Aller au contenu

supprimer la publicité
Roger Canto

Les deux plus petites Super 16

Messages recommandés

Roger Canto

Les deux plus petites super-16





La Arri 416 contre la A-Minima Aäton



Si la forme et les dimensions sont très voisines pour les deux, on peut remarquer cependant une différence de poids importante (6 Kg pour la 416, contre 1,5 Kg pour la A-Minima).

Petites_1.thumb.jpg.4db5b40dbd00bac2c9f4


Petites_2.thumb.jpg.bcaa9403ed47e527c029



Malgré leur ressemblance apparente, ces deux petites caméras sont très différentes. Elles présentent des particularités qu’il est indispensable de connaître avant de faire son choix.


Le couloir de prise de vues :


La A-Minima est équipée d’un couloir qui cintre le film de quelques microns, ce qui lui assure un positionnement rigoureux au niveau du plan focal image (et donc une netteté constante de l’image), sans faire appel à un presseur arrière.

La 416 est munie, de façon plus classique, d’un couloir normal avec presseur.


L’obturateur :


La A-Minima est dotée d’un obturateur de 172,8° (angle destiné à éviter le flicker lorsqu’on utilise des lampes HMI).

La 416 possède un obturateur variable allant de 45° à 180° ; donc également réglable sur 172,8° pour éviter le flicker.


La visée réflexe :


Le viseur par fibres optiques de la A-Minima, procure une image très lumineuse. Son miroir, placé sur l’obturateur, a une forme particulière qui empêche toute pénétration de lumière, même si la lentille arrière du viseur est découverte. Une reprise vidéo est également possible, grâce à une prise spéciale.

Les concepteurs de la 416, par contre, sont restés fidèles au viseur traditionnel à dépoli. (la large lentille de sortie facilitant la visée chez les porteurs de lunettes).


Petites_3.thumb.jpg.419d9061b2cd99296b41

Dispositif de visée de la 416



Aäton a prévu pour la A-Minima un moniteur à cristaux liquides qui se fixe sur la poignée amovible du dessus.


Petites_4.thumb.jpg.6af5b26caa3a80b780b0




Les vitesses :


La A-Minima permet de filmer de 2 à 48 im/sec et possède un intervallomètre incorporé.

La 416 offre une gamme de vitesse allant de 1 im/sec à 75 im/sec. Elle permet donc un plus grand ralenti, mais ne possède pas d’intervallomètre interne… Cet inconvénient n’a pas une très grande importance puisqu’il est facile de faire appel à un appareil externe que l’on trouve facilement, ou que l’on peut bricoler.


L’insonorisation :


La A-Minima est auto-silencieuse grâce à un mécanisme de griffe d’un genre nouveau et à l’utilisation de matériaux non métalliques. Son habillage en polycarbonate offre aussi l’avantage d’en faire la caméra super-16 la plus légère du monde (moins de 2 Kg, pellicule et batterie comprises).

L’insonorisation de la 416 est obtenue de façon plus classique grâce à des blocs de caoutchouc qui suspendent le bâti interne.


Possibilités spécifiques :


La A-Minima est adaptée au procédé de marquage Aäton Code II, compatible avec XTR prod.
Ce dispositif permet de se passer du clap, grâce à un marquage du temps sur la pellicule et sur les bandes son. L’absence de clap peut être un avantage considérable lorsqu’on tourne avec des enfants ou des animaux. De plus, cela diminue nettement le budget pellicule.


Petites_5.thumb.jpg.5949f7c4b80f286a589c

Le marquage code Aäton


La 416 offre une particularité assez exceptionnelle : elle peut être retirée facilement du socle qui porte matte-box et optique, ce qui permet dans certains cas de gagner un temps précieux sur les lieux de tournage.



Petites_6.thumb.jpg.c3b8617599b795fee109


Quelques modèles de A-Minima, plus spécialement destinés aux « non professionnels », sont adaptés au Super-16 iD (image décalée). Cette invention de Jean-Pierre Beauviala permet d’avoir des collures beaucoup plus fines, donc moins visibles sur l’écran, lorsqu’on tourne en inversible et que l’on projette directement l’original, après montage.



