Aller au contenu

supprimer la publicité
David Morcet

Raccords lumière

Messages recommandés

David Morcet

Salut tout le monde !

Petite interrogation technique du jour : Comment bien réussir des raccords lumière ?

Je vais tourner un petit court métrage sur plusieurs jours et je me demande comment bien réussir mes raccords lumières car certaines scènes seront tournées sur plusieurs jours et l’installation lumière aura bougée entre temps. De la même façon, nous tournerons des plans larges sur un jour X et des plans serrés sur un jour Y, comment faites vous pour que l’éclairage paraisse raccord malgré changement d’iso, de diaph et d’implantation lumière ? De manière générale j’essaye de faire en sorte que mon équilibre entre mes hautes et basses lumières soit à peu prêt équivalent mais ce n’est pas suffisant évidemment.

Deuxième question, vous utilisez les couleurs fausses pour gérer vos raccords ?

J’attends de vous lire.

D.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Matthieu Misiraca

Bonsoir

La lumiere c est une ambiance qui se joue et prend sa place sur les plans larges. Donc un conseil commence par les plans larges. Quand ton ambiances sera posée, tu raccordes.. non pas dans son installation mais dans l'ambiance

MM .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ben Corbe

Ca m'intéresse aussi, j'ai un sujet qui se rejoint concernant l'exposition et le raccord d'exposition. Je me demande si un changement de sensibilité iso ou de diaphragme entre deux plans (par exemple ici un plan large et un plan serré) ne risque pas de devenir un souci pour raccorder proprement et conserver une ambiance similaire ?

Modifié par Ben Corbe

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Matthieu Misiraca

De toute façon et de manière général pour une meme sequence tu restes au meme diaph à 1/2 pres .. La sensibilité laisse la fixe

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Francis Frenkel
Il y a 15 heures, Matthieu Misiraca a dit :

De toute façon et de manière général pour une meme sequence tu restes au meme diaph à 1/2 pres .. La sensibilité laisse la fixe

Mais je comprends la question de Ben, lorsque par exemple, sur la même séquence, tu as un champ contre champ avec des luminosités très différentes :

=> un personnage sur un fond neutre globalement peu contrasté et son vis à vis sous un projo ou avec un arrière plan très lumineux, ou encore un pano avec bord cadre avec une source...ou un déplacement de personnage (dans la continuité ou pas) avec changement drastique de lumière...etc...

C'est là à mon sens, ou l'anticipation sur le montage est important à évoquer. Effet, il n'est pas possible de rester à 1/2 diaph sur une même séquence découpée en  plusieurs plans...Il faut donc penser comment au montage passer de l'un à l'autre, Ou comment cadrer pour éviter les écarts de contraste, ou parfois tricher (lorsque c'est possible) en intervenant sur les sources, sur les réflecteurs, sur les diffuseurs...

En fiction, on a le + le choix, en docu c'est un casse-tête ! Et j'ai toujours penché vers la solution "montage" : tourner des plans intermédiaires, pour que le monteur / étalonneur puisse créer des "marches" et adoucir les transitions...

Qu'en penses-tu Matthieu ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
David Morcet

Merci pour vos "lumières". En admettant que le diaph ne bouge pas, ou presque, faut-il que le ratio de contraste soit identique entre deux plans d'un même sujet pour que le raccord soit plus propre ou faut-il privilégier l'esthétique du plan et notre ressenti d'ambiance ? 

Autre question: Qu'utilisez vous pour mesurer l'équilibre de vos sources ? Je n'ai pas d'accessoire spécifique, j'utilise la mesure spot mais je trouve cela un peu laborieux avec mon appareil... False color, ça fonctionne comment ? On peut l'utiliser pour vérifier que l'équilibre entre les sources est bon en comparant les couleurs liées à des valeurs de diaph différentes ?

Bien pensé les plans intermédiaires pour adoucir les transitions au cas où !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Max Roy
Le 02/03/2016 at 21:19, David Morcet a dit :

Bien pensé les plans intermédiaires pour adoucir les transitions au cas où !

