Bienvenue sur Camera-Forum.fr

Bienvenue sur Camera-Forum.fr, comme la plupart des communautés en ligne, vous devez vous enregistrer pour poster dans notre communauté, mais ne vous inquiétez pas c'est un processus simple et gratuit qui nécessite un minimum d'informations. Profitez-en tout de suite, Inscrivez-vous ou Identifiez-vous.

  • Démarrer de nouveaux sujets et répondre à d'autres
  • Abonnez-vous aux sujets et forums pour obtenir les mises à jour automatiques
  • Télécharger des documents en ligne.
  • Obtenez votre propre profil et élargir votre carnet d'adresse !
  • Partager votre expérience ici

supprimer la publicité

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'cinéma'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Cinéma & Télévision
    • Nouveautés & événements
    • Discussions générales
    • Lumière & éclairage
    • Machinerie
    • Steadicam, Stabilisateurs, Drones, MōVI ...
    • Au cinéma
    • A la télévision, en DVD ou sur le net
    • Directeurs de la photographie
    • Assistants opérateur
    • Pellicules & Procédés
    • Caméras et formats argentiques
    • D-Cinema
    • RED
    • Cameras DSLR
    • UHDTV
    • HDTV
    • SDTV
    • Les objectifs et accessoires
    • Post-production
    • Le relief
    • Le travail des membres
    • Techniques & Méthodes
    • Intermittent du spectacle
    • Blogs des membres
    • Débutants / Etudiants
  • Les métiers
    • Réalisation
    • Production/Administration
    • Le montage
    • Le son
    • La photographie
  • Productions internationales
    • Europe
    • Amérique
    • Asie
    • Afrique
    • Océanie
  • Formations
    • BTS audiovisuel
    • Louis Lumière
    • FEMIS
    • Autres...
    • Orientations
  • Support & Divers
    • Le bar des opérateurs
    • Activités régionales / rencontres
    • Le site

Calendriers

  • Calendrier

Catégories

  • Exposés / Mémoires
  • Softwares & Setups
  • Documents techniques
  • Notices d'utilisation
    • Cellules, spotmètres
    • Camescopes/Caméras HD, SD
    • Cameras 35, 16 mm
    • Cameras Super 8
    • Têtes, machinerie
    • Moniteurs
    • Post-Production
    • Eclairage
    • Magnetoscope
  • Brochures
    • Eclairage
    • Camescopes/Caméras HD, SD
    • Cameras 35, 16 mm
    • Magnétoscopes
    • Machinerie
    • Optiques & Zooms
    • Post-production
  • Cours / Supports pédagogiques
    • Devoirs BTS
  • Photographie
    • Notices d'utilisation
  • Divers

Blogs

  • Site perso
  • Roger's Blog
  • Vincent Zacharias
  • oufix's Blog
  • Laurent King
  • JOEL PORCU's Blog
  • Behind the scenes
  • Antoine ROBERT
  • fred vallet website
  • José Gerel
  • Martial GALLORINI
  • denscam' Blog
  • barrouta' Blog
  • Gauthier Bouret Blog
  • http://www.dailymotion.com/video/x9tdh_teaser-la-theorie-du-singe
  • Bolex 16mm et Super 16, 8mm et Super 8 chez Bolex Suisse
  • Florent Lenvers
  • Arnaud Stefani
  • Yohann Charrin DP/Cadreur
  • Reporter radio
  • Christophe Larue directeur de la photo.
  • Eric Genillier
  • Mickael Alix
  • Damien Croce Blog
  • Raphaël Bauche
  • la vue
  • Chalons Nicolas
  • Wesley Mrozinski
  • Vincent Vieillard-Baron - DOP
  • Prune's Blog
  • Abdellah Azizi' Blog
  • Adrien Onesto
  • thomaschatelet.com
  • Youssef Bouajaja' Blog
  • Polyboys Electros Blog
  • -- .. ..--- -.- ---
  • Ervin Legoaziou' MakeitclapBlog
  • José Gerel (site perso)
  • Laurette Fouquet' Blog
  • DP JMD Blog
  • -- .. ..--- -.- ---
  • Matthieu Misiraca's Blog
  • José Gerel's Blog
  • Adrien Gontier's Blog
  • Adrien Gontier's Blog
  • Mi2ko -- .. ..--- -.- ---
  • Christine Rougemont Blog
  • Fred-G. Lefebvre Blog
  • Fred-G. Lefebvre Blog
  • Fabien Lenoir Blog
  • Fabien Lenoir Blog
  • Roger's photoblog
  • Cyrille Janisset Blog
  • Kroline Kmera
  • Gabriel Beteta Blog
  • Jean-Louis Bompoint Blog
  • Shadows & Light
  • Philippe NOEL
  • Charles Noel Blog
  • Carmen Munoz Blog
  • AVP-AS Blog
  • Arnaud Schaffhauser Blog
  • Arnaud Schaffhauser Blog
  • Arnaud Schaffhauser Blog
  • Squale Production
  • Vincent Nollat Blog
  • OPERATION UTRILLO
  • ((camera)) PSG Real Madrid en direct streaming regarder graTUIT
  • Nouvelle compagnie d'hélicoptères - Prises de vues aériennes

Catégories

  • Cameras
  • Optiques
  • Eclairages
  • Steadicam - Stabilisateurs
  • Trépieds - Machinerie
  • Moniteurs - video - HF
  • Audio - Sonorisation
  • Informatiques et datas
  • Divers

