Aller au contenu

supprimer la publicité
Nicolas Pouilie

Votre avis sur l'IECA de Nancy

Messages recommandés

Nicolas Pouilie

Bonjour à tous,

Je viens d'avoir une réponse favorable concernant ma demande en L3 études cinématographiques à l'IECA. J'hésite néanmoins à confirmer mon inscription. Existe-t-il des anciens élèves de l'IECA qui se trouve sur le forum ou des professionnels susceptibles de donner un avis précis ? Est-ce un établissement reconnu dans le monde du cinéma ou faut-il que je privilégie une licence pro TAIS ou TeCAMTV (auxquelles je postule) ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Rémi Cahen

Bonjour Nicolas,

Je n'ai jamais mis les pieds dans ces écoles, mais je peux peut-être t'apporté néanmoins un début de réponse. Je suis gérant d'une société de production en Moselle (donc proche de l'IECA Nancy) et j'ai supervisé plusieurs stages d'étudiants de cet école au sein de ma boîte. Sans te mentir, le bagage technique dispensé dans cette école est assez pauvre. Elle est très théorique et très peu pratique ; très généraliste et très peu spécialisée. Je pense que mes homologues me suivront en disant que dans ce domaine professionnel, tu as intérêt à maîtriser à fond un poste, plutôt que tous à la fois sans les connaître "vraiment".

Voilà, maintenant je ne diaboliserai pas non plus cette école qui doit offrir une formation tout à fait intéressante et enrichissante, mais mon expérience personnelle me fait grandement préférer les étudiants sortant de BTS AV public, que ceux sortant de l'IECA.

D'autres professonniels ou personnes ayant véritablement fréquenté ces écoles pourront sûrement être bien plus précis que moi sur la question, bonne continuation et bonne chance à toi en tout cas !

Rémi.

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Sylvain Sailler

Bonjour Nicolas,

Que souhaites-tu faire après tes études ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Nicolas Pouilie

Mon ambition première est de devenir assistant-réalisateur pour le cinéma, la meilleure voie, d'après ce que j'ai entendu, pour réaliser ensuite. J'ai donc postulé pour la licence TAIS de Corte - option assistanat-réalisation - et consulté l'offre du CLCF (Conservatoire Libre du Cinéma Français) qui propose la formation pour la somme de 8 000 € (il faut aussi compter le loyer en région parisienne). Connaissez-vous des établissements publics ou privés (à moindre frais) qui propose la formation d'assistant réalisateur ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Sylvain Sailler

Le master pro de l'IECA est orienté documentaire, et est intéressant. Pour la fiction, tu peux peut-être regarder du côté de l'ESAV, école publique au sein de l'université de Toulouse (http://www.esav.fr).

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Contenu similaire

    • Quentin Bourdin
      Par Quentin Bourdin
      Bonjour à tous,

      L'ENS Louis Lumière vous invite à participer au débat sur la collaboration entre le Directeur de la Photographie et le Réalisateur ce Samedi 15 Octobre à 9h30.

      Les directeurs de la photographie Caroline Champetier, AFC et Yves Angelo sont les invités de ce débat.

      INSCRIPTION
      L'accès à la Cité du Cinéma étant contrôlé, il est nécessaire de s'inscrire au préalable en envoyant un mail à cette adresse : 
      invitation@ens-louis-lumiere.fr

      Le débat est gratuit et ouvert à tous.
      ......................................................................................................

      LES INVITÉS 

      Caroline Champetier, AFC

      Sortie de l'IDHEC en 1976, elle devient l'assistante de William Lubtchansky pendant 8 ans, et travaille notamment sur Shoah de Claude Lanzmann.
      En 1987 elle éclaire Soigne ta droite de Jean-Luc Godard, une collaboration qui s'étendra sur 3 longs métrages.
      S'en suivra la signature de l'image de films de nombreux cinéastes parmi lesquels Jacques Doillon (Ponette), Philippe Garrel (Le vent de la nuit), Nobuhiro Suwa (H Story), Leos Carax (Holy Motors), Anne Fontaine (Les Innocentes) ou encore Xavier Beauvois avec lequel elle obtiendra le César de la Meilleure Photographie pour Des Hommes et des Dieux.
      Elle préside l'AFC entre 2009 et 2012.
      Caroline Champetier a réalisé deux films : Berthe Morisot et Nuytten/Film.

