Aller au contenu

supprimer la publicité
Ben Corbe

Exposition et lumière, comprendre les outils et la méthode

Messages recommandés

Ben Corbe

Bonjour à tous,

Plein de questions aujourd’hui dans ma tête dont j’ai du mal à trouver les explications suffisantes sur internet (du moins en français). Je m’intéresse à la prise de vue et plus particulièrement à l’exposition vidéo.

 J’ai du mal à cerner par moi-même comment on procède à une bonne exposition vidéo et avec quels outils. Par quel réglage doit-on commencer ? J’aurais tendance à définir d’abord mon ouverture suivant la profondeur de champ que je souhaite. La vitesse d’obturation me semblant être plutôt pour la photo avec un réglage classique d’1/50 pour la vidéo, il ne me resterait plus qu’à régler l’iso ? Peut-être prendre en compte aussi l’utilisation de filtres ND (même si je ne comprends pas encore tout à fait l’histoire des « stops »).  En fait ce qui m’intéresse c’est de filmer en étant à peu près raccord entre chaque plan pour ne pas avoir trop de travail en post-prod et avoir une bonne matière. Pour cela, il me semble qu’il faut coupler bon éclairage et juste exposition. Mais comment on s’y prend vraiment ? J’essaye de décrypter les histogrammes, les falses color, vectorscopes, posemètre et waveformes mais pas si simple de trouver des infos là-dessus (hors travail de post-prod). Comme je ne suis pas un pro de l’éclairage non plus, j’aurais tendance à ne pas avoir une lumière trop contraste pour venir corriger ensuite à ma guise en post-prod. Est-ce une bonne idée ? Je crois qu’il faut vraiment que je comprenne l’histoire des stops qui me débloquera pour l’utilisation du false color et pour mon éclairage entre le key et le fill, non ?

Enfin voilà, comment (quels outils et quelles méthodes) être raccord au niveau de l’éclairage et de l’exposition vidéo ? Tout un programme me direz-vous mais difficile de trouver des cours ou tuto là-dessus en français. Si vous avez des conseils, des liens, des bouquins, je prends tout !

Merci à tous.

Ben.

P.S: J'ai à ma disposition un 5DIII et un écran Lilliput 7" 663/O/P.

Modifié par Ben Corbe

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Steeve François

Bonjour Ben,

un des livres référence pour tout ce qui est technique c'est "les secret de l'image vidéo", faut se le colletiner mais c'est extrêment complet.

ça ne t'apprendra pas à poser un diaph (ou "stop" en anglais) mais tu as toute les bases et bien d'avantage.

bonne recherche.....

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Max Roy

Bonjour Ben...

Déjà, si tu disposais d'une honnête cellule manuelle, ce serait un bon point de départ pour effectuer convenablement ton exposition et comprendre.

Sers toi d'une charte de gris neutre et "mesure"  ta lumière; en toute logique si tu t'y prends bien, tu devrais rester dans les clous.

Maintenant un 5D ça mesure très bien aussi en auto...

Ce qui n'implique pas de ne pas lire les bon ouvrages!

par exemple : http://www.eyrolles.com/Audiovisuel/Theme/845/cinema-video-et-son-video-techniques-tv-video

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ben Corbe

Merci à vous deux pour vos conseils.

@steeve: J'avais effectivement déjà emprunté ce livre mais je m'étais arrêté dans sa lecture, le trouvant un peu trop "barbare". Je vais revoir ça du coup ! Après, il ne parle absolument pas de l'utilisation spécifique du vectorscope et autres ni d'une méthode de réglage correcte d'exposition. a coupler avec la suite de mes recherches donc !

@Max : Merci pour ton conseil que je vais étudier. Je vais encore farfouiller pour utiliser tous les outils que j'ai déjà à ma disposition notamment sur mon moniteur et qui sont censés faire sensiblement le même travail qu'une cellule (a partir du moment où on sait les utiliser) mais c'est un conseil que je garde bien en tête si je n'avance pas bien. 

Et sinon, vous, dans quel ordre effectuez vous le réglage de l'iso, diaph et obturateur ? 
Est-ce une bonne idée d'utiliser le false color pour ajuster l'intensité des différentes sources de lumière sur le plateau ou y a -t-il des outils plus adaptés ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Max Roy

...Justement Ben, si déjà tu ne maitrise pas bien les histogrammes et le vecteurscope, apprends déjà à te servir d'une cellule et d'un mètre ruban, c'est le moins.