Skype


Intérêts


Profession


Page IMDb

17 résultats trouvés

  1. Bonjour à tous, Les étudiants de l'ENS Louis Lumière de la promotion Cinéma 2017 soutiennent leur mémoire du 19 au 23 Juin 2017. Ces soutenances étant publiques, tout le monde peut y assister. Il faut juste s'inscrire au préalable, en envoyant un mail à cette adresse : invitation@ens-louis-lumiere.fr Voici le planning et la liste des thèmes des différents mémoires :
  2. DOCU / CINEMA / CROWDFUNDING ------> VIVENT LES STUDIOS DE BRY-SUR-MARNE Le Collectif BKE est très heureux de vous annoncer le lancement d'une campagne de financement participatif pour un nouveau documentaire consacré au monde souvent ignoré des studios de cinéma. Après les studios d'Arpajon, c'est cette fois à la découverte des studios de Bry-sur-Marne que Sabine Chevrier nous invite. Un lieu incroyable, sauvé d'une fermeture imminente il y a 2 ans, et où un nombre incalculable de films, séries, émissions télé qui vous ont accompagnés toute votre vie ont été tournés ! un film à la gloire des techniciens, des artisans, des travailleurs de l'ombre ! Alors si vous aimez le cinéma, les films, les séries, les réals, les chef décos, les artisans, les grands noms et les petites mains, toutes celles et tous ceux qui font de ces studios une véritable usine à rêve, rendez-vous sur le site PROARTI.FR Objectif 6000 € On compte sur vous ! https://www.proarti.fr/collect/project/vivent-les-studios-de-bry-sur-marne/0
  3. Quelle impressions avez vous ressenti au travers de ce "film" de Bertrand Tavernier ? Pour ma part, je viens de me rendre compte que mes "cinés" de quartier ou le Ciné club de Claude Jean Phillippe ou les inoubliables "Ciné Cinémas" ne m'avaient pas autant troublé que cet exposé remarquable. Malgré une image assez peu consistante, ce film d'une profondeur immense, laisse donc, pudiquement la place à une image remarquable du Cinéma français... Merci Monsieur Tavernier !
  4. Bonjour à tous, Je suis étudiant à Louis Lumière et je tenais à vous informer sur les conditions de projection des images que nous pouvons produire dans certaines salles parisiennes et d'Ile-de-France. La photo ci-jointe a été prise aujourd'hui dans la Salle 12 de l'UGC La Défense. Cela fait 3 mois que je leur ai signalé le problème et qu'ils continuent de diffuser des films avec un projecteur défaillant (oui le problème est dû au projecteur pas à l'écran) et que le problème empire de jour en jour. Je suis donc attristé pour Yves Angelo, Christophe Beaucarne et Philippe Guilbert ainsi que leurs étalonneurs respectifs dont les films sont dénaturés par cette piètre projection et continuent de l'être. Je leur ai reporté 3 fois le problème, la première fois ils m'ont dit qu'ils allaient tout mettre en oeuvre pour le réparer, la seconde fois un mois plus tard en me rétorquant qu'étant un spécialiste de l'image je ne voyais pas comme tout le monde et qu'ils n'allaient pas changer leur projecteur juste pour moi. La troisième fois aujourd'hui, me disant qu'ils étaient conscients du problème, qu'ils savaient que leur projecteur était défaillant, qu'ils attendaient la pièce mais qu'ils continuaient à projeter des films dans cette salle. Plus largement par rapport au traitement des images qu'ils donnent à voir j'ai fait de nombreuses mesures dans d'autres salles, qui ne sont pas du tout aux normes dans les salles UGC dès que l'écran n'est pas métallisé (pour info les écrans métallisés argentés seront illégal à partir du 3 Mai 2017 - le CNC ayant laissé un délai de 5 ans pour que les cinémas changent leurs écrans). Pour rappel la norme est de 48 cd/m² et la tolérance est entre 38 et 58 cd/m², mes mesures ont été faites au moyen d'un spotmètre vérifié sur une source étalon : UGC Ciné Cité La Défense : - Salle 03 : 12 cd/m² (20/10/2016) (22/01/2017) - Salle 06 : 32 cd/m² (18/01/2017) -> écran métalisé - Salle 07 : 14 cd/m² (13/11/2016), 18 cd/m² (18/12/2016) - Salle 08 : 17 cd/m² (31/10/2016), (11/11/2016) et (09/01/2017) Lampe qui flicke - Salle 09 : 36 cd/m² (31/10/2016) 48 cd/m² (18/12/2016) -> écran métalisé - Salle 10 : 18 cd/m² (31/10/2016) - Salle 12 : 20 cd/m² (28/10/2016) (22/01/2017) Partie gauche de l'écran Jaune dans les hautes lumières (et de pire en pire). - Salle 13 : 54 cd/m² -> écran métalisé. (09/01/2017) Projection trop piquée en Scope (Mauvaise Confo Cadre) - Salle 14 : 16 cd/m² (06/11/2016) - Salle 16 : 51 cd/m² (29/12/2016) -> écran métalisé UGC Ciné Cité Les Halles : - Salle 01 : 40 cd/m² (01/11/2016) -> écran métalisé - Salle 35 : 24 cd/m² (07/11/2016) UGC George V : - Salle 08 : Frange Verte dans les blancs (01/10/2016) Cinéma des Cinéastes : - Salle 03 : 33 cd/m² (03/01/2017) Forum des Images : - Salle 300 : 36 cd/m² (05/01/2017) Cinémathèque : - Salle Langlois : 47 cd/m² (04/11/2016) Le Grand Action : Salle 1 : 44 cd/m² (06/11/2017) Cinémas Indépendants Parisiens : Max Linder : 47 cd/m² (01/12/2016) l'Etoile St Germain : 50 cd/m² (06/12/2016) J'ai contacté le service client UGC plusieurs fois qui m'ont dit avoir fait un audit technique, et me promettent de régler tous les problèmes d'ici fin Janvier 2017 (à voir...). Ils refusent tous remboursements de projections qui ne sont pas dans les normes de luminosité ou de me laisser discuter avec leur directeur technique. De plus ils refusent d'admettre que leurs salles ne respectent pas les normes ISO, AFNOR, CNC et CST. J'ai contacté la personne en charge du contrôle des salles au CNC qui m'a dis qu'ils ne contrôlaient que 10 salles par an et se concentraient désormais plus que sur les salles Paris intra-muros. J'ai contacté la personne en charge du contrôle des salles à la CST. Je n'ai pas eu de réponses, mais dans tous les cas le marché du contrôle des salles est laissé à des sociétés privées. De mon côté j'ai fait tout ce qui était dans ma mesure pour essayer de modifier les choses avec au final très peu de réussites puisque les problèmes persistent et me heurte en tant qu'étudiant à ne pas pouvoir m'adresser aux personnes compétentes. Je me tourne désormais vers vous amis techniciens pour faire pression à votre échelle, sur les mauvaises conditions de projection qui subsistent dans nos salles pour que les problèmes soient réglés et que les mentalités changent. Je vous invite également à prendre vos spotmètres, et à vous aussi faire des mesures dans les salles sur les blancs max et peut-être que les choses évolueront... Pour finir je citerai Philippe Brelot : "Je sais chacun convaincu par cette idée simple : si tant de techniciens et d’artistes consacrent autant d’énergie à améliorer la qualité de leur photographie, de leur lumière, de leurs décors... Si tant de personnes mettent tant de soin à rechercher la perfection dans l'image, il faut que ces efforts soient visibles et même sublimés sur l’écran, de la plus belle manière ..." Merci de m'avoir lu
