce sujet les différents rendus et colorimétries en fonction des projecteurs disponibles chez acc&led Voici le test des différents projecteurs à technologie LED Nous avons effectuer les tests avec la RED epic en : 5KHD - compression 5:1 - 5000K -redcolor3. Avec en optique un fixe de chez Canon 85 mm f/1,2 - test réalisé entre f/2 et f/2,8 En piece jointe vous pouvez telecharger à la fin du message les jpeg en RedGamma3, les R3D (frames) et des DPX en 1080 10 bits en redlogfilm: 1 -On commence avec en guise de référence un divalight 400 en 3200K de chez Kino (tubes fluorescents) (fichier image #1 ) ________________________________________________________________________________________________ 2- le Celeb 200 de chez Kino super projecteur en led dispo en plusieurs température de couleur (fichier image #2 et #3 ) en 3200K: En 5500K ________________________________________________________________________________________________ 3- Le Fameux zylight is3 avec sa chimera (fichier image #4 et #5) En 3200K En 5600K ________________________________________________________________________________________________ 4 - THE LIGHT le 4 LIGHT (fichier image #6 #7 #8 #9 et #10) Avec sa toile de diffusion En 6500K En 5600K En 5600K corrigé en filtre avec un 1/8 de minus green En 5600K corrigé en filtre avec un 1/4 de minus green En 5600K corrigé en filtre avec un 1/2 de minus green ________________________________________________________________________________________________ 5 - Un Arri fresnel lampé avec la LED EVOLED (fichier image #11) En 3200K ________________________________________________________________________________________________ 6- Un intrut ! un PAR 64 histoire de se rappeler du rendu tungstène (fichier image #12) avec une diffusion 216 En 3200K ________________________________________________________________________________________________ 7- Un genre le Lite panel (version Chinois) le Nova 100 (fichier image #13 et #14) En 5600K En 5600K corrigé avec 1/2 Minus Green ________________________________________________________________________________________________ 8- LE lite panel Bi-Focus (flood/spot) (fichier image #15) En 5600K ________________________________________________________________________________________________ 9- Le projecteur à LED NILA BOXER avec sa Chimera (fichier image #16) En 5600K ________________________________________________________________________________________________ 10- le NILA JNH avec sa Chimera (fichier image #17) En 5600K ________________________________________________________________________________________________ 11- le puissant NILA SL (850W) (fichier image #18) En 5600K ________________________________________________________________________________________________ 12- Le petit Cineroid (fichier image #19) En 5600K ________________________________________________________________________________________________ Fichiers a télécharger: les JPG jpg.zip Les DPX cliquez ici Les R3D cliquez ici Toutes les infos et documents techniques sur ces projecteurs sur le site Acc&Led Voila pour ce qui est du test des differents projecteurs à LED. En conclusion le Celeb 200 de chez KINO (IRC de 96) est un très très bon produits ainsi que les produits Zylight en attentant avec impatience le F8 Fresnel beaucoup mieux que le Fresnel Arri bricolé avec une lampe Led evoled. Bien sur toutes ces dominantes sont récupérable sur votre station d étalonnage préférée. Attention néanmoins aux mélanges sur le Set avec les différentes marques vous risquez de vous retrouver avec des problèmes de raccord colorimétrique comme si vous mixez, sur un visage, du fluo à 5600 et du HMI le Fresnel zylight F8 bientôt dispo chez Acc&Led J'ai hate de partir sur une production tout en LED sur une fiction cela doit etre passionnant, de plus avec les nouveaux capteurs CMOS des cameras numeriques, le tungstene semble obsolète (surtout avec sa dominante de rouge dans les visage en Red) Merci à toute l équipe de chez Acc&Led, Arnaud Gabriel mon assistant et très bon chef Op et Pierre Potonnier jeune étudiant en BTS audiovisuel qui s'est intéressé à ce test vu de devant la camera.
  5. 7 points
    Je suis contre les cartes. (ni dieu, ni maitre meme nageur disait jean yann) elles sont données par des vieux crabes a des jeunes qui leurs font peur. elles sont surtout un moyen d'interdire l'accès au travail, de gens qui ne font pas partie du sérail. Pourquoi les mecs de lumière ne trouvent pas de boulot a la sortie de l'école? car le mode de promotion par cooptation a explose en vol. les equipes fidèles on exploses en vol. les cheminement de carrière on change mais pas louis lumière. si des petits jeunes arrivent dans leur chambre avec un appareil photo a faire mieux qu'une equipe de 30 , pourquoi garder les 30? depuis 15 ans que je fais ce métier je me rends compte que les producteurs en on toujours eu pour leur argent… ni plus, ni moins.