Ta remarque concernant l'ordre de priorité des réglages le confirme; et pourtant il me semblait que tu l'avais déterminé dans ton exposition première.

Avec nos cameras sensibles d'aujourd'hui, la tentation est forte de reléguer la sensibilité au troisième rang, mais attention au bruit! D'autant que d'autres réglages, gain etc. sont disponibles en enregistrement vidéo.

En ce qui concerne le réglage de l'obturateur, la marge de manœuvre est mince entre les mouvements un peu trop saccadés du 1/25 et pas trop naturels du 1/150, mais aussi dépendants en lumière artificielle de la fréquence du réseau et bien entendu de la cadence de prise de vue (framerate pour "causer" anglais)... En fait on devrait parler d'angle d'ouverture de l'obturateur (en souvenir des caméras mécaniques), mais ça se perd.

Pour le diaph, tu avais saisi, je vois, quoique ce dernier ne concerne pas QUE la profondeur de champ.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ben Corbe

Ce que je ne comprends pas avec le posemetre c’est que d’après ce que je lis, il permet de donner un diaph en fonction de la reflectance d’une surface. Ce qui m’embete c’est que de manière générale, le diaph déterminant également ma profondeur de champ, c’est quelque chose que je défini en premier. Je galère plutot à déterminer l’iso idéal (même si j'arrive à me fixer une valeur limite liée au bruit admissible), puis-je le faire avec une cellule ? Peut être que je suis complètement à côté de la plaque.. j'ai repris le bouquin "les secrets de l'image vidéo". Pour mieux me familiariser aussi !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Matthieu Misiraca

Bonsoir,

Aujourd hui avec les cameras numerique et l exposition d un log la Cellule est déconseillé et ... inutile. Il existe des instruments bien plus juste et performant et surtout plus rapide à la camera.

Le diaph ok on sait (par experince ) dans quel zone on va travailler surtout pour les interieurs les exterieurs en effet on a plus de choix avec les neutres, mais on evite de jouer avec les iso pour choisir son diaph.

L obturateur c est une valeur fixe a 1/50 eme par defaut apres 1/100eme il se ressent et apporte un effet.

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ben Corbe

Merci Matthieu pour ces nouveaux conseils très intéressants. Connais-tu des sites ou tutos sur le net qui abordent l'utilisation des outils dont tu parles ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Francis Frenkel
Il y a 13 heures, Matthieu Misiraca a dit :

Bonsoir,

Aujourd hui avec les cameras numerique et l exposition d un log la Cellule est déconseillé et ... inutile. Il existe des instruments bien plus juste et performant et surtout plus rapide à la camera.

Bien entendu !

Les outils d'assistance à l'exposition qui équipent les caméras numériques (également certains moniteurs) sont d'une très grande précision, d'une lecture directe et l'analyse combinée des différentes fonctions permettent un travail d'une grande précision.

S'il m'arrive d'utiliser une cellule, c'est en prépa, en repérage, ou sur des "hors champ"...

Sachant que mon 5d Mark3 qui me suis en repérage me permet de faire des mesures, des évaluations..

 

Modifié par Francis Frenkel

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ben Corbe

Merci Francis pour ce complément. Avec quels outils me conseilles-tu de me familiariser dans un premier temps ? Histogramme et false color sont des outils qui m'attirent mais peut-être ne sont-ils pas les plus judicieux.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Matthieu Misiraca

Color false et histogramme parfait si on expose un log un zebra à 95% c'est tres bien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Max Roy

..Bien sur que des instruments "modernes" et largements adaptés existent pour la vidéo! Même d'autres comme des oscilloscopes que je défie certains d'interpréter leurs indications!

MAIS, en rapport avec les remarques de Ben, et afin qu'il puisse comprendre"de visu" les rapports entre lumière distance vitesse d'obturation et diaph, je persiste à dire que la cellule est le premier moyen, historique et didactique permettant d'aborder et de mesurer avec exactitude les qualités d'une  exposition correcte.

Etant donné que la cellule photoélectrique est purement un luxmètre adapté et calibré pour la prise de vue ciné photo ou vidéo, je ne vois spécialement pas pourquoi elle serait inadaptée, d'ailleurs!!!! C'est même le contraire!!! Pourquoi ne le serait elle pas, puisque justement c'est elle l'instrument que l'on intègre dans le matériel????