  5. Bonjour, Je ne sais pas si j'ai posté sur la bonne rubrique... Comme chaque année le père Noël a déposé au pied du sapin des livres sur le cinéma, sur les cinéastes, les métiers et les techniques du cinéma qui viennent compléter ma bibliothèque. Je souhaite partager avec vous quelques titres d'ouvrages lu ces derniers mois, que j'ai adoré et que je vous conseille. J'ai juste évité les livres que je n'ai pas aimé...mais je peux en faire une liste (aussi longue) aussi ! Et si vous avez des livres à partager, je suis preneur !!!! Des livres entretiens sur des réalisateurs : => Stanley Kubrick "Au delà de l'image" - édité chez Compagnon de route J'ai lu 5 ou 6 bios sur Kubrick, je trouve que ce livre va plus loin, il est à la fois plus complet sur l'homme, sur la façon dont ses films ont été faits, sur ses approches techniques et ses rapports souvent difficiles avec ses équipes (autant les comédiens que les techniciens que producteurs...). Bref, j'ai adoré ! => Conversation avec Claude Sautet - chez Institut Lumières / Actes sud Immense scénariste et réalisateur. Un livre ou Claude Sautet s'exprime directement sur l'élaboration des ses projets, sa filmographie, sa façon d'écrire les scénarios, sa façon de diriger les comédiens... Bref on apprend tout tout, c'est à la fois très technique et aussi très amusant. => Luc et Pierre Dardenne- Au dos des nos images I & II - édité à la Librairie du XX siècle / Seuil Deux livres sous forme de journaux de bord, écrits tout au long de l'élaboration des films des Frères Dardenne. C'est Littéraire, car on y découvre comment ils écrivent leurs scénarios qui parfois n'aboutissent pas, comment ils élaborent leurs projets et comment un projet devient un film, jusqu'à sa sortie en salle et au delà. De l'écriture au mouvement de caméra, répétitions, choix des optiques, mise en scène, tout est abordé dans le détail.. C'est littéraire et passionnant. => Lars Von Trier Le provocateur - édité chez Grasset J'ai également lu plusieurs bios de Lars Von Trier dont j'ai adoré et détesté certains films, mais celle-ci est la meilleure à mon avis ! Cette bio n'est pas toujours tendre avec l'homme, mais elle loue le talent et l'inventivité du réalisateur. C'est une bio très complète, qui traite à la fois des contradictions de l'homme, et le talent du réalisateur dont le premier film réalisé à la sortie de son école de cinéma s'est retrouvé directement à Cannes ! => Le monde de Jia ZhanG-que - édité chez Now / Côté Cinéma Un magnifique livre d'entretiens sur un des plus grands réalisateurs contemporain à mon sens. Un livre passionnant sur un passionné, où l'on découvre sa vie, ses influences et la façon dont il a élaboré chacun de ses films. J'ai aimé la façon dont le réalisateur décrit son approche technique, mais aussi l'écriture, le tournage, la post-prod. C'est vraiment un livre passionnant sur le cinéma même si on ne connait pas bien l’œuvre de Zhang-que. => Wong Kar Waï - Collection Positif Un petit ouvrage fabriqué à partir de nombreux articles du magazine, sur ce réalisateur (qui se trouve à mon panthéon). C'est un ouvrage qui permet néanmoins de découvrir l'homme et l'artiste. C'est synthétique, un peu superficiel, mais ça permet de couvrir toute l’œuvre du maître et de découvrir quelques aspects techniques de son approche cinématographique. => Won Kar Waï "les cahiers du cinéma" - par Thierry Jousse - aux cahiers du cinéma Cette fois, un ouvrage très complet mais pas redondant avec le précédent. S'il faut n'en lire qu'un c'est celui-ci à mon sens. Il manque néanmoins un vrai entretien avec le maître... Après je suis tellement fan de ce réalisateur...et de ses Chefs Op : Christopher Doyle et Mark Lee Ping-bin => Sidney Lumet Faire un Film - édité chez Capricci Sidney Lumet a écrit ce livre sous la forme d'un dictionnaire de tous les métiers qui entrent dans l'élaboration d'un film, de la pré-production en passant par le tournage jusqu'à la post-production et le marketing. Le tout trié par chapitre : le scénario / la caméra / les comédiens / la musique / la direction artistique...etc etc... C'est passionnant, très didactique, très simple à comprendre, à offrir à tout étudiant en cinéma et autres passionnés ! => Arthur Penn - édité chez Edilig Un livre (plus ancien) qui comprend des photos N&B, description et une analyse détaillée de chaque film du Réalisateur. Quelques anecdotes, mais surtout du concret ! => Maurice Pialat Peintre & cinéaste - édité à La cinémathèque Française Un beau livre uniquement réservé aux passionné de Pialat et dédié à la relation du réalisateur avec la peinture. On découvre ses dessins, ses peintures. C'est un bon complément après la lecture d'une des nombreuses bios du réalisateur toujours en colère (que j'adore énormément). => Claude Lelouch Mode d'emploi - édité chez Calmann-Lévy Un livre gros livre avec beaucoup de photos, et énormément d'anecdotes sur l'histoire du réalisateur et de ses films. La maquette est un peu bordélique, mais c'est très complet et agréable à lire. Lelouch n'est pas avare de détail sur son approche du filmage, de la caméra, du cadre, de la lumière. Des livres sur les métiers / techniques du cinéma : => Philippe Rousselot "La sagesse du Chef Opérateur" - édité chez JC Béhar Cet immense Chef Opérateur parle de son métier, de sa relation avec les réalisateurs et surtout de la lumière. C'est plutôt littéraire, mais tout à fait passionnant. => Noëlle Boisson " La sagesse de la monteuse de film" - édité chez JC Béhar Grande grande monteuse qui a travaillé avec les réalisateurs les plus prestigieux, nous parle de son travail avec beaucoup de modestie. C'est à la fois technique et plein de poésie, on apprend combien cette étape - le montage - est cruciale, et parfois même décisive ! => Michael Kohlaas Scénario - édité chez "Le bord de l'eau" Ce livre est tout simplement une édition du scénario complet du très beau film d'Arnaud des Pallières. On apprend comment ce projet a été conçu, tourné, éclairé...avec de belles photos. C'est passionnant de lire le scénario même après avoir vu le film, car on a les images du film qui défilent dans la tête. Un livre bijou.
  6. Bonjour à tous, L'ENS Louis Lumière vous invite à participer au débat sur la collaboration entre le Directeur de la Photographie et le Réalisateur ce Samedi 15 Octobre à 9h30.Les directeurs de la photographie Caroline Champetier, AFC et Yves Angelo sont les invités de ce débat.INSCRIPTIONL'accès à la Cité du Cinéma étant contrôlé, il est nécessaire de s'inscrire au préalable en envoyant un mail à cette adresse : invitation@ens-louis-lumiere.frLe débat est gratuit et ouvert à tous.......................................................................................................LES INVITÉS Caroline Champetier, AFC Sortie de l'IDHEC en 1976, elle devient l'assistante de William Lubtchansky pendant 8 ans, et travaille notamment sur Shoah de Claude Lanzmann. En 1987 elle éclaire Soigne ta droite de Jean-Luc Godard, une collaboration qui s'étendra sur 3 longs métrages. S'en suivra la signature de l'image de films de nombreux cinéastes parmi lesquels Jacques Doillon (Ponette), Philippe Garrel (Le vent de la nuit), Nobuhiro Suwa (H Story), Leos Carax (Holy Motors), Anne Fontaine (Les Innocentes) ou encore Xavier Beauvois avec lequel