Bienvenue sur Camera-Forum.fr

Bienvenue sur Camera-Forum.fr, comme la plupart des communautés en ligne, vous devez vous enregistrer pour poster dans notre communauté, mais ne vous inquiétez pas c'est un processus simple et gratuit qui nécessite un minimum d'informations. Profitez-en tout de suite, Inscrivez-vous ou Identifiez-vous.

  • Démarrer de nouveaux sujets et répondre à d'autres
  • Abonnez-vous aux sujets et forums pour obtenir les mises à jour automatiques
  • Télécharger des documents en ligne.
  • Obtenez votre propre profil et élargir votre carnet d'adresse !
  • Partager votre expérience ici

supprimer la publicité

Roger Canto

+ Rédacteur
  • Compteur de contenus

    266
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    14

Roger Canto last won the day on 29 décembre 2016

Roger Canto had the most liked content!

Réputation sur la communauté

48 Remerciement(s)

4 abonnés

À propos de Roger Canto

  • Rang
    Régulier
  • Date de naissance 14 février

Informations professionnels

  • Profession
    Documentariste

Contact Methods

  • Site
    http://

Profile Information

  • Civilité
    Homme

Visiteurs récents du profil

3 109 visualisations du profil
  1. Autrefois le laboratoire Deams proposait un produit idéal pour le nettoyage des films : le NETAFILM... Hélas, sauf erreur de ma part, il est devenu impossible d'en trouver.
  2. Il n'a pas disparu, Francis... On en trouve encore, mais les prix sont extrêmement élevés, surtout avec le développement compris. Voir ici : https://www.cine-super8.net/index.php?pg=produits&prod=Films_Double8 Il est incontestable que la présence d'un presseur dans les caméras "double-8" (même les petites) permet d'avoir un piqué très supérieur à celui du Super-8 (qui n'a été créé par Kodak qu'à des fins commerciales). Si l'envie de refaire un peu de 8 mm se fit sentir, tu peux toujours en trouver, développement compris, ici : http://www.cine-super8.net/
  3. Quel projecteur choisir pour transférer du Super-8 sur cassette ou DVD ? Les projecteurs destinés aux amateurs sont tous munis d'un obturateur à 3 pales pour leur permettre de projeter aussi bien des films tournés à 18 im/sec qu'à 24 im/sec. (S'ils n'avaient que 2 pales, à 18 im/sec il n'y aurait que 36 éclairs par seconde sur l'écran, ce qui serait insuffisant pour donner l'impression d'une lumière continue). Pour éviter un papillotement très désagréable lorsqu'on transfère un film sur une cassette vidéo, il faut que le nombre d'éclairs par seconde soit un multiple de 25 (standard de la télévision et de la vidéo pour le PAL). On y parvient, avec un obturateur à 3 pales, en projetant à 16,666666 im/sec. En effet, 16,666666 x 3 = 50 (multiple de 25). C'est pour cette raison que seuls les projecteurs pouvant fonctionner à 16,66666 im/sec conviendront pour faire du transfert. Quels sont les projecteurs utilisables ? - Tous les projecteurs muets, munis d'un rhéostat ; mais à condition de les faire tourner pendant une dizaine de minutes avant de commencer le transfert, pour leur permettre de chauffer (un projecteur dont la vitesse n'est pas régulée électroniquement ayant tendance à accélérer en chauffant). - Les projecteurs sonores à régulation de vitesse électronique Comment régler un projecteur sur 16,66 im/sec ? Il suffit de réduire lentement la vitesse jusqu'à disparition du papillotement, en contrôlant sur un moniteur (ou un téléviseur) relié au caméscope. - Pour les projecteurs muets, en agissant sur le rhéostat. - Pour les "sonores" en tournant dans le sens inverse des aiguilles d'une montre l'une des résistances variables