Faut il encore savoir s'en servir, sortie d'une caméra, bien entendu!

De plus, à moins de "mémoriser" l'aspect d'un false color...(bien empirique) Ce dernier ne permet pas directement d'afficher un chiffre sur la bague des diaph ou du réglage d'angle de l'obturateur...Et de répéter  exactement les réglages de plans différents.

Les zébra d'autre part ne sont qu'une aide rapide à l'exposition et ne permettent en aucune sorte une précision quelconque ou absolue à l'inverse d'un honnête luxmètre.

Maintenant pour ne pas troubler Ben dans ses recherches, je pense inutile d'entrer dans des querelles d'expérience de confort propre à chacun et de lui indiquer les bases nécessaires à ses questions, à savoir, quels sont les réglages convenables à réaliser afin d'obtenir une juste exposition, soit :

• Conserver dans la mesure du possible une obturation approchant le 1/50 de sec. pour les raisons invoquées.

• Effectuer une mesure du flux lumineux et en déterminer une ouverture...Et en jouant avec les densités neutres pour affiner le cas échéant la profondeur de champ.

•••En respectant la sensibilité attribuée à son capteur, tout en vérifiant, le gain et ou le reste pour les connaisseurs (Ped, Drs etc.(c'est le moins)!

Maintenant comme je le disais plus haut et comme vous le soulignez : l'automatisme  d'exposition des appareils d'aujourd'hui résout bien des soucis!

 

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Matthieu Misiraca

Le sujet est interessant.

Ce qu il faut connaitre dans une camera c'est sa sensibilité nominale, rien a voir avec la sensibilité native. La sensibilité Nominale est la sensibilité du capteur ou celui ci permet d avoir la plus grand lattitude tout en ayant un rapport signal bruit correct.

L'exposition aujourd hui d'un capteur ce rapport au principe du zone system, si nous prenons en compte que l étalonnage se fera en log tres pratique pour travailler les secondaires et application des luts.

En revanche si le log est mal exposé c'est la cata !!

Exemple d'un log mal exposé

bad_log.png.2ffa02b8fb03533dd4ca3007fc6a

Pourquoi ? car pour obtenir une image avec un gamma correct en sortie d etalonnage il va falloir jouer plus sur la fonction "Gain" pour remonter les hautes lumieres que sur la fonction "lift" pour pour remettre a niveau les noirs, consequence : le bruit est present !

Log correctement exposé

log.png.0dccbc3e7ae3569fadbf3b147dd28b32

Il faut exposé au maximun, quitte à paraitre surexposé en rec709 et c'est tout a fait normal, sans griller les hautes lumieres

Plus l'image est douce (sans contraste) plus on peut surexposé le log

Exemple

log_2.png.a9d6ffcb99429fa7c3430bbb1c6850

cette action de surexposé le log consiste d'une autre manière à baisser les iso de la camera et donc de reduire la lattitude

C'est pour toutes ces raisons que la cellule photométrique nous fait passer à coté de beaucoup de chose et le zebra à 95% permet de limiter la surexposition du log dans ces limites de hautes lumiere (exemple sur les camera Black magic et son gamma film) et que le color false paramètré sur deux couleurs :basse/haute lumiere est le meilleur instrument d exposition du log.

Alors OUI on peut choisir les ISO de la camera dans un but purement de post prod pour jouer sur la matiere dans les basses et les hautes lumieres a condition de maitriser l exposition du log, c'est pas facile, beaucoup se trompe, ce n est pas une mince affaire.

je possède sur mes tournages de cette merveilleuse cellule Spectra P251 qui reste tres utile pour le travail de la lumiere et l'équilibrage des sources. Pour la suite, le diaph sera determiné par l exposition du log.

16173_25.thumb.jpg.fc76a2a1161c694fa66ae

MM

 

 

 

  • Like 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Francis Frenkel

Ben, les points de vue de Matthieu et Max diffèrent sur un point qui, à mon sens, est essentiel concernant les caméras numériques :

Matthieu dit qu'il faut maitriser les principes de l'exposition, certes, mais il faut surtout apporter au capteur de la caméra, ce dont il a besoin.