      Yves Angelo

      Sorti de Louis Lumière en 1975, il est cadreur pour Jeanne Moreau et Bertrand Tavernier puis enchaîne très vite comme Directeur de la Photographie. Dès son deuxième long métrage en tant que Directeur de la Photographie, il remporte son premier César de la meilleure Photographie pour Nocturne Indien d'Alain Corneau en 1989. S'en suivront deux autres pour Tous les matins du monde d'Alain Corneau (1991) et Germinal de Claude Berri (1993).
      Il signera par la suite la photographie des films de Claude Miller (L'accompagnatrice), Chris Marker (Level Five), Gilles Legrand (Malabar Princess), François Dupeyron (Aide-toi, le ciel t'aidera) en continuant de travailler sur la lumière des films d'Alain Corneau.
      En parallèle, il a réalisé 8 longs métrages.

      ......................................................................................................
      ENS Louis Lumière – Salle de projection
      Cité du Cinéma
      20 rue Ampère 93200 Saint-Denis
      Métro ligne 13 station Carrefour Pleyel
    • Nicolas Pouilie
      Par Nicolas Pouilie
      Bonjour à tous   

      Après l’obtention de mon BTS Audiovisuel option image et de ma licence en cinéma à l'IECA (Nancy), qui m'ont permis d'acquérir des compétences techniques et des connaissances théoriques, j'aimerais désormais me tourner vers la composante commerciale du cinéma : la distribution.
      Or j’ignore s'il existe des formations spécifiques à la distribution mises à part les formations prodiguées par les grandes écoles (FEMIS, Louis Lumière etc.) ou par les écoles privées. Dois-je opter pour une formation commerciale ? Si oui, laquelle ? Certains d'entre vous connaîtraient-ils le "parcours type" d'un distributeur ? Lequel est-il ?
       
      Merci d'avance pour vos réponses qui me seront d'une grande utilité !
    • Quentin Bourdin
      Par Quentin Bourdin
      Bonsoir à tous, 
       
      Je m'étais promis une fois que j'aurais réussi le concours de partager un peu les galères et ses astuces pour les résoudre du concours que j'ai tenté 3 fois. D'autant qu'à mon époque il y avait de superbes discussion sur forum qui donnaient plein d'indications qui aujourd'hui n'existent plus d'où la nécessité. 
       
      Tout d'abord Louis Lumière c'est une école de cinéma à Bac +2 qui délivre un Master. Elle comporte 3 spécialités : Cinéma, Son et Photographie. C'est une formation qui se fait en 3 ans, qui est donc publique et du coup qui coûte 300€ ce qui est dérisoire comparé aux cours qu'on y reçoit. Cette école forme à l'origine des Chef Opérateurs qui commenceront en tant que 3e Assistant Caméra, puis 2e Assitant Caméra, et 1er Assistant Opérateur appelé aussi "pointeur". Cependant les cours étant diversifiés certains se tournent aussi bien vers les métiers d'électro, réalisateur, étalonneur ou monteur voire même continue leurs études en Doctorat. 
       
      Cependant ce doux rêve à un prix qui s'exprime en un chiffre : 16. Effectivement 16 places par promotion et 350 candidats, ce qui donne 4% de réussite au concours. Ce n'est pas beaucoup et je suis là pour en témoigner, et c'est pourquoi je veux vous donner des clefs qui vous permettront de pouvoir le réussir sans avoir forcément fait une prépa pour ça. 
       
      Je me présente un peu, je suis en 1ère année Cinéma à Louis Lumière, après avoir tenté 3 fois le concours. J'ai un Master 1 Réalisation obtenu à Paris 8, et j'ai un Bac Scientifique option SVT. 
       
       
      Passons maintenant au concours, il y a 3 épreuves qui sont QCM pour 350 élèves, puis épreuves écrites pour 80 élèves, enfin les oraux pour 30 étudiants, puis l'admission pour 16. 
       
      Le QCM prévoir un stylo feutre Papermate Noire pour cocher la bande optique sans perdre de temps 
       
      Il se partage en deux parties la première étant composé de l'Anglais et de la Culture Artistique générale (elle est la même pour toutes les sections) : 
      - L'anglais est une épreuve où vous aurez tout type d'exercices de grammaire et de compréhension écrite. 
      - Culture Artistique générale : Peinture, Photographie, Musique, Cinéma, Philosophie, Danse, Cirque, ... 
       
      Pour ses épreuves je vous conseille de lire l'American Cinematographer et des revues pour la compréhension anglaise, et de refaire des exercices de grammaire pour vous remettre les différentes règles en tête. 
      Pour l'artistique générale lire des livres sur l'art sachant que les questions portent plus sur des œuvres supérieures à 1800, vous remettre en tête la philo puis vous documenter au maximum bien qu'il soit difficile d'avoir une culture aussi large que celle demandée. 
       
