Aller au contenu

supprimer la publicité

Classement


Contenu populaire

Affichage du contenu le plus aimé depuis le 21/12/2017 dans toutes les zones

  1. 1 point
    Je pense que ces articles montrent justement que si les films français ne sont pas rentables, c'est qu'ils n'intéressent tout simplement pas le public, c'est là le problème principal. L'objet n'est pas qu'ils soient absolument rentables, mais qu'on donne plus de chance à de jeunes réals, au cinéma de genre, thriller, polars, épouvantes, sf...etc et pas seulement des "téléfilms pour le ciné" qui racontent la vie quotidienne de bobos parisiens, de paysans caricaturés à la sauce bobos, de drames sociaux en lien avec l'actu et les bons sentiments... Un cinéma beau, avec aussi de très belles images.
  2. 1 point
    Personnellement, ce qui me gène, c'est que le CNC est tellement excédentaire qu'il devrait en fait ratisser beaucoup plus large que le film d'auteur chiant que personne ne voit, et la comédie pas drôle mais avec des comédiens bankable... mais qui ne marchent pas non plus. Et le CNC devrait investir et non subventionner. Beaucoup de films dit "de genre" ne trouvent pas de financement, et serait d'ailleurs non-rentable sur le territoire français comme les autres... mais aurait l'avantage de se vendre à l'étranger car souvent tourné en anglais, contrairement aux films parisiens qui se regardent le nombril. Ca permettrait de vraiment faire connaitre le pays et ses faiseurs. Un film, s'il n'est pas vu, ne sert a rien, autant qu'une œuvre d'art si elle n'est pas vu, ne sert a rien. Il y a un monde entre le fonctionnement d'hollywood et le fonctionnement du cinéma français. Ne penser qu'il n'y a que les deux et rien au milieu c'est extrêmement réducteur. Déja, si on pouvait ajouter a notre palette des oeuvres comme les films coréen ou espagnols ca serait un bon début.
  3. 1 point
    Bonjour, je suis toute nouvelle ici et à vrai dire, je ne sais pas si je poste au bon endroit, ni même si je suis légitime de poster ici. C'est un peu en désespoir de causes que je viens vers vous. Je suis à présent sûre de vouloir travailler dans l'audiovisuel (enfin comment être sûre tant qu'on a jamais essayer car je ne connais pas la réalité des métiers qui m'intéresse). Le problème, qui est de taille, c'est de trouver la bonne école. Je suis perdue, il y a trop de choses. Une école me parait bien, puis je vais lire des avis et elle perd tout de suite son image de marque. Depuis le début des mes recherches, je me rends bien compte, que la majorité des cursus sont dans le privé. Le privé c'est cher, ça ne garantit rien, et je ne suis pas vraiment sûre que ce soit une bonne idée de s'endetter avant même d'avoir commencer à travailler en faisant un prêt étudiant pour payer son année. Après il y a le public. Mais il faut arriver à être prise, ce n'est pas post-bac et je sais que lors des concours tel que celui de la Femis je me retrouverais en face de personnes avec beaucoup plus de talents et d’expériences que moi (je suis juste objective). J'aimerais ne pas me tromper en disant que la motivation (pas je juste le fait de dire "je suis motivée", on s'entend) passe avant l'école qui est écrite sur notre CV. Toujours est-t-il qu'il faut choisir. Je prends tout vos conseils, toutes vos adresses. Peu de gens veulent travailler dans ce milieu dans mon entourage, donc je dois un peu me faire un avis toute seule et ce n'est pas forcément facile. Je ne sais pas si j'ai oublié de dire quelques choses, à part que si, ce qui m’intéresse est le métier de scénariste (j'écris le plus possible, par ce que je pense que ça sert toujours et que c'est ce qui me passionne) ainsi que le montage. Cependant pour le dernier je ne connais pas vraiment ce métier, je m'y intéresse et je compte commencer à la pratique pour voir un petit peu à quoi m'en tenir. Merci d'avoir prit le temps de me lire voir de me répondre !
  4. 1 point
    Etrange j ai fais beaucoup de 25p pour de la télévision et pas de soucis une fois en 50i
  5. 1 point
    Panasonic sort un GH5 s a dix millions de pixels qui m'a l'air vraiment très performant.......................à ausculter ! https://www.cinema5d.com/panasonic-gh5s-video-hands-on-highlights-of-the-new-camera/
  6. 1 point
