Aller au contenu

supprimer la publicité
Anthony Mille

Scanner pellicule Cintel de chez Blackmagic

Messages recommandés

Anthony Mille

Bonjour à tous.
Ce fameux scanner de chez blackmagic qui a fait tant polémique est enfin arrivé chez nous à Kafard films.
Je rappelle pour ceux qui ne connaissent pas le produit, il s'agit donc d'un tout nouveau scanner permettant de scanner les négatifs et positifs super 16 en 2K et 35mm en 4K.
Comme nous sommes de fervent défenseurs de l'argentique (nous possédons des caméras Arricam, Aaton, vendons de la pellicule...) il nous est apparu comme une évidence d'investir dans ce scanner pour rendre la production argentique plus facile et abordable à l'ère du tout numérique. 13502535_1394303623929728_43590338539634

Nos premiers tests sont très convainquants, voici deux images ci-joint en dessous scannés du même film avec un Spirit 2 et l'autre avec le Cintel, il s'agit d'une image tirée d'un négatif super 16 kodak de sensibilité 250 asa.
Nous avons remarqué une image plus net et un grain plus fin avec le Cintel qu'avec le Spirit. Une meilleur latitude aussi à l'étalonnage en colorimétrie surtout, car le scanner sort une suite d'image  .CRI (cintel raw image) qui permet une très grande latitude de manipulation dans Resolve pour obtenir un peu ce qu'on veut. Je peux envoyer l'image CRI à ceux que ça intéresse.

Le scanner permet de scanner en temps réel en 4K à 25 images par secondes, ce qui est très impressionnant.
Beaucoup de mauvais feedbacks trainent sur internet à propos du scanner à cause de tests qui ont souvent été faits sur des machines bêta. Mais pour avoir le scanner depuis déjà un mois chez nous, on a pu faire des tests très approfondis sur tous types d'images dans tous types de configurations. Nous somme surtout en contact direct avec Blackmagic qui sont très à l'écoute de nos feedbacks concernant la machine, car nous sommes que deux sociétés à l'avoir sur Paris pour l'instant. Il y a une mise à jour régulière du scanner qui se fait par la mise à jour du logiciel Resolve qui permet de corriger de manière impressionnante les performances de debayering du capteur par exemple.

Les images de manière générale sortent légèrement plus magenta que sur le Spirit, mais cela est corrigeable aisément à l'étalonnage. Nos pensons que cela vient du fait que l'éclairage de la pellicule se fait par LEDs.

En tous cas nous sommes très heureux de la machine, et invitons tous curieux à venir faire des essais chez nous et surtout encourageons tous types de productions à continuer d'utiliser ce medium formidable qu'est la pellicule. Si jamais vous avez des projets ou des questions, hésitez pas à nous en faire part.

 

A bientôt.
Paul-Anthony.
Kafard films

KUBE_CINTEL00107586.tif

KUBE_SPIRIT00107586.tif

Modifié par Anthony Mille
  • Like 5

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Rodolph Seraphine

   Merci Paul-Anthony pour cette belle initiative et ces investissements qui témoignent d'une réelle passion pour ce médium!
Il est de plus en plus compliqué de convaincre réals et producteurs de choisir la pellicule, pourtant parfois je sens bien que certains sujets se prêtent bien plus à ce médium qu'au numérique. Malheureusement en publicité ma dernière expérience de tournage en full argentique remonte à 2013, j'amerais une alternance plus régulière... Depuis cependant nous tournons malgré tout parfois en mix entre numérique et Bolex H16 comme en témoigne ce spot dont j'ai assuré une partie des images pour http://www.seraphine.net/mercedesamg-one-man-one-engine.html.

Le réal en question affectionne beaucoup la pellicule, le grain, les défauts de fixité, les voilages sans compter le ronronnement si particulier de cette caméra. Cela a l'avantage qui plus est de servir le film d'images que l'on obtiendrait en numérique qu'au prix de nombreux efforts en post-prod et qui ici sont instantanés et prêts à monter.

J'ai vu sur ton site que vous assuriez le développement et le scan de films en 35 et S16 avec les durées d'enregistrement, les tarifs de développement de scan etc... C'est un document précieux qui permet facilement d'évaluer le coût supplémentaire qu'engendre le passage d'un projet à la pellicule.
Je me permets donc de diffuser ce lien, ne te connaissant pas et n'ayant rien à y gagner ce ne sera donc pas de la publicité.

J'espère pouvoir t'apporter prochainement des rushes d'Arri 416, d'Arricam ou de 435, en attendant bonne continuation à toi dans tes projets!

 http://paulanthonymille.com/kafard/projections

Modifié par Rodolph Seraphine
  • Like 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Anthony Mille

Merci beaucoup Rodolph pour ce message fort sympathique.
Nous venons de racheter une Arri SRIII, car en Juillet nous avons trois projets en Super 16 en même temps avec nos caméras, donc l'argentique est toujours très présent; surtout en clip et court-métrage pour l'instant. J'ai même un confrère chef opérateur qui travaille pas mal en pub, et qui vient de tourner un spot pour du déodorant en 35mm, car ça amusait un peu tout le monde, et ça ne coute pas plus cher que de tourner en numérique. Ils ont tourné avec notre Arricam, une série Zeiss strandard prime et scanné en 4K chez nous.