qui se trouvent sur le circuit imprimé (l'une est destinée à régler le 18 im/sec, l'autre le 24 im/sec). Pour cela, il faut procéder par tâtonnements pour trouver la résistance qui agit sur la fréquence de 18 im/sec, puis agir jusqu'à disparition du papillotement. ] Les résistances ajustables (elles sont parfois placées à plat sur le circuit). Quels projecteurs peut-on utiliser ? - Le Beaulieu 708 EL C'est le plus perfectionné des projecteurs super-8, mais aussi le plus cher (même d'occasion). Avec ce magnifique appareil, il n'est même plus nécessaire d'agir sur les résistances variables car il offre la possibilité d'ajuster la vitesse à l'aide d'un potentiomètre situé en façade. Les modèles les plus récents sont même munis d'un obturateur réglable (2 ou 3 pales), ce qui est un gros avantage pour le transfert des films tournés à 24 im/sec... Il suffit alors de faire tourner l'appareil à 25 im/sec, en ayant choisi l'obturateur 2 pales. Le Beaulieu 708 EL - Le GS 1200 Elmo Encore un très bel appareil muni d'un potentiomètre permettant d'ajuster la vitesse (sur ce modèle, il n'est pas en façade comme sur le Beaulieu, mais situé sur la face arrière). Le GS 1200 Elmo Attention ! Ne pas confondre avec le ST 1200. - Le Magnon SD 800 Bien que moins perfectionné que les précédents, cet appareil peut donner de bons résultats lorsque sa vitesse est bien étalonnée... C'est surtout au niveau de l'optique qu'il est un peu inférieur aux appareils ci-dessus ; mais cela joue moins lors d'un transfert qu'en projection normale. Le Magnon SD 800 - Le Rony LSP 511 C'est un petit appareil sans prétention, mais qui peut donner de très bons résultats. Ses deux seuls défauts sont : une capacité de 120 mètres seulement et un objectif assez médiocre que l'on a intérêt à échanger contre un modèle plus sérieux (un ancien objectif fixe d'appareil 8 mm peut s'adapter à condition de faire fabriquer un manchon). Le Rony LSP 511 - Le Sankyo 502 Un autre appareil relativement bon marché, mais qui fonctionne bien et que l'on peut étalonner assez facilement. Il existe un modèle un peu plus perfectionné : le 702. Le Sankyo 502 La base du 702 (comme on peut le remarquer, elle est un peu plus complète que celle de 502) - Les Eumig (séries 700 et 800) Le Eumig 820 Sonomatic On a cru pendant longtemps que les projecteurs Eumig de ces séries ne convenaient pas pour faire du transfert à cause de leur moteur asynchrone, sans régulation électronique de la vitesse. C'est un galet entraîné par le moteur, capable de monter et descendre entre deux butées qui assure le changement de vitesse... La butée du bas pour le 18 ips, celle du haut pour le 24 ips. Ce galet entraîne un plateau caoutchouté solidaire de l'axe qui porte l'obturateur. La marche avant et la marche arrière sont obtenues en faisant basculer le moteur, soit sur le plateau avant, soit sur le plateau arrière. Le passage d'une vitesse à l'autre (avec toutes les vitesses intermédiaires) se fait grâce à un curseur situé sur la face avant, juste derrière la boîte à lumière. Comme il n'est pas possible de descendre au dessous de 18 im/sec et qu'il faut 16,67 iml/sec pour éliminer le papillotement, on a longtemps rejeté ce type de projecteur. C'est GeGe13, de PACAVIDEO, qui a proposé une astuce permettant de descendre au dessous de 18 im/sec et d'atteindre les 16,67 im/sec nécessaires : Il suffit, après avoir retiré le capot arrière, de mettre le commutateur de périodes sur 60 cycles, ce qui a pour effet de déplacer vers le bas les butées 18/24, ce qui place le 16,67 im/sec vers le milieu du déplacement du curseur de façade. La