elle obtiendra le César de la Meilleure Photographie pour Des Hommes et des Dieux. Elle préside l'AFC entre 2009 et 2012. Caroline Champetier a réalisé deux films : Berthe Morisot et Nuytten/Film. Yves Angelo Sorti de Louis Lumière en 1975, il est cadreur pour Jeanne Moreau et Bertrand Tavernier puis enchaîne très vite comme Directeur de la Photographie. Dès son deuxième long métrage en tant que Directeur de la Photographie, il remporte son premier César de la meilleure Photographie pour Nocturne Indien d'Alain Corneau en 1989. S'en suivront deux autres pour Tous les matins du monde d'Alain Corneau (1991) et Germinal de Claude Berri (1993). Il signera par la suite la photographie des films de Claude Miller (L'accompagnatrice), Chris Marker (Level Five), Gilles Legrand (Malabar Princess), François Dupeyron (Aide-toi, le ciel t'aidera) en continuant de travailler sur la lumière des films d'Alain Corneau. En parallèle, il a réalisé 8 longs métrages. ...................................................................................................... ENS Louis Lumière – Salle de projection Cité du Cinéma 20 rue Ampère 93200 Saint-Denis Métro ligne 13 station Carrefour Pleyel
  7. " This is a rough week for cinema. Over the weekend, two outstanding, profound filmmakers passed away - American filmmaker Michael Cimino, and Iranian filmmaker Abbas Kiarostami. [...]" http://www.firstshowing.net/2016/we-lost-two-great-filmmakers-michael-cimino-abbas-kiarostami/
  8. Bonjour, Je suis français et habite depuis 4 ans à Montréal. Je travaille en pub, clip et long comme assistant caméra. Je prends ici le temps d'expliquer les spécificitées de l’industrie au Québec. Pour replacer un peu voici mon parcours: j'ai d'abord fais de nombreux courts comme éléctro (FEMIS entre autre) et fais un stage chez Eclair. J'ai ensuite bossé deux ans chez Transpalux puis deux autres chez Transpacam. En parallèle j'ai fais un BTS image à Boulogne. Je suis parti un an après la fin de mes études car je voyais bien que c'étais la galère infernale. J'ai jamais eu l'occasion d'intégrer d'équipe caméra car il fallait des conventions de stages et que les places étaient très chères. Arrivé à Montréal j’ai bossé trois mois dans une maison de location (Video MTL) puis ai commencé sur les plateaux non union comme 2nd. J’ai très vite passé 1er toujours non union sur du clip, des long indé et pub non union. Je viens d’intégrer les UNIONS et fait mes classes comme camera trainee. Ya plusieurs manières d'aborder le Canada. Soit comme touriste, soit comme travailleur temporaire (PVT ou Jeune Pro), soit comme travailleur permanent (Résidence Permanente). - Comme touriste : tu ne peux pas travailler même à titre bénévole. - Comme travailleur temporaire : Programme Vacances Travail ou Jeune Pro. Un PVT c'est deux ans, ça te donne un permis ouvert (indispensable pour bosser en cinéma car tu changes d'employeur tout le temps). Jeune Pro t'es coller à ton employeur et quand tu le quittes tu dois quitter le territoire aussi. Avec un PVT tu peux bosser partout, pas de restriction au premier abord. Le truc c'est que dans le cinéma ici ya deux types de productions. Les UNION et les NON-UNION (syndiqué et non syndiqué). Les non-unions sont souvent moins bien payées, avec des conditions moins cools. Les unions plus chouettes donc. Pour intégrer les Unions faut les rencontrer et passer par un système de sélection qui t'élimine direct si t'es pas Résident Permanent ou Citoyen (pour le département caméra au moins je sais pas pour le reste). En fait les UNIONS font rentrer un certains nombres de nouveaux en fonction des départs à la retraite et des projections d’activités pour l'années suivante. Il ne se permette donc pas de recruter des 'temporaires' qui risque de partir au bout de quelques mois. Donc quand t’es PVT t’as plus de chances de bosser sur des trucs NON-UNION. - Comme résident permanent : t'as un permis ouvert et les même droits qu'un citoyen à l’exception du vote. Là t’intègre les UNIONS et fini les tournages avec conditions hard core. Les UNIONS : l'industrie du cinéma en Amérique du nord est dépendante de très très gros syndicats. Un film, une pub, une série ne se fait pas sans les syndicats (syndicats des producteurs, des acteurs, des techniciens). Tous ces syndicats signent des ententes collectives, renégociées chaque année, se qui permet une meilleure entente générale et des conditions plus chouettes pour tout le monde. Le plus important c'est IATSE qui regroupe plus de 100 000 techniciens en cinéma, théâtre en Amérique du Nord. Chaque État/Province possède un local IATSE avec sa spécialité professionnelle. Par exemple IATSE département caméra Canada Côte Ouest c'est IATSE 667, la même chose mais dans l'Est Canada c'est local 669. Au Québec IATSE ne représente que les productions américaines ayant un accords avec le syndicat des grosses productions américaines (Universal, Sony, Warner, Walt Disney et FOX...) soit les productions de plus de 30 millions de $. Tous les ans Montréal accueille des gros films comme les X-Men ou des séries Ricaines sous syndicats IATSE. L'autre syndicat pour les techniciens est l'AQTIS, majoritaire dans le nombre de production au Québec. Toutes les pub, séries télé queb, films québecois ou étranger de moins de 30$M et la télé locale c'est sous convention AQTIS. Pour accéder comme techniciens à un tournage IATSE ou AQTIS il faut être membre du syndicat (des exceptions si personne de disponible). Membre veut dire avoir payé ses cotisations, avoir suivis les formations requises et avoir été choisi par le syndicat. Les syndicats défendent tes intérêtous. À chaque dépassement horaire ou infraction de l’entente collective des compensations financières sont exigées sous peine d’amende. En gros toutes les heures sup sont payées et majorées (50 ou 100%) et des conditions sont exigées (collation à toute les x heures, nombre d’heure de repos obligatoires entre chaque journée, des équipes complètes…) En terme d’horaire c’est minimum 10 heures par jours sous forme de 5/5 avec une heure de pause ou 12h sous forme de 6/6. Ya aussi des 5/6 ou 6/5. Au delà on est en over time donc majoré. Chez IATSE les prod se foutent de payer un peu plus donc ça arrive souvent que les tournages durent 17h par jours. AQTIS c’est à partir 27$ de l’heure pour un premier, IATSE c’est à partir de 37$. En NON-UNION compter entre 300 et 500$ par jour comme premier. Quand t’es non-union t’es à facture. On te paie la totalité de ce que tu as négocié mais aucune couverture ou cotisation ou chômage ou retraite. Faut faire tes calculs de ton bord et démarcher sa propre assurance/retraire. Quand t’es UNION tu as des retenus (environ 20%) mais une couverture, des avantages sociaux, une retraite. La couverture maladie est assez bien chez AQTIS comme IATSE. Pour rentrer comme AC dans les UNIONS deux façons : - Équivalence de crédits sur présentation de feuille de paie, de lettre de recommandation et d’un entretient. - Commencer en bas comme caméra trainee, faire tes heures et monter 2nd puis premier. Il