Aller au contenu

supprimer la publicité
Quentin Bourdin

Concours Louis Lumière - Section Cinéma

Messages recommandés

Quentin Bourdin

Bonsoir à tous, 
 
Je m'étais promis une fois que j'aurais réussi le concours de partager un peu les galères et ses astuces pour les résoudre du concours que j'ai tenté 3 fois. D'autant qu'à mon époque il y avait de superbes discussion sur forum qui donnaient plein d'indications qui aujourd'hui n'existent plus d'où la nécessité. 
 
Tout d'abord Louis Lumière c'est une école de cinéma à Bac +2 qui délivre un Master. Elle comporte 3 spécialités : Cinéma, Son et Photographie. C'est une formation qui se fait en 3 ans, qui est donc publique et du coup qui coûte 300€ ce qui est dérisoire comparé aux cours qu'on y reçoit. Cette école forme à l'origine des Chef Opérateurs qui commenceront en tant que 3e Assistant Caméra, puis 2e Assitant Caméra, et 1er Assistant Opérateur appelé aussi "pointeur". Cependant les cours étant diversifiés certains se tournent aussi bien vers les métiers d'électro, réalisateur, étalonneur ou monteur voire même continue leurs études en Doctorat. 
 
Cependant ce doux rêve à un prix qui s'exprime en un chiffre : 16. Effectivement 16 places par promotion et 350 candidats, ce qui donne 4% de réussite au concours. Ce n'est pas beaucoup et je suis là pour en témoigner, et c'est pourquoi je veux vous donner des clefs qui vous permettront de pouvoir le réussir sans avoir forcément fait une prépa pour ça. 
 
Je me présente un peu, je suis en 1ère année Cinéma à Louis Lumière, après avoir tenté 3 fois le concours. J'ai un Master 1 Réalisation obtenu à Paris 8, et j'ai un Bac Scientifique option SVT. 
 
 
Passons maintenant au concours, il y a 3 épreuves qui sont QCM pour 350 élèves, puis épreuves écrites pour 80 élèves, enfin les oraux pour 30 étudiants, puis l'admission pour 16. 
 
Le QCM prévoir un stylo feutre Papermate Noire pour cocher la bande optique sans perdre de temps 
 
Il se partage en deux parties la première étant composé de l'Anglais et de la Culture Artistique générale (elle est la même pour toutes les sections) : 
- L'anglais est une épreuve où vous aurez tout type d'exercices de grammaire et de compréhension écrite. 
- Culture Artistique générale : Peinture, Photographie, Musique, Cinéma, Philosophie, Danse, Cirque, ... 
 
Pour ses épreuves je vous conseille de lire l'American Cinematographer et des revues pour la compréhension anglaise, et de refaire des exercices de grammaire pour vous remettre les différentes règles en tête. 
Pour l'artistique générale lire des livres sur l'art sachant que les questions portent plus sur des œuvres supérieures à 1800, vous remettre en tête la philo puis vous documenter au maximum bien qu'il soit difficile d'avoir une culture aussi large que celle demandée. 
 
La suite du QCM n'est destiné qu'à la section cinéma mais se présente avec les mêmes sous-parties pour les autres où il y a Connaissances Scientiques, Culture Technique, Culture portant sur la section choisie (Son, Ciné ou Photo) 
- Scientifique : Programme de terminale S, pas de questions aussi compliqué qu'au bac mais savoir appliquer le cours. Connaitre impérativement la formule P = U x I avec P la Puissance en Watt, U la résistance en Ohm, I l'intensité en Ampère, car des questions porteront sur l'application de cette formule. 
- Technique : Connaître l'histoire du cinéma au niveau technique aussi bien numérique qu'argentique, être sensibilisé à l'image notamment avec les miroirs et les ombres portées. 
- Artistique : Beaucoup de questions sont en lien avec des expositions passées ou en cours, donc vous êtes sûre d'avoir des questions sur Truffaut, Antonioni, Jeff Koon, ... Et puis connaître le cinéma asiatique, africain, d'amérique du sud, ... ou du moins connaître quelques repères. 
 
(Je vous mettrais ma bibliographie en fin de post) 
 
 
Les écrits 
 
Bravo vous avez réussi la première étape mais pas question de se reposer, il faut tout de suite travailler les épreuves suivantes... 
 