  6. 7 points
    Je crois qu'il ne faut pas oublier que malgré le même nom de poste qui apparait au generique, tous les chef-op ne font pas le même métier... Ce n'est pas pareil de superviser l'image d'un film de cinéma a 20 millions d'euros que de tourner des films institutionnels. Et ça s'applique aussi aux réalisateur, producteurs... Aujourd'hui la vidéo est partout, et il faut alimenter beaucoup plus de canaux (TV, TNT, web...). Or ces différents diffuseurs n'ont pas les mêmes budgets et les mêmes exigences. Cela explique en partie pourquoi des mecs tournent a 200 en fournissant leur matos. Une des raisons aussi c'est la multiplication des formats. Avant on avait la fiction lourde, le docu, le clip et la pub TV. Maintenant on a aussi la web-série, le programme court, la pub virale... Et même a l'intérieur de ces formats les frontières disparaissent parfois, comme c'est le cas avec la scripted reality ou les faux docu. Je comprends tout a fait vos points de vues mais je pense qu'il faut dans ce cas comparer ce qui est comparable. Si vous voulez parler de ce qui se passe dans la fiction lourde, alors votre combat et vos revendications me semblent légitimes. Si vous voulez que chaque poste soit régulé par une carte professionnelle peut importe le type de projet, alors je pense que c'est un combat perdu d'avance. A moins que cela serve par exemple à donner des degrés de compétences pour mieux définir le savoir faire de chacun. Pour qu'un prétendu "chef-opérateur" ne puisse plus berner son monde aussi impunément. Comme avec les niveaux de plongée en fait. Mais n'oublions pas non plus que dans nos métiers le relationnel joue aussi beaucoup pour obtenir ou confier un projet. On est toujours plus heureux de travailler avec des gens qu'on aime plutôt qu'avec un génie visionnaire mais qui est un gros con. Alors, si un producteur a envie de donner sa chance a un mec sympa et qui bosse bien, quel est le mal? Et a l'inverse, un producteur de cinéma ne sera jamais (ou presque jamais), assez con pour confier un film a 5M à un pote qui n'a pas fait ses preuves...
  7. 7 points
    Me voila dans l'avion. 3h du mat, Beyrouth (celebre pour ses voitures piegees)-Frankfort (ses würst) -Gdansk (pour ses chantiers navals), puis Bydgoszcz... Imprononcable ! Direction, mon premier Camerimage, et pas peu fier, car avec un film en competition... J'ai toujours entendu de tres bonnes choses a propos de ce festival. Des rencontres, des masterclass, des workshops, des films evidements, puis un micro salon ou l'on peut y croiser Marc et l'equipe de K5600 entre autre... Si j'ai le temps, et si je n'abuse pas trop de la Vodka, je reviendrai vous faire un ptit topo... Et si d'autres membres auraient aussi eu la bonne idee de faire un tour la semaine prochaine en Pologne, peut-etre pourrions-nous nous y retrouver... Pour la projo, c'est lundi 26, a 11h30 au MultiKino... Na zdrowie !