faut effectuer un certain nombre de jours comme caméra trainee avant de devenir 2nd (120 jours). Le poste de caméra trainee est TOUJOURS payé et pas besoin de convention de stage ici:) Une équipe c’est : - 1er + 2nd + data + DIT = petite prod - 1er + 2nd + Camera Trainee + data + DIT = prod moyenne - 1er + 2nd + 2nd2ndloader + Camera Trainee + data + DIT =prod américaine (2nd2nd même en numérique) Les postes de data et DIT sont parfois couplés sur les petites prod. Les assistants achètent leur stock ici. Remote, moniteur, HF, roulantes et louent aux prods. Les loueurs par ordre d’importance : Michel Trudel Location (dépositaire Panavision) qui possède les gros studios et acueuillent les films américains. Video MTL Departement camera avec une branche de Clairmont Camera (loueur historique en Amérique du Nord) Cineground Post-Modern (qui fait aussi de la post) Cinefilm SLA Coop Lozeau (photo et video maintenant) Video Service Loucam Ya pas trop de guerre des loueurs contrairement à Toronto ou Paris Il existe des groupe FB pour trouver de la job. https://www.facebook.com/groups/cinema911/ --> Montreal https://www.facebook.com/groups/teatricus/ --> Montreal https://www.facebook.com/groups/dopmontreal/ --> Montreal https://www.facebook.com/groups/10196473942/?ref=hovercard --> Montreal https://www.facebook.com/groups/160010890859496/ --> Montreal https://www.facebook.com/groups/1395339097375775/ --> Montreal https://www.facebook.com/groups/795546880485392/ --> Canada Au Canada la première région en terme d’activité c’est la Colombie Britannique (très loin devant), puis l’Ontario puis le Québec. La Colombie Britannique accueille énormément de film américain car beaucoup de crédits d’impôt, proche de LA et sans décalage horaire, avec un beau climat et un dollar CA très faible. Ontario et Québec beaucoup de crédits d’impôt aussi. On commence à accueillir des films français régulièrement ainsi que des gros trucs américains. En Ontario et en BC il y a IATSE + d’autres syndicats locaux que je ne connais pas. En espérant aider quelques’uns/unes. Voilà voilà bonne journée/soirée
  9. Bonjour à tout le monde, En ce début d'année 2016, j'ai une opportunité pour racheter une Black Magic Cinéma Production Camera en monture EF quasi neuve à un prix intéressant. Je voudrais cependant avoir des avis, différents de ceux de blackmagic himself sur cette caméra. Est-elle aussi polyvalente qu'on le dit ? (tournage clip, documentaire, fictions courtes voire long métrage) Pour des tournages seuls avec un ou deux objectifs CANON (je vais la tester prochainement avec un 18-55mm) Bref, je cherche des retours d'expérience de ce modèle en particulier avant de m'équiper. De plus, je dispose d'un Mac book pro 17 pouces avec Mac OS X 10.6.8, avec 4GO de ram et une carte graphique Geforce 8600M GT Disque internet de 250 go et disque externe en RAID (branché en firewire 800) d'1TO. Pourrais-je monter/etalonner du 4K sous Da Vinci Résolve avec ce genre de configuration ou est-ce trop juste selon vous? Si c'est trop juste, vers quelle configuration dois-je me tourner ? (PC ou MAC) Merci d'avance de vos retours et désolé pour toutes ces questions en même temps. Michael
  10. Ces grilles de salaires ont été mises à jour au 18 décembre 2015 des annexes de la Convention Collective Nationale de la Production Cinématographique du 19 janvier 2012 (incluant Titres I, II, III et l’Avenant de Révision du 8 octobre 2013). L’accord du 24 juillet 2015 portant sur les négociations relatives aux salaires dans la production cinématographique revalorise de 1,2% les salaires des techniciens (titre II, annexes I, II et III) – Bulletin Officiel des Conventions Collectives du 7 novembre 2015. Grilles-Salaires-Minima-Cinéma-Janvier-2016.pdf
  11. Bonjour J'aimerais savoir si il y a un retour d’expérience d'un utilisateur du tokina cinéma ATX 50-135mm. En effet je trouve des info sur le 11-16mm de la même série, qui a l'air tout a fait correct, mais rien, pas d'info sur celui ci. Vous comprendrez bien que c'est son prix "raisonnable" qui me séduit avant tout, je ne trouve pas sa plage de focale très pratique (quoi que), ni sa couverture limité au s35 mais j'en ai avant tout ras le pompon de tourner avec ce ******* canon 70-200 qui fait croire qu'il ouvre a 2,8... ;-) et qui a des bagues toute molles et qui n'est pas parafocal...un objectif photo quoi!!! Je préférerais investir dans un zoom zeiss ou angénieux mais je n'ai pas les moyens de mes ambitions! C'est donc une alternative a ces fameux zoom canon que je cherche. Même si d’emblée ce n'est pas la même catégorie d'optique, le tokina cinema autour de 4000euros, le canon photo autour de 1500 euro. bref si vous connaissez le cailloux, si vous savez ou je peux le louer, l'essayer... un grand merci http://www.tokinacinema.com/50-135mmT3.html
  12. Qui a inventé le cinéma ? En acceptant une certaine simplification, on peut dire qu’il y a deux réponses à cette question : l’une française, l’autre américaine. Hélas, les deux réponses sont inexactes, ni Louis Lumière, ni Thomas Edison ne peuvent prétendre à cette paternité. En France, on fête l’anniversaire de la naissance du cinéma le 28 décembre 1895 en souvenir de la célèbre séance donnée par les Frères Lumière au Grand Café, boulevard des Capucines, à Paris. Comme le kinétoscope commença à être exploité plus d’un an avant, en avril 1894, les américains considèrent que le vrai inventeur est Edison… Cela ne peut pas être admis, disent les français, parce que le cinéma implique la projection, ce que l’appareil d’Edison ne permettait pas. Même si on accepte cet argument, les français se trompent aussi, car la séance du Grand Café n’était pas la première. Elle avait été précédée par deux autres, au moins : - La projection d’images animées effectuée par Jean Le Roy, le 22 février 1895, à Clayton (New Jersey). - La projection de Max von Skladanovsky, avec son « Bioscop », le 1er novembre 1895, à Berlin. Et si le cinéma était encore plus ancien ?...On en est pratiquement certain désormais, car les premiers films connus ont été tournés et projetés par le français Louis Aimé Augustin Le Prince, en 1888. Né à Metz en 1842, Le Prince s’intéresse très tôt à la photographie animée et en particulier aux travaux réalisés par Muybridge sur les instantanés d’un cheval au galop. En 1881, il se rend aux Etats-Unis pour affaires, mais poursuit ses recherches pour capter le mouvement. Dès 1886, il fait breveter à Washington une caméra capable d’enregistrer les mouvements grâce à 16 objectifs. Puis il se rend en Angleterre en 1887 et se lance dans la construction d’une nouvelle caméra à un seul objectif. Le 11 janvier 1888, une demande de brevets est enregistrée à Londres. Des fragments de ses premiers films sont conservés au Musée des Sciences. L’un d’entre eux présente l’intérêt de confirmer la date limite avant laquelle il a du être réalisé, car on peut y voir la belle-mère de Le Prince qui est décédée le 28 octobre 1888. Ce film a donc été tourné avant octobre 1888… C’est peut-être Le Prince le vrai père du cinéma. En 1889 