Le super-16 n’étant pas destiné à la projection, il n’existe pas de projecteurs adaptés à ce format. Cependant, certains « amateurs » et quelques conférenciers ont fait modifier des projecteurs 16 mm double-bande (par agrandissement de la fenêtre et re-centrage de l’objectif) afin de pouvoir projeter la splendide image panoramique du super-16.


Comme on a pu le constater, chacune des deux caméras présente des avantages que la concurrente n’a pas… Le choix va donc dépendre du type de film que l’on se propose de tourner et peut-être aussi du budget dont on dispose.


 

Roger CANTO
 

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Francis Frenkel

Superbe article comparatif. Merci beaucoup !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Max Roy

...Chez Paillard en Suisse on vous transforme toujours une caméra 16  (Paillard bien sûr) en Super16...Ce qui en fait une caméra encore moins encombrante!...Et j'ai la même en 8mm...Pas moins encombrante d'ailleurs...

Mais celles ci...! Qu' est ce qu'elles sont chouettes!

 

Et dire que tout ça va disparaître!

 

Merci Roger!

 

(Oups! Je n'avais pas lu le sujet sur le super 16!!)

Merci Matthieu !

Modifié par Max Roy

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Roger Canto

Il est exact que les Paillard-Bolex 16 peuvent encore être transformées en Super-16 par les soins de Paillard en Suisse.

Cela en vaut la peine parce que leur mécanisme est d'une telle précision qu'elles sont capables, sans contre-griffe, d'avoir une stabilité exemplaire.

Le seul reproche que je peux leur faire est leur ergonomie discutable... Pas question avec elles d'avoir "le chat sur l'épaule", pour reprendre une expression chère à Beauviala.  

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Simon Wyss

Excusez bien, M. Canto, quand je signale que la famille Paillard n’a plus rien à faire avec la marque Bolex et tout ce qui existe encore autour les produits Paillard-Bolex.

Cette entreprise était rachetée par Eumig de Vienne fin 1969. Après la faillite d’Eumig en 1981, une société en commandite, une toute nouvelle société anonyme fut crée, Bolex International. Il est une famille Üeter qui la possède, père René et fils Marc. René n’est plus membre de l’administration depuis le 25 mars 2015.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Kévin Gourvellec

C'est quand même des caméras qui n'ont rien à voir. La aminima est une caméra gadget vraiment pas faite pour la fiction ni le document, c'est de l'ordre de la paluche pour une ventouse ou caché. C'est des mag de 200 super chiant à loader. Faut acheter des 400 les couper en deux pour avoir 2x200 mag. C'est d'autant plus dur qu'en super 16 y'a des perfos que d'un bord donc très prise de tête pour tomber du bon côté. Il existe une 416 plus HS à 150. C'est la rolls Royce du super 16 avec système remote intégré comme sur l'alexa. Faudrait comparer la 416 avec une xtera :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Contenu similaire