  8. 6 points
    La Sagesse du Chef opérateur Philippe Rousselot Il y a en Louisiane une sorte d’autoroute qui traverse sur pilotis le lac Ponchartrain, plus de quarante kilomètres en ligne droite au-dessus de l’eau. Tôt le matin, tard le soir, c’est une destination aller et retour, vers un lieu de tournage ; trente minutes à cent à l’heure. Et la première question du jour se pose en regardant la lumière et le ciel se reflétant sur l’eau, de chaque côté de la voie, « comment, de quelle manière, filmer ce paysage ? Où mettre la caméra, quel mouvement lui donner, où placer le point de fuite, la ligne d’horizon, quel filtre, quel objectif utiliser ? Comment décrire ce qu’on ne peut encore voir, comme la rive opposée cachée par l’arc de la terre, et qui fait que ce pont sur l’eau s’étire à l’infini ? ». Toutes ces questions sont étrangères au film que l’on tourne, à la journée de travail qui commence, mais font partie d’une pratique quotidienne, souterraine et semi-consciente, pratique d’un « rendre compte » des impressions fugitives laissées par autant d’événements que sont ces bribes de paysages perçues en chemin. Exercice qui consiste à voir les choses à l’intérieur d’un rectangle, à évaluer des contras­tes, des rapports de couleur, des accords et des ruptures. Un chef opérateur, tout au long de sa carrière, se constitue une banque d’images : la lumière de l’aube et celle du crépuscule, le soleil de midi qui écrase tout, les ombres qui s’allongent le soir, une chambre éclairée par une bougie, des tubes fluorescents au plafond d’un bureau, un visage dans la pénombre, ou les reflets dans l’eau du lac qui semble ne pas avoir de fin. Grâce à elles, il va pouvoir, non seulement recréer sur la pellicule un réel (ou son faire-semblant), mais également comprendre, analyser, déconstruire et reconstruire ce qui se présente à ses yeux. Avant tout, le chef opérateur est un archiviste. http://www.jcbehareditions.com/f/index.php?sp=liv&livre_id=64
  9. 6 points
    Bonjour à tous, voici une petite pub dont j'ai assuré l'image, tournée en ce début d'année. Les grosses difficultés de ce tournage étaient: - De restituer une lumière d'été par -2 sous la pluie ;-) - De capturer les manipulations sur le téléphone en direct avec écran vert (pour ajout d'interface en post) Caméra: Arri Alexa plus et série Zeiss Ultra Primes
  10. 6 points
    Les deux Pierre s'entrechoquent... ;-) Autant je plaide pour une certaine "déprofessionnalisation" (dans le sens de ce qui a été développé par Edgard Morin ici: http://agora.qc.ca/documents/profession--a_propos_de_la_deprofessionnalisation_par_edgar_morin ), autant je crois à une organisation de tournage qui permette à chacun de jouer un rôle précis sur le plateau. C'est très important pour moi que chacun comprenne ce que fait l'autre, sur un plateau: que le perchman comprenne le travail de la lumière, que machinistes et électros soient conscients des aspects "sonores" de leurs activités, que les assistants du caméraman ne soient pas perturbés par des personnes qui cacheraient leurs marques... bref, qu'il y ait une bonne intelligence. Pour ceux qui ont vécu des tournages de fiction avec des grosses équipes, la prise de repères par rapport aux autres collaborateurs qui travaillent sur le film est essentielle et nécessite du temps, une certaine convivialité, qui passe par des moments partagés et qui ne sont pas à proprement parler du temps de travail, mais qui permet de cimenter l'équipe. Ca passe aussi parfois par les "fêtes" (electro-machino, fête des filles, pot des comédiens...). Je suis certain que ce temps n'entrera jamais dans le débat des "heures d'équivalence", ( ) en revanche je ne doute pas qu'il s'agisse de temps consacré au travail et qui a pour résultat de graisser le mécanisme qui aboutira à ce que "ça tourne". Je suis en Belgique et tout ce qui arrive à mes collègues français me concerne pour diverses raisons. La principale c'est qu'il y a depuis très longtemps, et pour diverses raisons économiques ou culturelles, des co-productions qui "imposent" une certaine mixité dans les équipes. Cette coopération franco-belge aboutit à ce que nous fassions, les uns et les autres, le même boulot, le même film, mais parfois sous des statuts professionnels différents, en terme de protection, de lois du travail, de barèmes... Et c'est navrant parfois quand s'accusent les différences. Pour en revenir au sujet de ce fil, j'ai eu plusieurs fois l'occasion de travailler sur des tournages où le cachet du comédien principal coûtait à la production un montant supérieur au salaire cumulé des 35 techniciens qui gravitaient autour de la "star" en question. Et quand elle avait pris la peine d'apprendre son texte, ça passait encore... Dans mon petit pays, qui est abondamment montré du doigt par ceux qui n'ont pas tout compris au mécanisme des délocalisations, nous n'avons pas de statut "intermittent" et une quantité de techniciens du cinéma belge qui collaborent à des films francophones se sont organisés sans attendre leur salut dans l'Etat. Je veux dire par là que beaucoup ici vivent leur vie professionnelle en gérant par eux mêmes la part de l'intermittence qui est laissée "au hasard". Vous trouverez parfois une fille vendre des souvenirs près du Manneken-Pis ou servir dans un restaurant, alors qu'une semaine avant elle servait d'appui, aux horaires "HMC", à un chef coiffeur parisien qui n'a pas appris avec les années à savoir dire simplement merci à son équipe. Ce qui est compliqué, c'est de partager du temps avec des gens qui sont à des kilomètres de leur propre vie... L'argent n'est pas vraiment une valeur... Que les débats qui tournent là autour ne nous fassent pas perdre le sens "fraternel", qui donne ce bon goût au temps partagé.