Et chaque capteur possède sa valeur native qui détermine le meilleur équilibre entre le signal et le bruit. Et suivant qu'on tourne en Log, en Rec-709, en Prores 4.2.2 ou 4.4.4, ou en RAW...le mode d'exposition devra s'adapter, car chaque situation nécessite une adaptation des réglages de l’exposition afin d'assurer le meilleur équilibre, le meilleur rendement !

Finalement il y a un préambule à maitriser, avant même de commencer à exposer, c'est  :

  • Quelle est la caméra (spécificité capteur)
  • Quel codec (compression & échantillonnage)
  • Pour quel workflow (postprod, profondeur d'étalonnage, Fx...)

Max me semble trop "généraliste" dans son approche. Je ne suis pas très d'accord lui avec sur les zebras qui est à mon sens un outil TRES important !

C'est même le curseur que je positionne d'abord suivant le codec que j'utilise : En RAW, je vais friser avec la surex en poussant l'histogramme vers la droite, alors qu'en ProRes 4.2.2 je vais limiter les hautes lumières, mais je vais prendre soin de donner la matière dans les zones bouchées (car la latitude sera réduite en postprod pour un éventuel rattrapage)....etc..etc

Après avoir d'abord réglé mes Zebras, je consulte mes histogrammes (RVB) pour m'assurer de l'équilibre colorimétrique (crêtes de signal par canal), puis j'utilise le vecteurscope pour les carnations car il m'indique précisément les dérives sur les couleurs de peau.

Pour résumer, si le réalisateur me dit par exemple:

_" je veux que le personnage soit bien détaché de l'arrière plan, en plan moyen"

Mes étapes seront :

  1. Suivant la distance du sujet, et le recul possible => cela va déterminer, la focale (à 40mm je suis proche, au 150mm je suis loin, mais l'arrière plan semblera plus proche du sujet...)
  2. Le personnage se détache du fond (profondeur de champ) => cela détermine l'ouverture du diaph (en fonction de la lumière, je vais donc devoir régler la puissance des sources pour assurer le diaph que je souhaite). Le shutter est fixe, il n'est pas une variable d'ajustement de l'expo, sinon de façon très très subtile...
  3. Puis je vais adapter la puissance des sources suivant le codec = LOG ou pas, RAW ou Prores / DNxHD...en regardant les Zebras
  4. Puis je vais régler la température des sources avec les Histos (ainsi que les dérives / crête par canal)
  5. Je vérifie mon vecteurscope pour que la couleur de peau soit bonne

En gros, tu ajustes les températures des sources en regardant les histos, tu assures un équilibre général avec les zebras...etc car le Diaph, une fois déterminé est un pivot autour duquel tu tournes, le shutter pareil...

Fran6

 

 

 

 

 

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Max Roy

...Mais tout ce que vous avancez me parait parfaitement exact et très concret, chers amis! Et c'est certainement la meilleure méthode, pour des pros de la vidéo!

Notre Ben, lui en est encore à se battre avec les diaphragmes, afin d'ajuster avec des outils qu'il ne maitrise pas bien, une exposition correcte.

Le commencement est de comprendre à se servir du premier outil simple

Apprenons lui aussi à lire un histogramme, et se servir des zébras (qu'il faut calibrer selon les caméras)...Et de son écran (étalonné?) pour gérer tout ceci...

Puisqu'il possède un Canon 5DIII  et un Lilliput (que je ne connais pas) : en avant!

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Steeve François
il y a 52 minutes, Max Roy a dit :

et se servir des zébras (qu'il faut calibrer selon les caméras).

Max, qu' est-ce que tu entends par "selon les caméras".

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Max Roy

...Simplement que les niveaux de luminance critique sont réglables sur plusieurs canaux selon les caméras  : De 100 / 95 IRE  pour la luminance maxi et de  75 IRE pour les tons chair par exemple et la possibilité  d'afficher un spot aussi. Certains appareils ne possèdent qu'un seul canal, parfois...fixe à 100 pour éviter de tout griller, c'est tout....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Steeve François

merci Max,

 

"sur plusieurs canaux" tu penses a quelles caméras.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Max Roy

...Sur une des miennes, une Panasonic HPX 370 le réglage en est très accessible dans le menu...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ben Corbe

Le débat est vraiment devenu très intéressant et formateur ! Je comprends mieux à présent un certain nombre d’éléments questionnés en début de fil.