    • Quentin Bourdin
      Par Quentin Bourdin
      Bonjour à tous,
      Je suis étudiant à Louis Lumière et je tenais à vous informer sur les conditions de projection des images que nous pouvons produire dans certaines salles parisiennes et d'Ile-de-France.
      La photo ci-jointe a été prise aujourd'hui dans la Salle 12 de l'UGC La Défense. Cela fait 3 mois que je leur ai signalé le problème et qu'ils continuent de diffuser des films avec un projecteur défaillant (oui le problème est dû au projecteur pas à l'écran) et que le problème empire de jour en jour. Je suis donc attristé pour Yves Angelo, Christophe Beaucarne et Philippe Guilbert ainsi que leurs étalonneurs respectifs dont les films sont dénaturés par cette piètre projection et continuent de l'être.
      Je leur ai reporté 3 fois le problème, la première fois ils m'ont dit qu'ils allaient tout mettre en oeuvre pour le réparer, la seconde fois un mois plus tard en me rétorquant qu'étant un spécialiste de l'image je ne voyais pas comme tout le monde et qu'ils n'allaient pas changer leur projecteur juste pour moi. La troisième fois aujourd'hui, me disant qu'ils étaient conscients du problème, qu'ils savaient que leur projecteur était défaillant, qu'ils attendaient la pièce mais qu'ils continuaient à projeter des films dans cette salle.
      Plus largement par rapport au traitement des images qu'ils donnent à voir j'ai fait de nombreuses mesures dans d'autres salles, qui ne sont pas du tout aux normes dans les salles UGC dès que l'écran n'est pas métallisé (pour info les écrans métallisés argentés seront illégal à partir du 3 Mai 2017 - le CNC ayant laissé un délai de 5 ans pour que les cinémas changent leurs écrans). Pour rappel la norme est de 48 cd/m² et la tolérance est entre 38 et 58 cd/m², mes mesures ont été faites au moyen d'un spotmètre vérifié sur une source étalon  :
      UGC Ciné Cité La Défense :
      - Salle 03 : 12 cd/m² (20/10/2016) (22/01/2017)
      - Salle 06 : 32 cd/m² (18/01/2017)  -> écran métalisé
      - Salle 07 : 14 cd/m² (13/11/2016), 18 cd/m² (18/12/2016)
      - Salle 08 : 17 cd/m² (31/10/2016), (11/11/2016) et (09/01/2017)
        Lampe qui flicke
      - Salle 09 : 36 cd/m² (31/10/2016) 48 cd/m² (18/12/2016) -> écran métalisé
      - Salle 10 : 18 cd/m² (31/10/2016)
      - Salle 12 : 20 cd/m² (28/10/2016) (22/01/2017)
        Partie gauche de l'écran Jaune dans les hautes lumières (et de pire en pire).
      - Salle 13 : 54 cd/m² -> écran métalisé. (09/01/2017)
        Projection trop piquée en Scope (Mauvaise Confo Cadre)
      - Salle 14 : 16 cd/m² (06/11/2016)
      - Salle 16 : 51 cd/m² (29/12/2016) -> écran métalisé
      UGC Ciné Cité Les Halles :
      - Salle 01 : 40 cd/m² (01/11/2016) -> écran métalisé
      - Salle 35 : 24 cd/m² (07/11/2016)
      UGC George V :
      - Salle 08 : Frange Verte dans les blancs (01/10/2016)
      Cinéma des Cinéastes :
      - Salle 03 : 33 cd/m² (03/01/2017)
      Forum des Images :
      - Salle 300 : 36 cd/m² (05/01/2017)
      Cinémathèque :
      - Salle Langlois : 47 cd/m² (04/11/2016)
      Le Grand Action :
      Salle 1 : 44 cd/m² (06/11/2017)
      Cinémas Indépendants Parisiens :
      Max Linder : 47 cd/m² (01/12/2016)
      l'Etoile St Germain : 50 cd/m² (06/12/2016)
      J'ai contacté le service client UGC plusieurs fois qui m'ont dit avoir fait un audit technique, et me promettent de régler tous les problèmes d'ici fin Janvier 2017 (à voir...). Ils refusent tous remboursements de projections qui ne sont pas dans les normes de luminosité ou de me laisser discuter avec leur directeur technique. De plus ils refusent d'admettre que leurs salles ne respectent pas les normes ISO, AFNOR, CNC et CST.
      J'ai contacté la personne en charge du contrôle des salles au CNC qui m'a dis qu'ils ne contrôlaient que 10 salles par an et se concentraient désormais plus que sur les salles Paris intra-muros.
      J'ai contacté la personne en charge du contrôle des salles à la CST. Je n'ai pas eu de réponses, mais dans tous les cas le marché du contrôle des salles est laissé à des sociétés privées.
      De mon côté j'ai fait tout ce qui était dans ma mesure pour essayer de modifier les choses avec au final très peu de réussites puisque les problèmes persistent et me heurte en tant qu'étudiant à ne pas pouvoir m'adresser aux personnes compétentes. Je me tourne désormais vers vous amis techniciens pour faire pression à votre échelle, sur les mauvaises conditions de projection qui subsistent dans nos salles pour que les problèmes soient réglés et que les mentalités changent. 
      Je vous invite également à prendre vos spotmètres, et à vous aussi faire des mesures dans les salles sur les blancs max et peut-être que les choses évolueront...
      Pour finir je citerai Philippe Brelot :  "Je sais chacun convaincu par cette idée simple : si tant de techniciens et d’artistes consacrent autant d’énergie à améliorer la qualité de leur photographie, de leur lumière, de leurs décors... Si tant de personnes mettent tant de soin à rechercher la perfection dans l'image, il faut que ces efforts soient visibles et même sublimés sur l’écran, de la plus belle manière ..."
      Merci de m'avoir lu