  11. 6 points
    On dirait que l'Alexa et l'Epic ont copule... Sacres Japonais !
  12. 6 points
    35 2perf est un support qui m'attire beaucoup aussi. Voici quelques photos des coulisses du tournage. On est loin des grosses instalations avec 18kw sur nacelle, désolé pour les puristes L'exterieur du hall d'hôtel entierrement réaménage dans l'ancienne orangerie du domaine : Strindberg sur un fauteuil dans le hall de l'hôtel avec en guise de keylight deux chandeliers : Le début du film se passe en Suède, pour cela nous sommes partis tourner à Mouthe en Franche compté (village le plus froid de france). Nous étions 4 personnes comédien inclu, pour deux jours de tournage. Pas besoin de plus compliqué pour un plan en douche en super16 ! (La Technocrane est restée dans le camion ce jour là ) Pour les travelings, rien de mieux qu'un suivi aux chandelles à côté de la caméra pour nous créer une lumière organique et vivante le long de notre mystérieux couloir d'hôtel. Parfois nous avons attendu plusieurs jours pour avoir la lumière qui nous correspondait pour tourner certaines séquences. Sur certaines scènes de nuit nottament, la fumée m'a permis de gagner 1diaph sur la caméra tellement celle-ci pouvait reflechir la lumière des bougies. A la base on l'avait prévue pour des raisons esthétiques, mais elle est vite devenue indispensable à la technique !
  13. 6 points
    Bonjour, Je propose dans ce post un retour d experience sur la lumiere et l image en fiction 3D. J ai eu l honneur de contribuer a l image du film court "souviens moi", deuxieme film de Josephine Derobe, dont le tournage c est acheve le 17 aout 2012. site du film ici Le film a ete excellement bien produit par KHAMLAI prod aussi, c est ici d une experience "optimum" dont je peux faire part. La camera : Nous avions a notre disposition 2 Red Epic, 2 zoom optimo, et un rig Freestyle c est une configuration optimun bien que tres lourde et donc qui limite les plans a de la grue ou du steady "simple". Nous avons egalement une comfig experimentale avec 2 cinacams (paluches 2/3 en HD) et des optiques fixes Ultra 16 de chez Arri associees a un minirig P+S Techknic Cette config c est averee tres performante, laissant beaucoup de libertee au steadycam La Lumiere : Pour les comediens, elle est sensiblement la meme qu en 2D mais j ai remarque 2 phenomenes lies au relief : - on voit tout tres bien! ce qui est en lumiere et ce qui est dans l ombre donc il faut etre tres precis avec les details, la deco, les costumes, le maquillage, les accessoires. - Les fonds sont beaucoup plus importants qu en 2D, je m explique: la lumiere en jouant par couches successives dans la profondeur (ombres,lumiere,ombre), renforce la sensation de relief La profondeur de champs: j ai trouve qu une grande profondeur etait plus agreable au spectateur qu une profondeur de champs reduite.(je travaillais reguliairement a T8) Cela laisse le choix au public de regarder ce qu il veux dans la scene. En revanche, une faible profondeur force le spectateur a regarder ou on le lui dit en Relief le comedien se detache naturellement des fonds, il n est donc pas necessaire de recourir a la faible profondeur pour le mettre en valeur Duree des plans : L image en relief donne l envie que le plan dure plus longtemps qu'en 2D, on veut s installer dans le plan, celui ci doit donc etre dramaturgiquement suffisement passionnant pour lui permettre de durer. Pour l image, cela signifie donc l emploi du plan sequence souvent complexe a mettre en place et a realiser. Cela signifie egalement l emploi de la grue et de la steadycam plus souvent qu en 2D Temps de prepa Il faut revoir ses temps de prepa a la hausse, changer un filtre prenait souvent 5 minutes malgres la dexterite des assistantes cam et necessitait un reglage de stereographie apres coup plus un netoyage du filtre du rig soit un bon 15, 20 minutes pour un changement de filtre. donc un plan de travail a plus de 7 plans par journee de 12 heures me semble plus que ambitieux Les Red epic perdaient souvent la synchro en 5K Toutes ces observations n engagent que moi, ce ne sont ni des regles ni une doctrine, c est juste une retour d experience Merci a : Jean Chesneau pour avoir propose mon nom sur ce film aux assistantes cam : - 1er Emma Chennet - 2nd Carole Bonamy - 3me Sylvain Maignan aux machinos - Jean chesneau - Remy Boulnois Electros - chef :philippe gilles - 1er : Sebastien Greveldinger - 2nd : Tom tom stereographe : Thierry Pouffary steadycam : Guillaume Quoilin