la femme et les enfants de Le Prince partent pour les Etats-Unis, tandis qu’il retarde son départ pour perfectionner sa caméra, afin d’emporter un appareil parfaitement au point. Avant de quitter l’Europe, il décide de passer voir la famille et les amis qu’il laissait en France… Monsieur et Madame Wilson, ses voisins, l’accompagnèrent, puis le quittèrent le vendredi 13 septembre à Bourges. Ils partaient pour Paris, Le Prince pour Dijon, où vivait son frère, avant de rejoindre les Wilson avec qui il avait rendez-vous le lundi 16 à la gare du Nord, à Paris. Au jour dit, les Wilson l’attendirent en vain. Pas de Le Prince… Restés sans nouvelles ils alertèrent la police. Le frère confirma que Le Prince était bien monté dans le train en partance pour Paris le 16 septembre. Une enquête minutieuse, avec recherches dans le train et le long de la voie ferrée n’apporta aucun résultat. Augustin Le Prince, le père du Cinéma, avait disparu comme s’il n’avait jamais existé. On n’a jamais su ni comment, ni pourquoi… plus d’un siècle plus tard, le mystère demeure. La disparition inexpliquée de Louis Aimé Augustin Le Prince a donné naissance à toutes sortes d’hypothèses, plus ou moins farfelues. Pourtant, aussi bien Scotland Yard que la Police française, ne se privèrent pas de multiplier les enquêtes et de vérifier toutes les pistes… Celle d’un accident, l’une des premières à être envisagée, semble à exclure. Même si Le Prince était tombé par la portière et si son corps avait roulé dans quelque endroit inaccessible, ses bagages ne seraient pas partis avec lui. Une agression ? Le Prince, qui mesurait un mètre quatre-vingt-dix, était de taille à se défendre, de plus personne n’a rien remarqué dans le train qui le transportait. Un enlèvement ? Hypothèse peu crédible. Quels en auraient été les motifs ? Le Prince ne gênait aucun concurrent. Dans son ouvrage « Les origines du cinématographe » de 1928, Georges Potonniée avance une autre hypothèse sur la disparition de l’inventeur. Il cite les propos du petit-fils du frère de Le Prince, qui a été le dernier à le voir vivant : « Louis Aimé Augustin Le Prince s’est suicidé, affirme-t-il, car il était au seuil de la faillite. Mon grand-père, ajoute-t-il, était convaincu que son frère s’était supprimé, qu’il avait préparé sa disparition de telle sorte que son corps ne soit jamais retrouvé ». Jacques Deslandes a repris cette hypothèse dans son « histoire comparée du cinéma », parue en 1966. Cependant cette hypothèse ne tient pas la route, à tel point que Potonniée lui-même a été amené à écrire, en 1931, dans le Bulletin de l’Association des ingénieurs et techniciens du cinéma : « Depuis quarante ans, malgré les enquêtes entreprises, le mystère est demeuré impénétrable. Un silence absolu et définitif s’est fait sur Le Prince. L’hypothèse du suicide ne peut pas être prise en compte, parce qu’il aimait tendrement sa femme et ses enfants, et contrairement à ce qu’affirma son frère, ses affaires étaient prospères. De plus, ses inventions, qui lui tenaient à cœur, réclamaient sa présence en Angleterre. Il n’avait donc aucune raison de disparaître ». Curieusement, Jacques Deslandes continuait à affirmer, en 1966, que sa disparition était volontaire et qu’elle était causée par des raisons d’ordre financier et des convenances familiales. Raisons d’ordre financier ? Il a été prouvé qu’elles étaient fausses. Convenances familiales ? Que veut-il dire par là ? Pierre Gras, Conservateur en chef de la Bibliothèque publique de Dijon, montra en 1977 à Léo Sauvage une note prise lors de la venue d’un historien connu (il ne donne pas son nom) qui avait déclaré : « Le Prince est mort à Chicago en 1898, disparition exigée par sa famille pour cause d’homosexualité ». Il est bien évident qu’il n’y a pas l’ombre d’une preuve à l’appui d’une telle assertion. Que conclure, sinon que peut-être les spécialistes de l’histoire du cinéma n’ont pas poussé leurs investigations assez loin. En 1967, Jean Mitry, dans son « Histoire du cinéma », a été le premier à avancer une hypothèse plausible. Il s’est demandé si Le Prince avait bien pris le train à Dijon, le 16 septembre, pour se rendre à Paris. S’il avait vraiment eu l’intention de disparaître, quelle qu’en fut la raison, il aurait procédé autrement… à Bourges, il aurait quitté ses amis en feignant de partir pour Dijon, puis il se serait perdu dans la nature. Il aurait pu aussi aller à Bordeaux ou à Marseille, s’y embarquer sur un paquebot et ne plus jamais donner signe de vie. Or, Le Prince est bien allé à Dijon, a rendu visite à son frère, qui a confirmé l’avoir vu. Mais curieusement, on n’a trouvé personne qui l’ait aperçu dans le train, ou à la gare. Le petit-fils du frère d’Augustin Le Prince affirme que ce dernier était convaincu que son frère voulait se supprimer et même qu’il avait préparé son suicide. S’il en était ainsi, pourquoi n’a-t-il rien fait pour l’empêcher de réaliser son funeste projet ? Pourquoi n’a-t-il pas avertit la police à temps ? Le témoignage qu’il a apporté plus tard n’avait-il pas pour but d’égarer les recherches en faisant en sorte qu’elles commencent à la gare et non pas dans la maison où Le Prince avait séjourné ? Jean Mitry formule donc son hypothèse ainsi : En dépit des apparences, Le Prince n’a jamais pris le train à Dijon pour Paris : il a été enlevé ou supprimé pour de sordides questions d’intérêt. Un autre historien du cinéma, Léo Sauvage, reprend un peu plus tard cette hypothèse encore plus clairement : ce ne sont pas les apparences qui sont trompeuses, mais les informations et les informateurs, ce qui nous permet d’imaginer dans quel cadre sinistre le drame a pu se dérouler. D'après la revue polonaise Kino (novembre-décembre 1989) Roger CANTO
  13. Bonsoir à tous, Je m'étais promis une fois que j'aurais réussi le concours de partager un peu les galères et ses astuces pour les résoudre du concours que j'ai tenté 3 fois. D'autant qu'à mon époque il y avait de superbes discussion sur forum qui donnaient plein d'indications qui aujourd'hui n'existent plus d'où la nécessité. Tout d'abord Louis Lumière c'est une école de cinéma à Bac +2 qui délivre un Master. Elle comporte 3 spécialités : Cinéma, Son et Photographie. C'est une formation qui se fait en 3 ans, qui est donc publique et du coup qui coûte 300€ ce qui est dérisoire comparé aux cours qu'on y reçoit. Cette école forme à l'origine des Chef Opérateurs qui commenceront en tant que 3e Assistant Caméra, puis 2e Assitant Caméra, et 1er Assistant Opérateur appelé aussi "pointeur". Cependant les cours étant diversifiés certains se tournent aussi bien vers les métiers d'électro, réalisateur, étalonneur ou monteur voire même continue leurs études en Doctorat. Cependant ce doux rêve à un prix qui s'exprime en un chiffre : 16. Effectivement 16 places par promotion et 350 candidats, ce qui donne 4% de réussite au concours. Ce n'est pas beaucoup et je suis là pour en témoigner, et c'est pourquoi je veux vous donner des clefs qui vous permettront de pouvoir le réussir sans avoir forcément fait une prépa pour ça. Je me