Scénarimage (nom français désignant Story-Board + Plan au sol) : Vous êtes nuls en dessin, vous inquiétez pas moi aussi. Des feuilles de personnages transparent à coller et des images de décor vous sont donnés. Par contre je vous encourage vivement à lire le livre sur le story-board dont je fais mention dans ma bibliographie qui va vous donner une méthode professionnelle et vous donner des bases de dessin fortement appréciables. De plus entraînez vous à faire des dessins avec cadrage cinématographique et des plans au sol pou les accompagner.  
Vous aurez un temps très court pour penser une histoire avec les 2 pitchs qui vous sont donnés, dessiner et coller votre story-board, réaliser le Story-Board, indiquer les éléments sonores à côté de vos plans, écrire la note d'intention. Ne perdez donc pas de temps, ça va passer très très vite cette épreuve, et pensez une histoire qui se démarque et qui va vous différencier de celles des autres, n'oubliez pas que c'est un concours et que vous avez 6 vignettes pour montrer votre originalité. Entraînez-vous à écrire une Note d'intention si vous ne l'avez jamais fait auparavant. 
 
Analyse Technique : Une épreuve qui demande des connaissances sur les effets visuels utilisés comme les ratio d'images, les accélérés, les faux-raccords, les types de montage, ... On peut penser que cette épreuve est facile mais il ne faut pas rester à donner ce que vous pensez être la bonne réponse mais l'accompagner de détails, d'autres éléments qui vous paraissent essentiels à dire sur le même sujet. On vous passera des extraits de films en VF pour que vous vous concentriez que sur les images, qu'on vous diffusera 2 fois à la suite avec une pause d'une minutes entre les 2. Vous aurez ensuite 10 minutes pour répondre aux deux questions posées. Au bout de ces 10 minutes la séquence suivante commence. A la fin vous aurez entre 10 et 20 minutes pour relire et ajouter ce que vous n'avez pas eu le temps de marquer.  
Je vous propose la méthode suivante pour réussir cette épreuve. Lire les 2 questions avant que la séquence démarre, lister tous éléments que vous voyez ou entendez qui vous permettent de répondre aux questions, ajouter ou retirer des éléments à la liste durant le 2e visionnage. Vous avez ensuite 10 minutes pour répondre aux questions donc il faudra aller très très vite. 
 
Analyse Artistique : Ai-je besoin de décrire cette épreuve qui n'est ni plus ni moins qu'une analyse filmique standard. Ma méthode pour ce genre d'épreuve est de noter tout ce qui me semble intéressant pour être un élément signifiant : sens et direction du mouvement des acteurs et de la caméra, cadrage, lumière, couleur, angulation, composition, échelle, raccord, mise au point, type de séquence, éléments techniques, rapport image et son, ... Après les regrouper en 3 parties, sachant que 2 parties se détacheront et qu'il faudra lutter pour en trouver une troisième qui risque d'être pourtant la plus intéressante car c'est cette dernière qui vous démarquera. Puis réfléchir à une problématique qui englobe ces 3 parties. Passer à la rédaction. Pareil pas beaucoup de temps sur cette épreuve du coup ne pas hésiter à mettre le turbo au moment de la rédaction. 
 
 
Oraux 
 
Bravo, plus qu'une épreuve mais pas question de se débiner car vous n'êtes plus que 30 mais seulement la moitié sera pris du coup c'est encore loin d'être gagné et il va falloir tout donner. 
 
Oral Technique 30' : Vous recevez une thématique suivie de 3 titres d’œuvres cinématographiques se raccordant à ce thème. Vous devez imaginer le remake d'une de ces œuvres et l'imager de 8 plans correspondant à 4 scènes de ce remake, au moyen d'un appareil qui vous sera délivrer la veille du concours à 10h et qu'il faudra rendre à 16h. Vous devrez ensuite expliquer vos choix auprès du jury qui sera face à vous, composé principalement de chefs opérateurs. 
Préparez cette épreuve bien en amont car il vous faudra peut-être des autorisations pour photographier dans ces lieux et pour quiconque a fait des photographies de repérages, il est très difficile de trouver le lieu opportun. Vous aurez un appareil photo numérique bas de gamme pour faire les photos qui fera donc primer votre cadre et votre sélection des lieux avant votre connaissance de la technique photographique. 
 
Oral Artistique 20' + 10' de préparation : Vous devez piocher au hasard un tableau et imaginer une histoire soit d'une séquence, soit d'un film en utilisant les éléments du tableau et la scène représentée. N'hésitez pas à marquer votre originalité, et à rebondir sur les questions du jury pour expliquer vos propos et même étayer votre histoire. 
 
