Aller au contenu

supprimer la publicité
Roger Canto

Jean-Pierre Beauviala, créateur des caméras Aäton

Messages recommandés

Roger Canto

 

  

 

 

Jean-Pierre Beauviala, créateur des caméras Aäton







 

 

1.thumb.jpg.4287857784964967d4313b838b3d 


Jean-Pierre Beauviala en 1967


En 1967, Jean-Pierre Beauviala, jeune et brillant ingénieur, maître-assistant en électronique à l'université de Grenoble et passionné de cinéma, conçoit le projet de tourner un film : raconter la place des hommes dans la ville… Ayant constaté que le matériel correspondant à son projet tel qu'il l'imagine n'existe pas, il entreprend de le fabriquer. Il construit donc un prototype, dont la principale nouveauté consiste à donner aux prises de vues et de son une référence unique : l'heure à laquelle ces images et ces sons ont été captés s'inscrit en clair sur la pellicule et sur la bande magnétique. Ce procédé permet de retrouver ensuite la simultanéité d'événements que la technique de tournage oblige à disjoindre. Il ne révolutionne pas seulement les conditions pratiques de réalisation et de montage, il dépasse l'une des frontières auxquelles se heurtait le cinéma moderne.

2.thumb.jpg.2db1541f0b49a4c713aa2553865c

Le marquage du son sur un négatif super-16

 



3.thumb.jpg.11c2bf08a5eedff47dd855f2a9fa

Le marquage en clair (à gauche, un schéma de Beauviala)


Les responsables du premier fabricant de caméra, Eclair n'ont pas plus tôt vu des photos de ce qu'a fabriqué Beauviala, en bricolant une Arriflex, qu'ils l'engagent comme ingénieur-conseil… Ils ne se soucient pas des enjeux politiques et esthétiques qui ont donné naissance au prototype, mais de la virtuosité de sa réalisation.
Chez Eclair, qui fabrique les caméras conçues par André Coutant, Beauviala mettra notamment au point la première caméra 16 mm légère, avec prise de son intégrée. Plus tard, alors qu'Eclair est racheté par un producteur anglo-saxon (Harry Saltzman, enrichi par les James Bond) en même temps que Debrie, Beauviala s'installe à son compte, toujours à Grenoble.

 



4.thumb.jpg.f0617ac000f2f166519416414cb7

Aäton, à Grenoble


Il n'a pas d'argent, mais il a des idées, et des amis. Il a surtout l'idée de travailler en fonction des besoins de ses amis cinéastes. Le plus connu parmi les Français étant Jean Rouch, susceptible à la fois de préciser les demandes d'un documentariste chevronné et de faire connaître à l'extérieur les découvertes de la toute jeune société Aäton.
Parmi ces amis précieux, il y aura aussi la fine fleur du documentaire militant américain (Pennebaker, Leacock, les frères Maysles, Barbara Copple), et encore Louis Malle, Jean-Luc Godard, Félix Guattari... Mais aussi des techniciens et des ingénieurs, pour la plupart rencontrés chez Eclair, et qui, tentés par l'ambition et l'esprit de cette aventure, rejoignent Beauviala à Grenoble.
Malgré son ignorance des règles élémentaires de la gestion, la créativité de cette équipe et le prestige de ceux qui l'appuient convainquent les financiers d'investir dans cet atelier, bien qu'on y remette en cause les plus fondamentales notions de hiérarchie et de discipline d'entreprise. Deux projets concurrents vont à la fois stimuler et disperser les forces du groupe :

- D'une part une "caméra de brousse", aussi simple et robuste que possible et capable d'utiliser du matériel et de la pellicule de récupération.

- D’autre part, la mise au point une caméra 16 millimètres, dite du chat sur l'épaule… Une caméra intelligente, conforme aux contraintes physiques comme aux besoins techniques du cinéaste, légère, rationnelle, ergonomique. Et avec le fameux marquage en temps universel.

Destinée à modifier les conditions de travail de tous les usagers, elle présente, aussi, des perspectives commerciales bien plus prometteuses pour une entreprise en permanence au bord du dépôt de bilan… Aäton va travailler simultanément sur les deux idées, jusqu'à la mort accidentelle de Carson en 1974.
Mais le "chat sur l'épaule", qui a la préférence de Beauviala, progresse le plus vite, et séduit bientôt opérateurs, techniciens et acheteurs de la B.B.C., de la télé suédoise, puis de la S.F.P. et de la première chaîne : dès 1971, la première maquette de la caméra 16 millimètres, qui sera effectivement livrée en 1973, présente des qualités inconnues de maniabilité, de fiabilité et de précision.



Aäton semble alors promis à un bel avenir. Mais en 1974-1975, les lois qui dominent la société vont rattraper l'expérience doublement pilote de Beauviala, dans le domaine technique sur lequel il travaille et dans l'organisation différente de la production qu'il a tenté d'initier. La société grenobloise tangue dangereusement, mais ne coule pas. Mieux, les caméras qui sortent de ses ateliers sont désormais équipées d'une reprise vidéo permettant de suivre sur un écran ce que filme la caméra. Le procédé est déjà par lui-même riche de potentialités ; mais, pour le mettre au point, Beauviala s'est livré à des recherches de miniaturisation, qui lui ont permis d'inventer une autre caméra : une caméra vidéo celle-là, baptisée « la Paluche » et qui possède l'apparence et la maniabilité d'un micro au bout de son fil.