...En langage cinématographique  et montage cela s'appelle un Plan de coupe...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
David Morcet

Oui bien sûr ! Je n'avais juste pas pensé à ces plans pour palier un problème de raccord lumière, ce qui est pourtant logique et évident. J'ai habitude d'en faire usage pour raccorder des dialogues que j'aurais coupé au montage, ou parce que la différence de posture d'un comédien entre deux valeurs de plans n'est pas raccord par exemple. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Contenu similaire

    • Quentin Bourdin
      Par Quentin Bourdin
      Bonjour à tous,
      Les étudiants de l'ENS Louis Lumière de la promotion Cinéma 2017 soutiennent leur mémoire du 19 au 23 Juin 2017.
      Ces soutenances étant publiques, tout le monde peut y assister. Il faut juste s'inscrire au préalable, en envoyant un mail à cette adresse : invitation@ens-louis-lumiere.fr
      Voici le planning et la liste des thèmes des différents mémoires :
       

    • Steeve François
      Par Steeve François
      Vu chez nofilmschool, cet outil, une fois aboutit, devrait convaincre quelques uns d'entres nous.........voir aussi le lien illuminati sur quick starter.
      http://nofilmschool.com/2017/05/illuminati-meter-changes-how-you-evaluate-scene
    • Quentin Bourdin
      Par Quentin Bourdin
      Pour ce dernier mois de l'année 2016, l'équipe du Ciné Club a l'immense plaisir de vous proposer une séance des plus exceptionnelles. Venez nombreux découvrir ou redécouvrir l'un des plus grands chefs d’œuvres du talentueux cinéaste Maurice Pialat, à l'occasion de ce Ciné Club consacré au film Van Gogh sorti en 1991.
      Nous aurons le grand honneur d'accueillir parmi nous le directeur de la photographie du film Gilles Henry, AFC qui viendra nous présenter son travail, sa carrière, discuter et répondre à vos questions au cours du traditionnel débat d'après séance organisé par les étudiants de l'Ecole Nationale Supérieure Louis Lumière.
      La séance aura lieu le Mardi 6 Décembre, comme toujours au cinéma Le Grand Action à 19H30. La séance est accessible et ouverte à tous, et sera bien sûr suivie de l'incontournable buffet organisé par les étudiants, où vous pourrez vous restaurer, discuter et débattre autour du film.
      Le Film :
      Van Gogh, réalisé par Maurice Pialat
      France - 1991 - 35mm - Couleur - Format 1,66:1 - Durée 2H38 - Projection en copie 35mm
      Après son internement à l'asile, Vincent Van Gogh s'installe à Auvers-sur-Oise et se fait soigner par le docteur Gachet, amateur d'art et protecteur des peintres. Entre les relations conflictuelles qu'il entretient avec son frère Théo et sa santé mentale vacillante, Vincent continue son oeuvre. Il devient l'amant de Marguerite, la fille du docteur Gachet, mais celle ci comprend vite qu'il ne l'aime pas, que seul son art le fait vivre...

      L'Invité :
      Gilles Henry, AFC
      Diplômé de l'Ecole Louis Lumière en 1983, il commence par travailler en tant qu'assistant opérateur sur une trentaine de longs métrages, dont Police, et Sous le Soleil de Satan de Maurice Pialat. C'est sur Van Gogh, en 1991, qu'il exerce pour la première fois le métier de directeur de la photographie, à la suite d'un bouleversement d'équipe.
      Il a depuis travaillé avec de nombreux cinéastes, tels que Philippe Harel (La femme défendue, Extension du domaine de la lutte), Pierre Salvadori (Hors de prix, Dans la cour), Alexandre Arcady (24 jours), ou encore Laurent Tirard (Molière).

      La Séance :
      Mardi 6 Décembre 2016 à 19H30
      Cinéma Le Grand Action
      5 rue des Ecoles
      75005, PARIS
      Métro lignes 5 et 7 Jussieu, ligne 10 Cardinal Lemoine
      PLEIN TARIF : 9€ / TARIF RÉDUIT : 7€ / TARIF -26ANS : 5,50€
      CARTES ACCEPTÉES : Carte UGC Illimité, Chèques Culture, Œuvres Sociales du Cinéma, Tickart (Île-de-France), TS30 Le Ticket Spectacle. 
      La séance est gratuite pour les étudiants de l'Ecole Louis lumière.
      La séance est ouverte à tous !


    • Matthieu Misiraca
      Par Matthieu Misiraca
      Voici quelques videos tutos sur la lumiere bien adaptés pour les étudiants ou pour toutes personnes en formation dans ce domaine
       
      La temperature de couleur
       
      La loi en carré inverse
       
       
      Les caractéristiques de la lumière
       
    • Rishi Boodhoo
      Par Rishi Boodhoo
      Bonjour à tous, 
       
      Pour les besoins d'une prochaine fiction, le réalisateur souhaite faire des images avec des néons équipés de lampe noire ou ultraviolet.
      Avez-vous déjà eu cette expérience ? Comment réagi la caméra ? peut-on, tout de même avoir un "effet" UV avec des gélatines (Lesquelles ?).
      Bref, tout retour d'expérience pourrait enrichir ma réflexion sur ce sujet.
       
      Merci.
×