présente un peu, je suis en 1ère année Cinéma à Louis Lumière, après avoir tenté 3 fois le concours. J'ai un Master 1 Réalisation obtenu à Paris 8, et j'ai un Bac Scientifique option SVT. Passons maintenant au concours, il y a 3 épreuves qui sont QCM pour 350 élèves, puis épreuves écrites pour 80 élèves, enfin les oraux pour 30 étudiants, puis l'admission pour 16. Le QCM prévoir un stylo feutre Papermate Noire pour cocher la bande optique sans perdre de temps Il se partage en deux parties la première étant composé de l'Anglais et de la Culture Artistique générale (elle est la même pour toutes les sections) : - L'anglais est une épreuve où vous aurez tout type d'exercices de grammaire et de compréhension écrite. - Culture Artistique générale : Peinture, Photographie, Musique, Cinéma, Philosophie, Danse, Cirque, ... Pour ses épreuves je vous conseille de lire l'American Cinematographer et des revues pour la compréhension anglaise, et de refaire des exercices de grammaire pour vous remettre les différentes règles en tête. Pour l'artistique générale lire des livres sur l'art sachant que les questions portent plus sur des œuvres supérieures à 1800, vous remettre en tête la philo puis vous documenter au maximum bien qu'il soit difficile d'avoir une culture aussi large que celle demandée. La suite du QCM n'est destiné qu'à la section cinéma mais se présente avec les mêmes sous-parties pour les autres où il y a Connaissances Scientiques, Culture Technique, Culture portant sur la section choisie (Son, Ciné ou Photo) - Scientifique : Programme de terminale S, pas de questions aussi compliqué qu'au bac mais savoir appliquer le cours. Connaitre impérativement la formule P = U x I avec P la Puissance en Watt, U la résistance en Ohm, I l'intensité en Ampère, car des questions porteront sur l'application de cette formule. - Technique : Connaître l'histoire du cinéma au niveau technique aussi bien numérique qu'argentique, être sensibilisé à l'image notamment avec les miroirs et les ombres portées. - Artistique : Beaucoup de questions sont en lien avec des expositions passées ou en cours, donc vous êtes sûre d'avoir des questions sur Truffaut, Antonioni, Jeff Koon, ... Et puis connaître le cinéma asiatique, africain, d'amérique du sud, ... ou du moins connaître quelques repères. (Je vous mettrais ma bibliographie en fin de post) Les écrits Bravo vous avez réussi la première étape mais pas question de se reposer, il faut tout de suite travailler les épreuves suivantes... Scénarimage (nom français désignant Story-Board + Plan au sol) : Vous êtes nuls en dessin, vous inquiétez pas moi aussi. Des feuilles de personnages transparent à coller et des images de décor vous sont donnés. Par contre je vous encourage vivement à lire le livre sur le story-board dont je fais mention dans ma bibliographie qui va vous donner une méthode professionnelle et vous donner des bases de dessin fortement appréciables. De plus entraînez vous à faire des dessins avec cadrage cinématographique et des plans au sol pou les accompagner. Vous aurez un temps très court pour penser une histoire avec les 2 pitchs qui vous sont donnés, dessiner et coller votre story-board, réaliser le Story-Board, indiquer les éléments sonores à côté de vos plans, écrire la note d'intention. Ne perdez donc pas de temps, ça va passer très très vite cette épreuve, et pensez une histoire qui se démarque et qui va vous différencier de celles des autres, n'oubliez pas que c'est un concours et que vous avez 6 vignettes pour montrer votre originalité. Entraînez-vous à écrire une Note d'intention si vous ne l'avez jamais fait auparavant. Analyse Technique : Une épreuve qui demande des connaissances sur les effets visuels utilisés comme les ratio d'images, les accélérés, les faux-raccords, les types de montage, ... On peut penser que cette épreuve est facile mais il ne faut pas rester à donner ce que vous pensez être la bonne réponse mais l'accompagner de détails, d'autres éléments qui vous paraissent essentiels à dire sur le même sujet. On vous passera des extraits de films en VF pour que vous vous concentriez que sur les images, qu'on vous diffusera 2 fois à la suite avec une pause d'une minutes entre les 2. Vous aurez ensuite 10 minutes pour répondre aux deux questions posées. Au bout de ces 10 minutes la séquence suivante commence. A la fin vous aurez entre 10 et 20 minutes pour relire et ajouter ce que vous n'avez pas eu le temps de marquer. Je vous propose la méthode suivante pour réussir cette épreuve. Lire les 2 questions avant que la séquence démarre, lister tous éléments que vous voyez ou entendez qui vous permettent de répondre aux questions, ajouter ou retirer des éléments à la liste durant le 2e visionnage. Vous avez ensuite 10 minutes pour répondre aux questions donc il faudra aller très très vite. Analyse Artistique : Ai-je besoin de décrire cette épreuve qui n'est ni plus ni moins qu'une analyse filmique standard. Ma méthode pour ce genre d'épreuve est de noter tout ce qui me semble intéressant pour être un élément signifiant : sens et direction du mouvement des acteurs et de la caméra, cadrage, lumière, couleur, angulation, composition, échelle, raccord, mise au point, type de séquence, éléments techniques, rapport image et son, ... Après les regrouper en 3 parties, sachant que 2 parties se détacheront et qu'il faudra lutter pour en trouver une troisième qui risque d'être pourtant la plus intéressante car c'est cette dernière qui vous démarquera. Puis réfléchir à une problématique qui englobe ces 3 parties. Passer à la rédaction. Pareil pas beaucoup de temps sur cette épreuve du coup ne pas hésiter à mettre le turbo au moment de la rédaction. Oraux Bravo, plus qu'une épreuve mais pas question de se débiner car vous n'êtes plus que 30 mais seulement la moitié sera pris du coup c'est encore loin d'être gagné et il va falloir tout donner. Oral Technique 30' : Vous recevez une thématique suivie de 3 titres d’œuvres cinématographiques se raccordant à ce thème. Vous devez imaginer le remake d'une de ces œuvres et l'imager de 8 plans correspondant à 4 scènes de ce remake, au moyen d'un appareil qui vous sera délivrer la veille du concours à 10h et qu'il faudra rendre à 16h. Vous devrez ensuite expliquer vos choix auprès du jury qui sera face à vous, composé principalement de chefs opérateurs. Préparez cette épreuve bien en amont car il vous faudra peut-être des autorisations pour photographier dans ces lieux et pour quiconque a fait des photographies de repérages, il est très difficile de trouver le lieu opportun. Vous aurez un appareil photo numérique bas de gamme pour faire les photos qui fera donc primer votre cadre et votre sélection des lieux avant votre connaissance de la technique photographique. Oral Artistique 20' + 10' de préparation : Vous devez piocher au hasard un tableau et imaginer une histoire soit d'une séquence, soit d'un film en utilisant les éléments du tableau et la scène représentée. N'hésitez pas à marquer votre originalité, et à rebondir sur les questions du jury pour expliquer vos