Oral de Culture Artistique 20' + 10' de préparation: Vous piochez deux papiers contenant des citations ou des questions et devrez argumenter vos choix, donner vos accords/désaccords et vos réserves, d'autant que le jury ne cessera de vous pousser dans vos retranchements. La seconde partie de l'entretien sera plus sur votre personnalité en référence à votre lettre de motivation et votre CV donnés au moment de l'inscription. Préparez une bibliographie car il faudra leur donner. 
 
 
Ci-joint ma bibliographie : 
 
I – Culture Artistique 
CANAL Denis-Armand, LADAME-BUSCHINI Marie, LEDORE Guy, Tout sur la photo : Panorama des chefs-d’œuvre et des techniques, édition Flammarion, 576 pages, 2012 
COCHAIN Bernard-Yves et WEBER Patrick, Histoire de l'art, collection « Grands Librio Mémo », édition J’ai lu, 329 pages, 2009 
FARTHING Stephen, Tout sur l'art : Panorama des mouvements et des chefs-d'œuvre, édition Flammarion, 576 pages, 2010 
PINCHON Pierre, La lumière dans les arts européens 1800-1900, édition Hazan, 168 pages, 2011 
 
II – Culture Cinématographique 
GOLIOT-LETE Anne, Précis d'analyse filmique : 2e édition, collection 128, édition Armand Colin, 128 pages, 2009 
JOURNOT Marie-Thérèse, Le vocabulaire du cinéma : 2e édition, collection 128, édition Armand Colin, 128 pages, 2009 
KEMP Philip, Tout sur le cinéma : Panorama des chefs-d’œuvre et des techniques, édition Flammarion, 576 pages, 2011 
PREDAL René, Histoire du cinéma, édition CinémAction, 200 pages, 1991 
REVAULT D'ALLONNES Fabrice, La Lumière au cinéma, édition Cahiers du cinéma, 205 pages, 2001 
 
III – Culture Technique 
BELLAÏCHE Philippe, Les secrets de l'image vidéo, édition Eyrolles, 518 pages, 2008 
BUSCH David, La Photographie au reflex numérique pour les Nuls, édition Pour les Nuls, 351 pages, 2014 
GAUDRY Daniel, La lumière : Expériences, pratique et savoir-faire, édition De Boeck, 625 pages, 2008 
PINEL Vincent, Techniques du cinéma, collection « Que sais-je ? », édition PUF, 128 pages, 2008 
de RANCOURT Louis, SAINT-VINCENT Raphaël et Olivier, Réaliser un storyboard pour le cinéma, édition Eyrolles, 240 pages, 2012 
YOT Richard, Lumière : Cours pratique à l'usage des professionnels de l'image, édition Eyrolles, 2011 
   
IV – Culture Scientifique 
COLLECTIF, Objectif Bac Terminale S, édition Hachette Education, 496 pages, 2004 

Modifié par Quentin Bourdin
  • Like 6

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pierre Alt

Merci Quentin, cela permet de mieux comprendre tous les aspects d'un tel concours, où bon nombre de mes amis sont passés par là au fil des années.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Max Roy

C' est seulement aujourd' hui que je me sentirais capable de répondre sereinement à plusieurs de ces questions...43 ans après, donc...après avoir baissé les bras en maths!

Chapeau les enfants!

 

Modifié par Max Roy

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Zéphyr HAUTION

Bonjour, 

Je découvre votre généreuse notice deux ans plus tard, alors que je prépare le concours. 

Je voudrais vous remercier. Je laisse alors un message ici, que vous lirez peut-être. 
Vous donner des conseils utiles à mon avis tant pour les conditions mentales requises que le travail à fournir.  

Bon courage pour la suite 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Contenu similaire

    • Invité
      Par Invité
      Vu d' un premier coup d' oeil, la BPCC4K ressemble à un DSLR qui serait " orienté vidéo au maximum".