    • Marie José Collet
      Par Marie José Collet
      Bonjour à toutes et tous.
      Je vous souhaite une bonne année 2017, que la santé puisse vous porter dans vos projets personnels et professionnels . Je reviens dans le secteur mais j'ai un peu décroché sur la technologie des leds. Je suis allée au SATIS et j'étais ravie de voir la nouvelle génération des SL1 , supprimant les soucis d'utilisation .
      Marc galerne présentait aussi la gamme CINEO, les carpetlight CL21, le litemat + plus. Qu'en pensez vous ?
      Avez vous utilisé les MATRIX BALL ? des springs ball bi color de 10, 19 et 30 " en kit, avec dimmer .
      La majorité des utilisateurs utilisent les sky panel de Arri . Ce sont quand même des appareils lourds ? quels sont ses avantages ?
      un appareil astucieux en led aussi le boa , gamme de lumière led souple, aimantée . Les utilisez vous ?
      Cela fait beaucoup de produits leds, sont ils tous sur le marché ? Et encore , je n'ai pas cité les leds distribués par Cartoni .
      Merci d'avance sur le retour de vos expériences.
       
      Marie Joe Collet
      ex prestataire lumières
       
    • Roger Canto
      Par Roger Canto
      Le film le plus étroit du monde : le 3,2 mm
       
      Ce format très peu connu avait été imaginé et réalisé en 1960 par Eric Berndt pour équiper la NASA lors de ses expéditions dans l’espace.
      Deux minuscules caméras, adaptées à ce format, permettaient d’occuper le moins de place possible dans le vaisseau spacial.
      Une fois de retour sur terre, il ne restait plus qu’à faire un gonflage en 16 mm de façon à pouvoir utiliser tous les équipements existants.
       
       

      Un morceau de film 3,2 mm très grossi.
      Comme il est possible de le voir sur cette reproduction, le 3,2 mm comportait des perforations axiales entre les images (comme le 9,5 mm).
       
      Un projecteur avait même été construit pour pouvoir projeter le film 3,2 mm avant de le convertir en 16 mm.
      On sait qu'il y avait deux caméras parce que c'était précisé dans les documents, mais on ne les a jamais retrouvées.
       
                                                                                                            (Document CINERDISTAN)
       
      Roger CANTO
       
       
       
       
       
    • Michel Talaïa
      Par Michel Talaïa
      Bonjour à tous,
      J'aimerais avoir vos avis sur les minettes (les mini-projecteurs, je précise!). Je dois tourner une vidéo en condition réelle dans un bar où la luminosité sera très faible. Il ne sera pas envisageable d'utiliser des projecteurs classiques.
      Quelle est votre expérience avec les minettes? Comment s'utilisent-elles afin d'avoir un rendu naturel sans risquer d'avoir l'impression qu'on braque une lampe de poche sur le visage des gens? Tous les conseils et retours d'expérience sont les bienvenus!
      J'ai trouver cette minette Aputure à un prix très abordable: https://aputure.fr/amaran-al-h198c.html Qu'en pensez-vous? J'ai déjà vaguement entendu parler de cette marque qui a semble-t-il une bonne réputation. Pour ce qui est des LED, les bicolores sont plus pratiques mais cela joue-t-il sur la durée de vie du panneau?
      Merci!
    • Steeve François
      Par Steeve François
      Vu sur focus-numérique un harnais destiné aux femmes OPV
      http://www.focus-numerique.com/easyrig-cinema-flex-enfin-harnais-operatrices-news-10314.html
       
×