  14. 5 points
    Bonjour, Nous avons testé une nacelle de cinéstar équipé de poignée et en voici le résultat, (bien évidement les plans sont stabilisés avec after enfin au mieux qu'on pouvait..) https://vimeo.com/68640501 et making of : https://vimeo.com/68718055
  15. 5 points
    On vient de commencer la présentation d'un nouveau concept de produit lumière. L'idée est la suivante: la fin des lampes à incandescence va rendre obsolète un immense parc de projecteurs qui vont devenir peu à peu inutilisables. C'est dommage et pas très écologique On va donc proposer une ampoule à LED pour les projecteurs 650w et 1 kw dans un premier temps. Conso de 80w Il n'y a aucune modification du projecteur: on remplace juste la lampe . c'est assez bluffant et je pense que ç'est une bonne idée pour donner une deuxième vie aux projecteurs classiques sans avoir à remplacer un parc.
  16. 5 points
    Un des points dont parlait Marc et qui me semble très important aussi : la notion d'équipe, de savoir-faire et de conscience professionnelle. En effet, il y a plein de gens qui savent faire de belles images, mais combien le font de manière responsable et durable? Savoir collaborer avec les autres chefs de postes, insister sur ce qui est indispensable, savoir lâcher prise sur le superflu, aller dans le sens du plan de travail, être un bon chef d'équipe, être à l'écoute, s'adapter au budget... Ce sont aussi des qualités qu'on attend d'un bon chef-opérateur, mais qui sont indépendantes de ce que sa bande démo peut laisser montrer. Nous avons la chance de faire un métier passionant, mais cela reste un métier. Il ne suffit pas d'avoir une sensibilité et du talent pour être reconnu par ses pairs, et pour durer.
  17. 5 points
    Billet d'humeur. Sentiment et réponse d'un (chef electro) a l'article de RG et pour les propos de MR Pierre Rousseau : No comment. Je découvre les pensées de Robert Guediguian et je suis vraiment déçu de voir qu un cinéaste dit "d 'auteur" ne défende pas les acquis sociaux et la convention de ceux qui "font" le cinema depuis 1951... alors c'est comme ça qu il "remercie" tous ceux qui ont participé a ses films ? qui ont fait des efforts financiers ? Qui ont sacrifié une partie de leur vie de famille ? En étalant un tissus de conneries à un journal aussi populaire que "le Monde". RG nous manque à tous de respect, il pense qu on est tous des artistes au service d un film et que l on doit travailler 6jrs sur 7, le dimanche, parfois au smic, d autre fois en participation, être flexible à 100pr cent, sans contribution ? Mais Robert c est ton film a toi, ce n est pas le notre !!! Nous sommes des techniciens "intermittents" ce qui est déjà "précaire" en soit,alors nous n avons pas besoin qu un cinéaste prétende au "Monde" que nous gagnons "trop" (et surtout en citant le plus haut salaire de la grille) et qu il faut encore précariser la profession en supprimant une partie du code du travail ! on a pas le droit de bien gagneŕ sa vie quand on travaille 55h par semaine avec une pression quasi permanente ? Robert, bien sûr, tu n as jamais payé une équipe au tarif, mais alors remercie tes équipes et fais toi tout "petit", ne viens pas saccager le reste, laisse une chance à tes équipes de se rattraper sur d autres films, et mieux : tu peux faire tes films a l étranger, tu ne seras pas le premier. Certains pays offrent une souplesse en matière de législation, ils n ont pas encore de vrai code du travail, Car comme tu le dis au Monde, tu auras la liberté de faire bosser les gens quand tu veux, la nuit, le dimanche, sans les payer plus, il te faudra juste les nourrir un peu, leur donner un billet, ils seront entièrement dévoués corps et âme à ton futur "chef oeuvre" sur la lutte des classes sociales, avec toujours le meme thème : ceux qui veulent un travail, un peu de respect et "juste" une vie a coté...(et toujours les mêmes comédiens, dans les mêmes rôles...) en tout cas merci pour ta solidarité Robert, avec tes idéaux de communiste, le cigare entre les lèvres, pose toi la question de savoir qui profite le plus de ce système ? le producteur-réalisateur que tu es ? Les comédiens stars dont on parle en ce moment ? vincent Maraval dans le Monde est un peu plus pertinent que toi et s attaque aux vrais problèmes. Allez salut ....