Il y a 9 heures, Francis Frenkel a dit :

Finalement il y a un préambule à maitriser, avant même de commencer à exposer, c'est  :

  • Quelle est la caméra (spécificité capteur)
  • Quel codec (compression & échantillonnage)
  • Pour quel workflow (postprod, profondeur d'étalonnage, Fx...)

Merci Francis pour ce préambule intéressant. En ce qui me concerne je possède un Canon 5D MKIII (capteur CMOS 22,3 Mpx). Dans les paramètres de l'appareil j'ai choisi un format H.264 avec une résolution HDTV 1080 25 vps, une compression ALL-I (compression intra-image) et un échantillonnage 4:2:0. On verra le raw quand je maîtriserai déjà tout ça, inutile de tout précipiter. Après il s'agit des réglages sur la caméra, je suppose que suivant le support de diffusion le codec change et qu'il y a une sorte de conversion entre le codec propre à la caméra et celui attendu non ? Ou alors je m'emmêle les pinceaux encore un peu (j'ai pas encore achevé ma lecture des "secrets de l'image video"). Qu'entends tu par ta dernière question ? Tu veux parler des différentes étapes par lesquelles vont passer les rushs, c'est à dire la chaîne de post-prod qu'ils vont suivre ? Si c'est le cas, à mon échelle il s'agira d'un simple montage - étalonnage et diffusion HD sur support web. 

Très intéressant l'explication de tes étapes de travail ! Vraiment.

Il y a 9 heures, Francis Frenkel a dit :

le Diaph, une fois déterminé est un pivot autour duquel tu tournes

C'était évident mais j'avais besoin de te lire pour saisir vraiment le truc. 

Il y a 6 heures, Max Roy a dit :

Le commencement est de comprendre à se servir du premier outil simple

Max, je te suis complètement. Je crois qu'il faut que je maîtrise convenablement les rapports entre lumière distance vitesse d'obturation et diaph. La discussion sur les outils numériques dont on dispose me permet néanmoins de capter certaines notions connexes dont j'ai besoin. Il faut donc effectivement que je travaille sur les deux. 

Il y a 6 heures, Max Roy a dit :

Apprenons lui aussi à lire un histogramme, et se servir des zébras (qu'il faut calibrer selon les caméras)...Et de son écran (étalonné?) pour gérer tout ceci...

Puisqu'il possède un Canon 5DIII  et un Lilliput (que je ne connais pas) : en avant!

Complètement ! Apprendre à lire un histogramme se trouve assez facilement sur le net même s'il s'agit plus souvent d'utilisation photo que vidéo (le principe est le même). En revanche, color false et zebras sont un peu plus difficile à saisir quand on ne maîtrise pas complètement l'anglais technique. 

Modifié par Ben Corbe

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Francis Frenkel

Merci.

Je pense qu'il faut que tu avances dans la lecture et surtout dans le démarrage d'expérimentations.. Un Reflex numérique est un outil parfait pour expérimenter. Ton 5D fonctionne sur les mêmes principes fondamentaux qu'une caméra de cinéma ; focale / diaph / shutter / Iso. La caméra professionnelle offre simplement plus de subtilités de réglages.

Concernant la troisième étape :

  • Il y a certaines contraintes de diffusion qui n'imposent pas une grande complexité en post-prod (reportage / docu...etc).
  • D'autres situations (fiction / pub / clips) peuvent engendrer au contraire des étapes plus profondes d'intervention sur l'image (incrustation sur fond vert / bleu ou compositing, FX, travail important sur la couleur...etc). Il est donc important d'adapter sa façon de tourner aux contraintes de post-production (choisir le bon codec, la bonne façon d'exposer...) afin de faciliter la post-prod, et économiser du temps.

Fran6

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Arnaud Onana

Hello tout le monde juste 3 questions...

- Comment on fait pour connaitre la sensibilité nominale d'une camera  ? 
- Pour l'exposition du log quand on expose de nuit ou ambiance soir intérieur du coup c'est beaucoup plus dure exposé comme sur l'exemple ou pas ? 
- Comment on fait pour savoir sur le 
vecteurscope si l'incarnation est bonne ?

 

Merci d'avance pour vos réponses.