méthode préconisée par GeGe13 pour régler un Eumig sur 16,67 im/sec Tous les clones des projecteurs Eumig, séries 700 et 800 et le Paillard Bolex SM 80, peuvent être réglés sur 16,67 im/sec de cette façon. - Les projecteurs muets SANKYO Dualux Il n'est pas possible de passer sous silence le Sankyo Dualux 1000, un petit appareil muet, qui peut rendre de sérieux services à condition de contrôler en permanence sa vitesse car il n'est pas régulé électroniquement. (il existe aussi un Sankyo Dualux 2000, assez voisin). Un petit bémol, cependant, ces projecteurs "bi-films" n'ont qu'une seule griffe pour pouvoir s'adapter aux deux formats, ce qui présente des risques pour les perforations des films. ... mais il est évident qu'un seul passage (le temps d'un transfert) minimise beaucoup le risque. Le Sankyo Dualux 1000 Cette liste n'est pas exhaustive... D'autres appareils peuvent aussi convenir pour effectuer des transferts, mais ils sont plus difficiles à trouver : - Le Fujiascope SH 1 - Le Fujiascope SH 7 - Le Fujiascope SH 30 - Le Rolley P 83, etc... Roger CANTO
  4. Pour Olivier Garouste, Tu as posé ta question dans le forum "Caméras et formats argentiques"... Elle risque donc d'échapper à tous ceux que l'argentique n'intéresse pas. Peut-être serait-il prudent d'en mettre une copie dans le forum "D-cinéma", ou un autre forum plus approprié aux fichiers numériques. Bien cordialement.
  5. Bonne année à tous !
  6. Le film le plus étroit du monde : le 3,2 mm Ce format très peu connu avait été imaginé et réalisé en 1960 par Eric Berndt pour équiper la NASA lors de ses expéditions dans l’espace. Deux minuscules caméras, adaptées à ce format, permettaient d’occuper le moins de place possible dans le vaisseau spacial. Une fois de retour sur terre, il ne restait plus qu’à faire un gonflage en 16 mm de façon à pouvoir utiliser tous les équipements existants. Un morceau de film 3,2 mm très grossi. Comme il est possible de le voir sur cette reproduction, le 3,2 mm comportait des perforations axiales entre les images (comme le 9,5 mm). Un projecteur avait même été construit pour pouvoir projeter le film 3,2 mm avant de le convertir en 16 mm. On sait qu'il y avait deux caméras parce que c'était précisé dans les documents, mais on ne les a jamais retrouvées. (Document CINERDISTAN) Roger CANTO
  7. Beaux tournages à toi aussi tout au long de l'année 2017 !
  8. - Bravo Francis ! Toutes mes félicitations.
  9. La 4008, une caméra que j'ai beaucoup utilisée à l'époque lointaine où je tournais en Super-8 !
  10. Dommage... Mais le numérique évolue si vite que l'on peut comprendre une difficulté à suivre !
  11. Chacun des trois procédés présente des avantages et des inconvénients, mais le plus intéressant est l’hypergonar (à lentilles) du professeur Chrétien dont le brevet, déposé le 9 décembre 1926, a été acheté en 1953 par la 20th Century Fox pour l'utiliser sous le nom de CinémaScope. Avec des lentilles en Flint et en Crown pour corriger les aberrations, c’est celui qui donne les meilleurs résultats. Les autres types d’anamorphoseurs n’ont été choisis par certains producteurs que pour éviter d’avoir à payer des royalties à la 20th Century Fox. L’anamorphoseur à miroir est le moins intéressant à cause de la nécessité d’incliner les miroirs par rapport à l’axe optique, ce qui engendre un déport de celui-ci dans le plan vertical.
  12. Il y a aussi ceci :
  13. Il n'y a pas de mise au point sur ce type d'anamorphoseur. Celle-ci ne se fait que sur l'objectif primaire.
  14. Il s'agit de l'association de deux miroirs courbes : l'un concave et l'autre convexe.