Moi même en tant que chef op, comme toute la chaîne de production argentique est faite maintenant "à la maison" je t'avoue que c'est devenu de plus en plus courant de proposer cette alternative en fiction. Ca pousse les réalisateurs à décrocher de leurs "vidéo villages" et autres moniteurs pour venir plus souvent sur la face, et voir même cadrer de plus en plus. Ce que j'apprécie grandement, car cela rapproche mon lien avec le réalisateur. Je t'avoue que j'en ai marre depuis 7 ans de bidouiller sans arrêts les caméras numériques pour donner un look argentique aux images, là tu sais que ça va plaire tout de suite, et donc tu te concentres sur autre chose.
Je tourne en numérique quand le numérique se justifie narrativement ou esthétiquement, sinon la pellicule reste le standard visuel pour quasiment tous les cinéastes pour qui je travaille.

Pour la blague d'ailleurs, cette année nous avons accompagné pas mal de films de fin d'étude de la Fémis, car beaucoup d'étudiants étaient frustrés que la formation argentique soit quasi inexistante depuis cette année dans la section image. Des étudiants sont venus nous voir pour qu'on leur vende la pellicule, prête des caméras et qu'ils puissent tourner leurs films en dehors de l'école car pas pris en charge par celle-ci. Le rouleau compresseur de la technologie....

Comme je l'ai dit il y a quelques années sur ce forum, nous vivons une époque formidable, où tant de caméras existent, tant de formats, tant de médiums et je trouve ça juste terrifiant qu'une technologie puisse disparaitre au service d'une autre; qui en plus ne se valent pas encore techniquement. Faisons attention nous opérateurs, producteurs, cinéastes à maintenir nos palettes aussi diversifiées en vie, car cela nous permettra d'aller plus loin dans les films que nous faisons, et de continuer à explorer le cinéma comme cet art fragile, que l'industrie et les modes ne doivent pas étrangler.

Modifié par Anthony Mille
  • Like 5

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Contenu similaire

    • Invité
      Par Invité
      Vu d' un premier coup d' oeil, la BPCC4K ressemble à un DSLR qui serait " orienté vidéo au maximum".

       
      Avec cette nouvelle caméra, BMD semble s' attaquer avant tout au marché des DSLR en offrant des caractéristiques uniques pour ce genre de produit, avec un prix défiant toute concurrence.
      Il y a la possibilité d' enregistrer les prises de vue sur un disque dur externe ( SSD)
      via un petit connecteur à la norme USB Type-C, par exemple.
      La présence d' un mini-XLR avec alimentation fantôme se fait aussi remarquer.
      Quant au capteur*, il est plus grand que la BPCC de 1ère génération, offre la même plage dynamique de 13 stops, mais à cette différence supplémentaire qu' il permet un enregistrement en basse lumière et ce jusqu' à 25600 ISO ( d' après BMD).
      A noter que la version complète de DaVinci Resolve est incluse lors de l' achat de cette caméra.
      Pour en savoir plus :
      https://www.blackmagicdesign.com/products/blackmagicpocketcinemacamera/techspecs/W-CIN-12
       
      Sans vouloir briser l' élan d' enthousiasme qu' a pu suscité BMD avec cette nouvelle caméra,
      il faut savoir tout en prenant en compte les forces et les faiblesses de la BPCC4K,
      que cette dernière offre beaucoup de promesses sur le papier qui restent malgré tout à vérifier en terrain réel.
      Il faut donc prendre du recul et attendre les premiers retours d' expérience de cette caméra,
      en espérant que BMD tienne ses délais concernant les livraisons.
      ( Le salon de l' IBC 2018 sera l' occasion pour BMD de montrer un produit fini tant sur le plan hardware que software)
       
      Donc pour ce qui est de la BPCC4K :

       
      ( *= infos ou intox, certains sites spécialisés indiquent que le capteur de la BPCC4K serait le même que celui du Panasonic GH5s.)
       