      La suite du QCM n'est destiné qu'à la section cinéma mais se présente avec les mêmes sous-parties pour les autres où il y a Connaissances Scientiques, Culture Technique, Culture portant sur la section choisie (Son, Ciné ou Photo) 
      - Scientifique : Programme de terminale S, pas de questions aussi compliqué qu'au bac mais savoir appliquer le cours. Connaitre impérativement la formule P = U x I avec P la Puissance en Watt, U la résistance en Ohm, I l'intensité en Ampère, car des questions porteront sur l'application de cette formule. 
      - Technique : Connaître l'histoire du cinéma au niveau technique aussi bien numérique qu'argentique, être sensibilisé à l'image notamment avec les miroirs et les ombres portées. 
      - Artistique : Beaucoup de questions sont en lien avec des expositions passées ou en cours, donc vous êtes sûre d'avoir des questions sur Truffaut, Antonioni, Jeff Koon, ... Et puis connaître le cinéma asiatique, africain, d'amérique du sud, ... ou du moins connaître quelques repères. 
       
      (Je vous mettrais ma bibliographie en fin de post) 
       
       
      Les écrits 
       
      Bravo vous avez réussi la première étape mais pas question de se reposer, il faut tout de suite travailler les épreuves suivantes... 
       
      Scénarimage (nom français désignant Story-Board + Plan au sol) : Vous êtes nuls en dessin, vous inquiétez pas moi aussi. Des feuilles de personnages transparent à coller et des images de décor vous sont donnés. Par contre je vous encourage vivement à lire le livre sur le story-board dont je fais mention dans ma bibliographie qui va vous donner une méthode professionnelle et vous donner des bases de dessin fortement appréciables. De plus entraînez vous à faire des dessins avec cadrage cinématographique et des plans au sol pou les accompagner.  
      Vous aurez un temps très court pour penser une histoire avec les 2 pitchs qui vous sont donnés, dessiner et coller votre story-board, réaliser le Story-Board, indiquer les éléments sonores à côté de vos plans, écrire la note d'intention. Ne perdez donc pas de temps, ça va passer très très vite cette épreuve, et pensez une histoire qui se démarque et qui va vous différencier de celles des autres, n'oubliez pas que c'est un concours et que vous avez 6 vignettes pour montrer votre originalité. Entraînez-vous à écrire une Note d'intention si vous ne l'avez jamais fait auparavant. 
       
      Analyse Technique : Une épreuve qui demande des connaissances sur les effets visuels utilisés comme les ratio d'images, les accélérés, les faux-raccords, les types de montage, ... On peut penser que cette épreuve est facile mais il ne faut pas rester à donner ce que vous pensez être la bonne réponse mais l'accompagner de détails, d'autres éléments qui vous paraissent essentiels à dire sur le même sujet. On vous passera des extraits de films en VF pour que vous vous concentriez que sur les images, qu'on vous diffusera 2 fois à la suite avec une pause d'une minutes entre les 2. Vous aurez ensuite 10 minutes pour répondre aux deux questions posées. Au bout de ces 10 minutes la séquence suivante commence. A la fin vous aurez entre 10 et 20 minutes pour relire et ajouter ce que vous n'avez pas eu le temps de marquer.  
      Je vous propose la méthode suivante pour réussir cette épreuve. Lire les 2 questions avant que la séquence démarre, lister tous éléments que vous voyez ou entendez qui vous permettent de répondre aux questions, ajouter ou retirer des éléments à la liste durant le 2e visionnage. Vous avez ensuite 10 minutes pour répondre aux questions donc il faudra aller très très vite. 
       
      Analyse Artistique : Ai-je besoin de décrire cette épreuve qui n'est ni plus ni moins qu'une analyse filmique standard. Ma méthode pour ce genre d'épreuve est de noter tout ce qui me semble intéressant pour être un élément signifiant : sens et direction du mouvement des acteurs et de la caméra, cadrage, lumière, couleur, angulation, composition, échelle, raccord, mise au point, type de séquence, éléments techniques, rapport image et son, ... Après les regrouper en 3 parties, sachant que 2 parties se détacheront et qu'il faudra lutter pour en trouver une troisième qui risque d'être pourtant la plus intéressante car c'est cette dernière qui vous démarquera. Puis réfléchir à une problématique qui englobe ces 3 parties. Passer à la rédaction. Pareil pas beaucoup de temps sur cette épreuve du coup ne pas hésiter à mettre le turbo au moment de la rédaction. 
       
       
      Oraux 
       
      Bravo, plus qu'une épreuve mais pas question de se débiner car vous n'êtes plus que 30 mais seulement la moitié sera pris du coup c'est encore loin d'être gagné et il va falloir tout donner. 
       