    Oui Matthieu à raison, vers quelles fonctions tu souhaites t'orienter ? Scénario / production (pré-prod) / Tournage / Post-prod ? Je suis prof dans une école privée (A Nantes) depuis le début de l'année où tous les profs sont tous des professionnels (de l'audiovisuel) et non des professionnels de l'enseignement. Je constate les avantages et les inconvénients de cette situation pour les élèves... L'école privée doit jongler entre 2 objectifs : l'un financier (l'école privée est un business) et l'autre ; la reconnaissance de leur formation par les professionnels (et l'administration). J'interviens également occasionnellement (en workshop) sur une prépa (Femis / Louis Lumière..) et je constate la très grosse différence !!! En prépa, les étudiants sont très jeunes, jeunes bacheliers sélectionnés sur dossier scolaire (minimum 18 de moyenne obligatoire), L'approche est très théorique, très intellectuelle, et littéraire. Peu de pratique, c'est très scolaire, cours magistraux... Il y a une véritable approche pédagogique, les profs étant des enseignants encadrés par l'académie. Mais ils n'ont jamais pratiqué le cinéma (pour la plupart). C'est une prépa. Dans l'école privée ou j'enseigne l'analyse filmique et la lumière, c'est beaucoup plus pratique et je dirais même "pragmatique" ! Les profs étant des pros en activité, l'approche est basée sur l'expérimentation, l'apprentissage des fondamentaux par la pratique. A la sortie les diplômés sont des "couteaux suisses" capables d'intégrer une boite de prod ou freelance ou Intermittent, en tournage ou en post-prod suivant leurs appétences. L'approche pédagogique n'est pas encadrée...un très bon professionnel n'est pas nécessairement un bon pédagogue, les programmes changent à chaque prof, chaque année, la coordination est...moyenne. 30% de mes étudiants payent ou participent au financement de leurs études en bossant en dehors des cours, ils ont donc une certaine maturité et une volonté importante, c'est motivant... ( ils font : accueil de nuit d'un hôtel, serveurs dans des bars, caissiers dans des supermarchés, livreurs à vélo...). Ne souhaitant pas faire de la pub à l'école où j'enseigne je ne donnerais son nom qu'en MP.
  7. 1 point
    Bonjour Lola tu as aussi la possibilité d'une année de remise à niveau en faisant une MANCAV (dans un établissement public) Tu auras un dossier plus pertinent pour intégrer certaine option de BTS (auquel tu n'as pas accès avec un bac ES)
  8. 1 point
    Je te comprend j ai enseigné dans pas mal de BTS Public/privé le seul en privé qui est correct c est CIFACOM A lire aussi
  9. 1 point
    Pendant la période de décembre, j ai testé le pari de faire un téléfilm pour France 3 de la collection "Meurtre à" avec une liste lumière 100% LED Au final Juste Deux électros et ... Pas de groupman une legerté de travail qui est alors tres plaisante sur un rythme de téléfilm Les sources les plus puissantes étaient un mole 900W Fresnel et ... le SENAT Le sénat est un tout nouveau projecteur a Led en 5600k utilisant 20 panneaux de 70W soit 1400 watts en tout sur un angle d émission de 25 degré Tres pratique pour les extérieurs MISSION réussis je recommencerais et merci encore et toujours Acc&Led Tournage en Alexa mini et summilux
  10. 1 point
    Bonjour, je suis Florent et je viens de m’inscrire sur le forum :). Je m’intéresse beaucoup à la photographie en amateur et j’espère que j’en apprendrais un peu plus sur la plateforme. Le projet à long terme serait de tourner un court métrage pour le plaisir. Je vous souhaite une excellente fin de journée !
  11. 1 point
    Pas d'accord! Les professionnels de la photographie essaient de gagner de l'argent avec leur travail et vivre de leur passion. Les amateurs eux, qui gagnent leur vie avec leur métier, peuvent en plus gagner de l'argent avec leur passion.
  12. 1 point
    Je me permet de rapatrier un sujet très très intéressant initié par @Francis Frenkel qui a fait un super boulot et qui je pense a plus sa place ici (le sujet et l'auteur), plutôt que sur d autre forum ou le fil de discussion en devient stérile Voici une série d'interviews très courtes de très grands Chef Opérateurs de cinéma (Français et Étrangers) qui expliquent pourquoi et comment ils ont utilisé la caméra ALEXA de la société ARRI. "Les caméras de cinéma comme l'ALEXA ou les RED n'ont pas un fonctionnement complexe. Elles fonctionnent exactement sur les mêmes principes qu'un boitier Sony A7s ou qu'un GH4 ou Canon 5D ! Lorsqu'on maitrise et qu'on comprend parfaitement le fonctionnement d'un boitier photo/vidéo, on possède les connaissances suffisantes pour commencer à tourner avec une caméra de cinéma." Voici la liste des Grands Chefs Opérateur qui s'expliquent dans cette vidéo : Lorenzo Hagerman pour le film Heli (magnifique film en noir et blanc) Natasga Braier pour le film très esthétique The Neon Demon Guillaume Deffontaines pour le film désopilant Ma loute NIcolas Bolduc pour le film Two Lovers and a Bear Joshua Richards pour le film My Brother Taught Me Arnaud Potier pour le film Cowboys Roger Deakins pour le film Sicario David Procter pour le film Nobody Speak Pierre Yves Bastar pour le film Versaille Greg Fraser pour Rogue One Vos retours sont les bienvenues..
×