propos et même étayer votre histoire. Oral de Culture Artistique 20' + 10' de préparation: Vous piochez deux papiers contenant des citations ou des questions et devrez argumenter vos choix, donner vos accords/désaccords et vos réserves, d'autant que le jury ne cessera de vous pousser dans vos retranchements. La seconde partie de l'entretien sera plus sur votre personnalité en référence à votre lettre de motivation et votre CV donnés au moment de l'inscription. Préparez une bibliographie car il faudra leur donner. Ci-joint ma bibliographie : I – Culture Artistique CANAL Denis-Armand, LADAME-BUSCHINI Marie, LEDORE Guy, Tout sur la photo : Panorama des chefs-d’œuvre et des techniques, édition Flammarion, 576 pages, 2012 COCHAIN Bernard-Yves et WEBER Patrick, Histoire de l'art, collection « Grands Librio Mémo », édition J’ai lu, 329 pages, 2009 FARTHING Stephen, Tout sur l'art : Panorama des mouvements et des chefs-d'œuvre, édition Flammarion, 576 pages, 2010 PINCHON Pierre, La lumière dans les arts européens 1800-1900, édition Hazan, 168 pages, 2011 II – Culture Cinématographique GOLIOT-LETE Anne, Précis d'analyse filmique : 2e édition, collection 128, édition Armand Colin, 128 pages, 2009 JOURNOT Marie-Thérèse, Le vocabulaire du cinéma : 2e édition, collection 128, édition Armand Colin, 128 pages, 2009 KEMP Philip, Tout sur le cinéma : Panorama des chefs-d’œuvre et des techniques, édition Flammarion, 576 pages, 2011 PREDAL René, Histoire du cinéma, édition CinémAction, 200 pages, 1991 REVAULT D'ALLONNES Fabrice, La Lumière au cinéma, édition Cahiers du cinéma, 205 pages, 2001 III – Culture Technique BELLAÏCHE Philippe, Les secrets de l'image vidéo, édition Eyrolles, 518 pages, 2008 BUSCH David, La Photographie au reflex numérique pour les Nuls, édition Pour les Nuls, 351 pages, 2014 GAUDRY Daniel, La lumière : Expériences, pratique et savoir-faire, édition De Boeck, 625 pages, 2008 PINEL Vincent, Techniques du cinéma, collection « Que sais-je ? », édition PUF, 128 pages, 2008 de RANCOURT Louis, SAINT-VINCENT Raphaël et Olivier, Réaliser un storyboard pour le cinéma, édition Eyrolles, 240 pages, 2012 YOT Richard, Lumière : Cours pratique à l'usage des professionnels de l'image, édition Eyrolles, 2011 IV – Culture Scientifique COLLECTIF, Objectif Bac Terminale S, édition Hachette Education, 496 pages, 2004
  14. Bonjour à tous ! Dans deux mois c'est le top départ de la Fête de l'Anim' 2014 ! Du 20 au 23 Mars, sur Lille et Tourcoing, venez assister à des projections, expositions, rencontres, performances live... Le meilleur du cinéma d'animation et des arts numériques européens, représenté par des invités prestigieux et des étudiants internationaux. Au programme, Kristof Serrand (directeur de l'animation chez Dreamworks) nous fait l'honneur de parrainer cette édition 2014 ! Une belle occasion de redécouvrir sur grand écran quelques classiques du célèbre studio américain, et d'entrevoir les coulisses de la création lors de deux masterclasses exceptionnelles de Kristof Serrand. Egalement, un best-of des longs métrages d'animation de l'année ainsi que plusieurs avant-premières et inédits ! Pour les professionnels et les étudiants en animation (les inscriptions sont ouvertes) : Marathon de l'Anim' : en 72h, 20 équipes devront produire chacune 10 secondes d'animation à partir d'une image imposée Grafik Battles : sessions d'affrontements en live entre graphistes (2D et 3D). Sur scène, ils s'affronteront armés chacun d'une tablette graphique, avec leur production diffusée en direct sur grand écran Mais aussi : projections Best-of Ecoles, C'est animé près de chez vous, le village des enfants, mapping immersif, soirées électro-animées... Venez nombreux à Lille et Tourcoing du 20 au 23 Mars 2014 ! Plus d'informations sur : http://www.fete-anim.com/
  15. Salut à tous je reviens d'un séjour a New York avec les équipes de chez RED pour étudier la faisabilité d'organiser une cession de REDucation sur 2 jours à Paris en Septembre prochain. Ca se passerait le week end des 21 et 22 septembre à Paris. L'idée serait de faire quelque chose en français pour permettre aux non anglophones de pouvoir en profiter. Cette formation serait payante mais je pense pouvoir permettre de la faire valider pour que les intermittents puisse avoir une participation de l'AFDAS. Le principe est de s'installer dans un studio de disposer de caméras RED (Epic et Scarlet) et d'apprendre la caméra mais aussi les workflows qui en découlent avec l'intervention de professionnels reconnus dans les différents métiers. Voilà, l'idée de ce post est d'avoir un peu vos réactions et savoir ceux qui seraient intéressés ? pour ceux qui parlent anglais voici le lien sur leur site qui explique un peu le programme etc. http://www.red.com/education
  16. Bonjour à tous et à toutes ! l'hybride propose une soirée inédite, une expérience interactive, qui vous invite à devenir spect-acteur ! Ce samedi 18 mai à 20h30, venez nombreux et découvrez un lieu culturel riche en projet, un endroit convivial, ouvert à tous. Digital Stories : THE END, ETC. Laetitia Masson / France / 2012 Avec élodie Bouchez, Aurore Clément, André Wilms, Jérôme Kircher… Une coproduction France Télévisions - Memo Prod Laetitia Masson a choisi de questionner nos sociétés à travers le prisme de l'engagement et du désengagement. Dans une expérience de cinéma inédite, elle propose à chacun de s'approprier sa matière première. Un dispositif simple pour assembler des films personnalisés. Autant de propositions que de spectateurs… The End, etc. Tentez cette expérience interactive de manière... collective ! Le temps d'une soirée, devenez « spect-acteur » et choisissez vous-même « votre » version du film grâce au pointeur laser qui vous sera remis. Digital Stories est une technologie développée par les Rencontres Audiovisuelles. Soirées proposées, en partenariat avec Memo Prod, à L'hybride et au Centre Pompidou (lundi 13 mai). + d'infos sur www.digital-stories.fr l'hybride 18 rue Gosselet 59000 LILLE http://lhybride.org mail : contact@lhybride.org
  17. Bonjour à tous ! L'hybride vous annonce une soirée CINE court métrage pour fêter la Saint Valentin le jeudi 14 février 2013 ! Au programme : " LOVE IS IN THE AIR : HOT & SOFT " Il manque, fait rêver, étourdit ou surprend. Rend gaga, aveugle maladroit, parfois méfiant. À deux ou à plusieurs. Avec rage ou délectation. Avec retenue ou non... l'amour nous mange à toutes les sauces ! Et cette année encore, l'hybride vous a concocté deux programmes de courts métrages succulents, alliant rires, larmes et plaisirs... Amants en tous genres, venez vous coller avec nous aux canapés... et plus si affinités ! Avec entre autres : Chambre 69 (Claude Barras), Tram (Michaela Pavlatova), Ru (Florentine Grelier), I'm your man (Karen ben Rafael), Pixel Joy (Florentine Grelier) Durée du programme : 2h env. Entracte à mi-parcours 2ème partie du programme déconseillée aux moins de 16ans. Venez nombreux ! L'hybride, 18 rue Gosselet, 59000 Lille http://lhybride.org Tel : + 33 (0)3 20 88 24 66 Mail : contact(at)lhybride.org