       
      Avec cette nouvelle caméra, BMD semble s' attaquer avant tout au marché des DSLR en offrant des caractéristiques uniques pour ce genre de produit, avec un prix défiant toute concurrence.
      Il y a la possibilité d' enregistrer les prises de vue sur un disque dur externe ( SSD)
      via un petit connecteur à la norme USB Type-C, par exemple.
      La présence d' un mini-XLR avec alimentation fantôme se fait aussi remarquer.
      Quant au capteur*, il est plus grand que la BPCC de 1ère génération, offre la même plage dynamique de 13 stops, mais à cette différence supplémentaire qu' il permet un enregistrement en basse lumière et ce jusqu' à 25600 ISO ( d' après BMD).
      A noter que la version complète de DaVinci Resolve est incluse lors de l' achat de cette caméra.
      Pour en savoir plus :
      https://www.blackmagicdesign.com/products/blackmagicpocketcinemacamera/techspecs/W-CIN-12
       
      Sans vouloir briser l' élan d' enthousiasme qu' a pu suscité BMD avec cette nouvelle caméra,
      il faut savoir tout en prenant en compte les forces et les faiblesses de la BPCC4K,
      que cette dernière offre beaucoup de promesses sur le papier qui restent malgré tout à vérifier en terrain réel.
      Il faut donc prendre du recul et attendre les premiers retours d' expérience de cette caméra,
      en espérant que BMD tienne ses délais concernant les livraisons.
      ( Le salon de l' IBC 2018 sera l' occasion pour BMD de montrer un produit fini tant sur le plan hardware que software)
       
      Donc pour ce qui est de la BPCC4K :

       
      ( *= infos ou intox, certains sites spécialisés indiquent que le capteur de la BPCC4K serait le même que celui du Panasonic GH5s.)
       
       
       
       
       
    • Eric Deschamps
      Par Eric Deschamps
      POUR 2018, L'ÉQUIPE DE   D I C K   L A U R E N T   VOUS PROPOSE SON NOUVEL APPEL À FILMS
      Welcome to... #9
      Festival du Film Court à Contraintes


      Réaliser un film (d'une durée maximum de 8 minutes) en intégrant les 3 contraintes suivantes :
      - S’inspirer du thème « Résistance »
      - Intégrer un plan débullé
      - Insérer le mot « Orange » ou « Mécanique »
       
      • date limite d’inscription : 22 avril 2018.
      • date limite d’envoi des films : 22 mai 2018.
      • Le Festival aura lieu le 22 juin 2018 à la maison Folie Wazemmes.
      Fiche d’inscription et règlement téléchargeables sur www.dicklaurent.eu
      Renseignements : infos.welcome@gmail.com
      http://www.dicklaurent.eu/wordpress/welcome-to-9/
      http://www.dicklaurent.eu/wordpress/
    • Invité
      Par Invité
      Un article intéressant passé inaperçu... enfin presque.
      Pour celles et ceux qui ne l' ont pas lu en voici quelques extraits :
      " [...] Des producteurs qui ne prennent aucun risque financier, pour produire des films qui ne seront vus que par une poignée de spectateurs et qui ne seront jamais rentables... [...]
      il existait déjà une poignée d'études critiques -certaines restées secrètes- qui avaient pointé les travers du système [...]
      la grande majorité des films français produits font un bide: en 2010, 60% ont été vus par moins de 50 000 spectateurs. Plus préoccupant: ce taux est en forte hausse [...]
      les producteurs indépendants "disposent de mécanismes sécurisant leurs avances en trésorerie.
      De fait, ils ne courent aucun risque financier, l’aide publique venant en lieu et place du capital". [...]
      Résultat: le producteur "voit dans la très grande majorité des cas le film financé en intégralité avant sa sortie en salles".[...]
      Des avances jamais remboursées [...]
      le CNC ne revoit quasiment jamais la couleur de son argent: selon le rapport de l’Inspection des finances, l’avance n’est "effectivement remboursée qu’à hauteur de 10% à 12%". Explication probable: la plupart des films qui bénéficient de cette avance ne sont pas rentables... [...]
      l'Inspection des finances puis la Cour des comptes ont démontré que la grande majorité des subventions est constituée d'argent public. Ces aides peuvent représenter jusqu'à 60% du budget d'un film. [...]"
      http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/financement-cinema-francais-verites-derangent-415996.html
       
      D'  autres articles intéressants :
      "[...] Un système verrouillé en France [...]
      En France, par exemple, pour faire un film il faut faire partie du réseau.[...]
      Il faut connaître une personnalité établie dans le système (“la grande famille du cinéma”), pour être coopté, sinon on reste devant la porte.[...]"
      https://boostyourfilm.com/fr/et-si-boostyourfilm-proposait-sa-vision-du-cinema-independant/
       
      "[...] En 2015, les subventions du CNC se sont élevées à 765 millions d’euros.
      Sur dix ans, cela fait 7,65 milliards d’euros qui sont en bonne partie jeter dans un trou sans fond.[...]"
      http://lebonsalon.com/sondage-subventions-cinema-francais/
       