       
       
       
       
    • François Pagès
      Par François Pagès
      Bonjour à tous,
      Je vends une partie de mon matériel pour le renouveler. Livré dans les emballages d'origine avec les factures d'achat et une facture de vente.
      Le matériel a peu servi et est en excellent état. Il y a quelques petits éclats de peinture sur le corps de la caméra. Les filtres n'ont aucune rayures ni traces.
      N'hésitez pas à faire une proposition. Prix négociables
      Pack Caméra pour 2490 € HT - 2990 TTC
      - caméra Ursa Mini 4,6K en monture EF avec poignée
      - Vlock battery plate - plaque alimentation batterie Vlock
      - Alimentation secteur caméra
      Pack caméra pour 2990 HT - 3590 TTC
      - caméra Ursa Mini 4,6K en monture EF avec poignée
      - Vlock battery plate - plaque alimentation batterie Vlock
      - Alimentation secteur caméra
      - Chargeur Axcom 2 voies SM-CPVM-2
      - 2 batteries Axcom U-SVLO-90 Vlock 90wh
      - 2 cartes Cfast LEXAR 128Go 3600x
      - 1 lecteur de carte SANDISK USB3 avec câble usb3
      Pack caméra pour 4950 HT - 5940 TTC
      - caméra Ursa Mini 4,6K en monture EF avec poignée
      - Vlock battery plate - plaque alimentation batterie Vlock
      - Kit Ursa Mini Schoulder - Poignée, rallonge et épaulière
      - 2 tubes Wooden 9'' Ø15mm
      - Alimentation secteur caméra
      - Chargeur Axcom 2 voies SM-CPVM-2
      - 2 batteries Axcom U-SVLO-90 Vlock 90wh
      - 2 cartes Cfast LEXAR 128Go 3600x
      - 1 lecteur de carte SANDISK USB3 avec câble usb3
      - 1 mattebox ARRI MMB2
      - 2 tiroirs de dimension 4x5,65
      - 1 support pour tubes Ø15mm
      - 1 top flag
      - 1 filtre Formatt 4x5,65 ND 0,3
      - 1 filtre Formatt 4x5,65 ND 0,6
      - 1 filtre Formatt 4x5,65 ND 0,9
      - 1 filtre Formatt 4x5,65 ND 1,2
      - 1 filtre Schneider Platinum 4x5,65 IRND 1,2
      François Pagès
    • Jérémy Lifart
      Par Jérémy Lifart
      Bonjour,
       
      J'espère que la question n'a pas été posé, sinon je m'en excuse par avance.
      Je suis chef opérateur pour la première fois sur le packshop d'une vidéo publicitaire tourné en blackmagic 2,5K avec des optiques Canon CN-E sur fond vert. Nous tournons dans un tout petit studio photo j'ai alors privilégié des kino avec des tubes verts pour éviter les réflexions de vert sur mon accessoire, ainsi que 2 contres en hmi fresnel 200w.
      Ma question est : l'accessoire sera directement disposé sur la table recouverte par le tissu vert puisqu'il s'agit d'incruster tout ce qu'il y a autour du sac, je vais forcément avoir une ombre porté (aussi douce soit elle) sur mon fond vert non? Et le fait de rajouter des sources (pour la contrée) va forcément adoucir l'ombre mais en générer des nouvelles. Cela va-t-il poser des problèmes en post-production?
      Avez-vous des anecdotes ou plutôt des conseils afin que la lumière et l'incrustation ne pose pas de problème lors de la post-prod?
       
      Je vous remercie par avance de vos réponses,
       
      Bien à vous
    • Hélène Degrandcourt
      Par Hélène Degrandcourt
      Bonjour
      je vais refaire un tournage en pellicule et je me demandais dans quel cas maintenant je risque d'avoir besoin d'un déphaseur... Pas de tubes cathodiques dans le scénario mais des ordis et des télés modernes... savez vous comment cela réagit maintenant ? Vers quels écrans je peux orienter la déco pour limiter les problèmes... Sachant que je vais "tester" leurs écrans pendant les essais HMC... On m'a dit que les affichages led du métro flickent par exemple.. Vous pensez à d'autres pièges ?
      Merci !
    • Elie Séonnet
      Par Elie Séonnet
      DOCU / CINEMA / CROWDFUNDING ------> VIVENT LES STUDIOS DE BRY-SUR-MARNE
       Le Collectif BKE est très heureux de vous annoncer le lancement d'une campagne de financement participatif pour un nouveau documentaire consacré au monde souvent ignoré des studios de cinéma.
      Après les studios d'Arpajon, c'est cette fois à la découverte des studios de Bry-sur-Marne que Sabine Chevrier nous invite. Un lieu incroyable, sauvé d'une fermeture imminente il y a 2 ans, et où un nombre incalculable de films, séries, émissions télé qui vous ont accompagnés toute votre vie ont été tournés ! un film à la gloire des techniciens, des artisans, des travailleurs de l'ombre !
      Alors si vous aimez le cinéma, les films, les séries, les réals, les chef décos, les artisans, les grands noms et les petites mains, toutes celles et tous ceux qui font de ces studios une véritable usine à rêve, rendez-vous sur le site PROARTI.FR
      Objectif 6000 €
      On compte sur vous !
      https://www.proarti.fr/collect/project/vivent-les-studios-de-bry-sur-marne/0
       
×