      Oral Technique 30' : Vous recevez une thématique suivie de 3 titres d’œuvres cinématographiques se raccordant à ce thème. Vous devez imaginer le remake d'une de ces œuvres et l'imager de 8 plans correspondant à 4 scènes de ce remake, au moyen d'un appareil qui vous sera délivrer la veille du concours à 10h et qu'il faudra rendre à 16h. Vous devrez ensuite expliquer vos choix auprès du jury qui sera face à vous, composé principalement de chefs opérateurs. 
      Préparez cette épreuve bien en amont car il vous faudra peut-être des autorisations pour photographier dans ces lieux et pour quiconque a fait des photographies de repérages, il est très difficile de trouver le lieu opportun. Vous aurez un appareil photo numérique bas de gamme pour faire les photos qui fera donc primer votre cadre et votre sélection des lieux avant votre connaissance de la technique photographique. 
       
      Oral Artistique 20' + 10' de préparation : Vous devez piocher au hasard un tableau et imaginer une histoire soit d'une séquence, soit d'un film en utilisant les éléments du tableau et la scène représentée. N'hésitez pas à marquer votre originalité, et à rebondir sur les questions du jury pour expliquer vos propos et même étayer votre histoire. 
       
      Oral de Culture Artistique 20' + 10' de préparation: Vous piochez deux papiers contenant des citations ou des questions et devrez argumenter vos choix, donner vos accords/désaccords et vos réserves, d'autant que le jury ne cessera de vous pousser dans vos retranchements. La seconde partie de l'entretien sera plus sur votre personnalité en référence à votre lettre de motivation et votre CV donnés au moment de l'inscription. Préparez une bibliographie car il faudra leur donner. 
       
       
      Ci-joint ma bibliographie : 
       
      I – Culture Artistique 
      CANAL Denis-Armand, LADAME-BUSCHINI Marie, LEDORE Guy, Tout sur la photo : Panorama des chefs-d’œuvre et des techniques, édition Flammarion, 576 pages, 2012 
      COCHAIN Bernard-Yves et WEBER Patrick, Histoire de l'art, collection « Grands Librio Mémo », édition J’ai lu, 329 pages, 2009 
      FARTHING Stephen, Tout sur l'art : Panorama des mouvements et des chefs-d'œuvre, édition Flammarion, 576 pages, 2010 
      PINCHON Pierre, La lumière dans les arts européens 1800-1900, édition Hazan, 168 pages, 2011 
       
      II – Culture Cinématographique 
      GOLIOT-LETE Anne, Précis d'analyse filmique : 2e édition, collection 128, édition Armand Colin, 128 pages, 2009 
      JOURNOT Marie-Thérèse, Le vocabulaire du cinéma : 2e édition, collection 128, édition Armand Colin, 128 pages, 2009 
      KEMP Philip, Tout sur le cinéma : Panorama des chefs-d’œuvre et des techniques, édition Flammarion, 576 pages, 2011 
      PREDAL René, Histoire du cinéma, édition CinémAction, 200 pages, 1991 
      REVAULT D'ALLONNES Fabrice, La Lumière au cinéma, édition Cahiers du cinéma, 205 pages, 2001 
       
      III – Culture Technique 
      BELLAÏCHE Philippe, Les secrets de l'image vidéo, édition Eyrolles, 518 pages, 2008 
      BUSCH David, La Photographie au reflex numérique pour les Nuls, édition Pour les Nuls, 351 pages, 2014 
      GAUDRY Daniel, La lumière : Expériences, pratique et savoir-faire, édition De Boeck, 625 pages, 2008 
      PINEL Vincent, Techniques du cinéma, collection « Que sais-je ? », édition PUF, 128 pages, 2008 
      de RANCOURT Louis, SAINT-VINCENT Raphaël et Olivier, Réaliser un storyboard pour le cinéma, édition Eyrolles, 240 pages, 2012 
      YOT Richard, Lumière : Cours pratique à l'usage des professionnels de l'image, édition Eyrolles, 2011 
         
      IV – Culture Scientifique 
      COLLECTIF, Objectif Bac Terminale S, édition Hachette Education, 496 pages, 2004 
    • Julien Millon
      Par Julien Millon
      bonjour je suis nouveau sur le forum , j'aurais besoins de quelques conseils , j'aimerais mettre un pied dans le milieu de la Tv , cadreur ou assistant réalisateur. J'ai commencé à regarder pour des écoles privé certaine semble sérieuse d'autres semble pas franchement sérieuse pour ne pas dire arnaque. Mais dans tous les cas il faut lâcher 30 000 euro l'école . N'ayant pas ce budget je me demande si je ne dois pas opté pour une formation continu sachant que malheureusent la plupart ne propose pas de stages. J'ai également pense travaillé gratuitement au début comme assistant pour avoir un pied dedans et apprendre sans dépenses de sommes faramineuses . Mon parcours j'ai été assitant et photographe de pub il y a de ça quelques année à l'époque je bossais en 4x5".
×