  18. 5 points
    Bonjour, c'est une premiere, la télévision chinoise enregistre en Bretagne pendant ce mois de Septembre 2012 une série télévisée. Une cinquantaine de techniciens, plateau monté sur la plage de Camaret sur mer ( Finistere ) à une vitesse fulgurante au pas de charge - je n'ai jamais vu ça - rails, dolly, trois caméras numériques Sony HDWF900R, tournage immédiat !!!! ( les ordres sont en Anglais ... tout le reste en Chinois ) avec des acteurs qui maitrisent en plus parfaitement leur art. Réalisée par Ding Yang Guo "Hunan TV " tourne avec Bayoo Production des episodes de " Fleurs et Brume " Un tournage en Fance coute 8 fois plus cher qu'en Chine. Quelques camions pour le materiel, un grand car pour transporter l'equipe, le tour est joué. Ensuite l'equipe se rendra au chateau de Josselin dans le Morbihan. Sur le petit ecran en Asie cette saga amoureuse avec Li Sheng et Zhang Ray, pourrait etre regardée par 500 millions de telespectateurs. Les bretons esperent des retombées touristiques. j'ai enregistré un sujet audio pour RTL ( diffusé le 23 sept au matin ) et voici quelques images voici le sujet radio
  19. 5 points
    Une compil' vidéo intéressante:
  20. 5 points
    Making of assez étonnant de la société The Marmalade , c'est la première fois que je vois un système comme ça en fonctionnement.
  21. 5 points
    Avant que le SATIS n'existe il y a eu un salon dont j'ai oublié le nom qui avait à l'entrée cette phrase : La technique ne s'improvise pas, mais la technique permet d'improviser Tout est dit!
  22. 5 points
    En fait si... La Scarlet est bridee... Il y a un code pour la deblocker : Appui long sur le bouton REC du brain pendant 15 secondes, puis a l'aide de la RedMote, tourner de 3 tours la molette dans le sens horaire, puis 5 tours dans le sens anti-horaire. Faire un shut-down, puis lors du booting appuyer simultanément sur les boutons 1 et 2 du SSD reader... Et voila, le tour est joue... Sinon, je suis coince dans Tomb Raider, si quelqu'un a le code pour entrer dans le château...! Non, je blague...
  23. 5 points
    Cher monsieur sachez que je suis un homme tolérant et que mes origines bigarrées m'interdisent toute forme de racisme. Merci Matthieu pour avoir expliqué le pourquoi du comment. Pour moi et pour beaucoup Canon : les rouges / Nikon : les Jaunes ! Le problème est que Panasonic Sony et Olympus partagent la même couleur, le bleu ... N'y voyez aucun message anti auvergnat ! Sinon RED = Rouge / Arri = Bleu aussi Pourquoi on joue à ça nous autres ... Pour une raison toute bête, pour éviter les répétitions dans les textes qu'on écrit ...
  24. 5 points
    http://www.youtube.com/watch?v=wjFdQhoFE6Y un nouveau lien vu que celui sur le site n'est plus actif
  25. 5 points
    Cette image me fait un peu penser à l image de "Plus belle la vie". Bon ok je sors.
×