Modifié par Arnaud Onana

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Contenu similaire

    • Quentin Bourdin
      Par Quentin Bourdin
      Bonjour à tous,
      Les étudiants de l'ENS Louis Lumière de la promotion Cinéma 2017 soutiennent leur mémoire du 19 au 23 Juin 2017.
      Ces soutenances étant publiques, tout le monde peut y assister. Il faut juste s'inscrire au préalable, en envoyant un mail à cette adresse : invitation@ens-louis-lumiere.fr
      Voici le planning et la liste des thèmes des différents mémoires :
       

    • Steeve François
      Par Steeve François
      Vu chez nofilmschool, cet outil, une fois aboutit, devrait convaincre quelques uns d'entres nous.........voir aussi le lien illuminati sur quick starter.
      http://nofilmschool.com/2017/05/illuminati-meter-changes-how-you-evaluate-scene
    • Quentin Bourdin
      Par Quentin Bourdin
      Bonjour à tous,
      Je suis étudiant à Louis Lumière et je tenais à vous informer sur les conditions de projection des images que nous pouvons produire dans certaines salles parisiennes et d'Ile-de-France.
      La photo ci-jointe a été prise aujourd'hui dans la Salle 12 de l'UGC La Défense. Cela fait 3 mois que je leur ai signalé le problème et qu'ils continuent de diffuser des films avec un projecteur défaillant (oui le problème est dû au projecteur pas à l'écran) et que le problème empire de jour en jour. Je suis donc attristé pour Yves Angelo, Christophe Beaucarne et Philippe Guilbert ainsi que leurs étalonneurs respectifs dont les films sont dénaturés par cette piètre projection et continuent de l'être.
      Je leur ai reporté 3 fois le problème, la première fois ils m'ont dit qu'ils allaient tout mettre en oeuvre pour le réparer, la seconde fois un mois plus tard en me rétorquant qu'étant un spécialiste de l'image je ne voyais pas comme tout le monde et qu'ils n'allaient pas changer leur projecteur juste pour moi. La troisième fois aujourd'hui, me disant qu'ils étaient conscients du problème, qu'ils savaient que leur projecteur était défaillant, qu'ils attendaient la pièce mais qu'ils continuaient à projeter des films dans cette salle.
      Plus largement par rapport au traitement des images qu'ils donnent à voir j'ai fait de nombreuses mesures dans d'autres salles, qui ne sont pas du tout aux normes dans les salles UGC dès que l'écran n'est pas métallisé (pour info les écrans métallisés argentés seront illégal à partir du 3 Mai 2017 - le CNC ayant laissé un délai de 5 ans pour que les cinémas changent leurs écrans). Pour rappel la norme est de 48 cd/m² et la tolérance est entre 38 et 58 cd/m², mes mesures ont été faites au moyen d'un spotmètre vérifié sur une source étalon  :
      UGC Ciné Cité La Défense :
      - Salle 03 : 12 cd/m² (20/10/2016) (22/01/2017)
      - Salle 06 : 32 cd/m² (18/01/2017)  -> écran métalisé
      - Salle 07 : 14 cd/m² (13/11/2016), 18 cd/m² (18/12/2016)
      - Salle 08 : 17 cd/m² (31/10/2016), (11/11/2016) et (09/01/2017)
        Lampe qui flicke
      - Salle 09 : 36 cd/m² (31/10/2016) 48 cd/m² (18/12/2016) -> écran métalisé
      - Salle 10 : 18 cd/m² (31/10/2016)
      - Salle 12 : 20 cd/m² (28/10/2016) (22/01/2017)
        Partie gauche de l'écran Jaune dans les hautes lumières (et de pire en pire).
      - Salle 13 : 54 cd/m² -> écran métalisé. (09/01/2017)
        Projection trop piquée en Scope (Mauvaise Confo Cadre)
      - Salle 14 : 16 cd/m² (06/11/2016)
      - Salle 16 : 51 cd/m² (29/12/2016) -> écran métalisé
      UGC Ciné Cité Les Halles :
      - Salle 01 : 40 cd/m² (01/11/2016) -> écran métalisé
      - Salle 35 : 24 cd/m² (07/11/2016)
      UGC George V :
      - Salle 08 : Frange Verte dans les blancs (01/10/2016)
      Cinéma des Cinéastes :
      - Salle 03 : 33 cd/m² (03/01/2017)
      Forum des Images :
      - Salle 300 : 36 cd/m² (05/01/2017)
      Cinémathèque :
      - Salle Langlois : 47 cd/m² (04/11/2016)
      Le Grand Action :
      Salle 1 : 44 cd/m² (06/11/2017)
      Cinémas Indépendants Parisiens :
      Max Linder : 47 cd/m² (01/12/2016)
      l'Etoile St Germain : 50 cd/m² (06/12/2016)
      J'ai contacté le service client UGC plusieurs fois qui m'ont dit avoir fait un audit technique, et me promettent de régler tous les problèmes d'ici fin Janvier 2017 (à voir...). Ils refusent tous remboursements de projections qui ne sont pas dans les normes de luminosité ou de me laisser discuter avec leur directeur technique. De plus ils refusent d'admettre que leurs salles ne respectent pas les normes ISO, AFNOR, CNC et CST.
      J'ai contacté la personne en charge du contrôle des salles au CNC qui m'a dis qu'ils ne contrôlaient que 10 salles par an et se concentraient désormais plus que sur les salles Paris intra-muros.
      J'ai contacté la personne en charge du contrôle des salles à la CST. Je n'ai pas eu de réponses, mais dans tous les cas le marché du contrôle des salles est laissé à des sociétés privées.
      De mon côté j'ai fait tout ce qui était dans ma mesure pour essayer de modifier les choses avec au final très peu de réussites puisque les problèmes persistent et me heurte en tant qu'étudiant à ne pas pouvoir m'adresser aux personnes compétentes. Je me tourne désormais vers vous amis techniciens pour faire pression à votre échelle, sur les mauvaises conditions de projection qui subsistent dans nos salles pour que les problèmes soient réglés et que les mentalités changent. 
      Je vous invite également à prendre vos spotmètres, et à vous aussi faire des mesures dans les salles sur les blancs max et peut-être que les choses évolueront...
      Pour finir je citerai Philippe Brelot :  "Je sais chacun convaincu par cette idée simple : si tant de techniciens et d’artistes consacrent autant d’énergie à améliorer la qualité de leur photographie, de leur lumière, de leurs décors... Si tant de personnes mettent tant de soin à rechercher la perfection dans l'image, il faut que ces efforts soient visibles et même sublimés sur l’écran, de la plus belle manière ..."
      Merci de m'avoir lu