      "[...] Cinéma français : 90 % des films ne sont pas rentables[...]
      L'an dernier, le déficit cumulé a atteint 400 millions d'euros. [...]"
      http://www.lefigaro.fr/cinema/2014/01/08/03002-20140108ARTFIG00429-90-des-films-francais-ne-sont-pas-rentables.php
       
      "[...] Nous savons bien qu’en écrivant ces lignes nous nous aliénons par définition tous ceux qui vivent du système ou y participent indirectement par leur complaisance.[...]
      Les films français sont aujourd’hui presque tous produits grâce à un préfinancement à 100% des frais.[...]
      Mutualisation des pertes et privatisation des bénéfices…
      cela rappelle précisément ce que l’on a beaucoup reproché aux banques au plus fort de la crise financière ! [...]
      La déconnexion quasi-totale d’avec le marché favorise des formes nombrilistes d’art, un fonctionnement autarcique et auto-référentiel. [...]
      Les pouvoirs publics, de façon générale, doivent cesser de justifier par « l’exception culturelle »
      ce qui n’est au fond qu’une abdication face à des lobbies défendant leurs rentes. [...]"
      https://www.contrepoints.org/2016/05/13/238706-soutien-public-au-cinema-francais-lanalyse-interdite
       
      La question est de savoir s' il s' agit là de la partie émergée de l'iceberg, car en effet selon toute vraisemblance il y a comme qui dirait un petit groupe de producteurs, mais aussi d' autres intervenants, somme toute un petit groupe de " copains", qui connaissent tellement bien les rouages du système qu' ils savent comment passer au travers et en abuser en toute tranquilité.
      Ou bien s' agit-il en fait d' un " Cinéma Français" artistiquement à bout de souffle qui est formaté et qui ne se réinvente plus; et qui doit son seul salut à l' argent publique.
       
      Voici quelques réactions prises sur des sites comme Allocine ainsi que sur certains forums ( certaines sont hilarantes mais aussi éloquentes) :
      " aujourd'hui on est incapable de faire autre chose que des huis clots minimalistes, des drames sociaux à se tirer une balle tellement c'est ennuyant, des comédies grasses qui coutent tellement cher que ça en devient suspect…. Donc soyons sérieux deux secondes. Ce pays n'a aucune ambition visuelle, aucune ambition pour faire rêver les gens qui vont voir ses films.
      Ce système marche à coup de subventions d'argent public qui leur permettent de dire : "Vous ne voulez pas de ce film ?… Ben vous avez quand même payé pour qu'il se fasse. On ne vous a pas demandé votre avis, mais vous l'aurez quand même." ( Clem L17)
       
      " Ou sont les thriller, en France, quand on fait un film policier, l’enquête n'est pas importante, ce qui compte c'est de montrer un flic alcoolo, dépressif, divorcé et qui pleure dans son apart." ( tueurnain)
       
      " On fait des films de m... mais pas grave on est payé quand même.Ca permet d'avoir uen belle vie. Il suffit de connaître l'astuce.La fameuse exception culturelle est une pompe à fric..Une commissaire europêenne il y a 3 mois à commencé à dire que cela devait s'arrêter en parlant de ce qu'elle considère comme un abus." ( Gaspard D)
       
      " Cinéma français : 90 % des films sont nuls à chier." ( peripheryk)
       
      " Est-ce que vraiment un film mérite plus de subventions que le kebab du coin ?" ( Vrulth)
       
       
       
       
       
    • Bastien  Chilloux
      Par Bastien Chilloux
      Bonjour,
      Je cherche à élargir mon réseau en intégrant des équipes de tournages (cinéma ou audiovisuel) en tant qu'assistant caméra. Je suis situé sur Paris mais également très mobile.
      Vous trouverez mon CV en pièce jointe.
      N'hésitez pas à me contacter si vous souhaitez plus d'informations !
      Merci d'avance !
      Cordialement.
    • Bastien  Chilloux
      Par Bastien Chilloux
      Bonjour,
      Je cherche à élargir mon réseau en intégrant des équipes de tournages (cinéma ou audiovisuel) en tant qu'assistant caméra. Je suis situé sur Paris mais également très mobile.
      Vous trouverez mon CV en pièce jointe.
      N'hésitez pas à me contacter si vous souhaitez plus d'informations !
      Merci d'avance !
      Cordialement.

×