    • Marie José Collet
      Par Marie José Collet
      Bonjour à toutes et tous.
      Je vous souhaite une bonne année 2017, que la santé puisse vous porter dans vos projets personnels et professionnels . Je reviens dans le secteur mais j'ai un peu décroché sur la technologie des leds. Je suis allée au SATIS et j'étais ravie de voir la nouvelle génération des SL1 , supprimant les soucis d'utilisation .
      Marc galerne présentait aussi la gamme CINEO, les carpetlight CL21, le litemat + plus. Qu'en pensez vous ?
      Avez vous utilisé les MATRIX BALL ? des springs ball bi color de 10, 19 et 30 " en kit, avec dimmer .
      La majorité des utilisateurs utilisent les sky panel de Arri . Ce sont quand même des appareils lourds ? quels sont ses avantages ?
      un appareil astucieux en led aussi le boa , gamme de lumière led souple, aimantée . Les utilisez vous ?
      Cela fait beaucoup de produits leds, sont ils tous sur le marché ? Et encore , je n'ai pas cité les leds distribués par Cartoni .
      Merci d'avance sur le retour de vos expériences.
       
      Marie Joe Collet
      ex prestataire lumières
       
    • Michel Talaïa
      Par Michel Talaïa
      Bonjour à tous,
      J'aimerais avoir vos avis sur les minettes (les mini-projecteurs, je précise!). Je dois tourner une vidéo en condition réelle dans un bar où la luminosité sera très faible. Il ne sera pas envisageable d'utiliser des projecteurs classiques.
      Quelle est votre expérience avec les minettes? Comment s'utilisent-elles afin d'avoir un rendu naturel sans risquer d'avoir l'impression qu'on braque une lampe de poche sur le visage des gens? Tous les conseils et retours d'expérience sont les bienvenus!
      J'ai trouver cette minette Aputure à un prix très abordable: https://aputure.fr/amaran-al-h198c.html Qu'en pensez-vous? J'ai déjà vaguement entendu parler de cette marque qui a semble-t-il une bonne réputation. Pour ce qui est des LED, les bicolores sont plus pratiques mais cela joue-t-il sur la durée de vie du panneau?
      Merci!
×