Jean-Pierre Beauviala finira par réaliser ce qui avait été son objectif de départ, le marquage en clair du temps sur la pellicule et sur la bande-son. En modifiant les conditions de tournage en équipe légère, et le montage, il permet à des équipes travaillant dans des conditions de reportage ou d'enquêtes de ne plus être obligées de suivre les normes élaborées pour le 35 millimètre en studio.

Un procès intenté par Arriflex entraînera, en février 1985, le dépôt de bilan d'Aaton, qui renaîtra néanmoins de ses cendres.
Voici ce que Jean-Pierre Beauviala précisait lui-même sur cette triste affaire :

« La caméra Aäton était très prisée dans les milieux du cinéma documentaire et auprès des grandes chaînes de télévision. Forts de cette réputation, nous pensions que notre avance technologique allait nous permettre de supplanter nos concurrents de façon définitive.
Côté Eclair, c’était la haine car Aäton grignotait leur marché 16 mm… Côté Arri c’était pire encore. Arnold et Richter (c’est le vrai nom de la firme allemande) nous accusait d’avoir copié le viseur pivotant de leur SR. Nous étions donc au début d’une guerre qui a duré sept ans et qui elle aussi s’est achevée par l’arrivée des américains. Pourtant, pas complètements idiots, nous avions proposé à Arri d’échanger notre marquage du temps contre contre leur brevet de rondelle à la graisse de haricot. Bêtement, je croyais que le monde entier allait se précipiter sur le marquage du temps.
Plus tard, le plus célèbre constructeur de caméras 35 mm, Panavision, achetait la license du « Film Data Track », c’est le nom que j’avais donné au code Aäton, à l’époque… Au début, les caméras étaient marquées « Panavision Film Data Track », mais maintenant on peut y lire « Panavision’s Aäton Code ».


 

5.thumb.jpg.6b584799ef166423c802983090a4

Mention "Aäton Code" sur une caméra Panavision


Plus tard, à la demande de Jean-Luc Godard, Jean-Pierre Beauviala et son équipe ont mis au point une caméra 35 mm, à peine plus grosse qu’une Super-8 et toute une série de 35, dont une 3-perfs (qui fait défiler la pellicule sur trois perforations au lieu de quatre, ce qui permet une économie substantielle, tout en supprimant la barre noire qui sépare les images avec le format panoramique).



6.thumb.jpg.c675fbffe90703ae4b3fcd6c93b1

Principe du 3-perfs


Le 16 mm étant pratiquement abandonné au profit du Super-16, Aäton a mis au point des modèles très perfectionnés adaptés à ce format, dont la caméra super-16 la plus légère du monde : la A-Minima.

 


7.thumb.jpg.7e9957a536bf2827d09484cf9550

La A-Minima


 

8.thumb.jpg.ee44d12fb094b30a2dab1085041d

La A-Minima sous un autre angle



En 2010, Beauviala propose de remplacer le magasin film de la caméra Penelope par un magasin numérique.


En 2012, il offre au septième art une caméra numérique révolutionnaire : La "Delta Penelope"


Une caméra numérique munie d'un capteur fixé sur un support flexible qui le décale d'un demi-pixel, de façon aléatoire, à chaque image (comme les grains d'halogénure d'argent d'un film).

Cette magnifique bécane est aussi munie d'un obturateur révolutionnaire et d'un viseur optique, grâce à un miroir porté par l'obturateur, comme dans la plupart des 35 mm et des super-16
.


9.thumb.jpg.ed124a63db4767565788713f4466

La Delta Penelope
 

 

Pour voir plus de détails :

 

http://www.afcinema.com/Aaton-devoile-la-camera-Delta-Penelope.html

 

 

 

 10.thumb.jpg.cf6035ed455082393a4c51ecb55

 

Jean-Pierre Beauviala présente la Delta Pénélope

 



Malheureusement cette caméra révolutionnaire ne sera jamais commercialisée car la société Aäton n’ayant pas pu honorer ses commandes (par la faute du fournisseur de capteurs) s’est trouvée dans l’obligation de déposer son bilan.

 

Lire aussi ceci :

 

http://www.slate.fr/story/74115/aaton-beauviala-reprise

 

 

 


Roger CANTO

 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Nabil Mechkal

dommage pour la "pénélope"!

c'est toujours comme ça quand on dépend d'autrui;

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Roger Canto

Tout n'est peut-être pas perdu puisque le tribunal de Grenoble a nommé Transvidéo comme repreneur, et que Jean-Pierre Beauviala reste Directeur scientifique, il ne va certainement pas abandonner son projet !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Nabil Mechkal

croisons les doigts!

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Roger Canto

Je crois que c'est inutile... Jean-Pierre ne laissera pas tomber !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Régis Prosper

Très bel exposé Roger.:bow:

Malheureusement, la partie caméra d'AAton n'a jamais fait l'objet de la reprise de Transvidéo. Cette activité a été purement liquidé, la reprise concerne uniquement l'activité audio.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Roger Canto

Alors plus aucun espoir de revoir un jour la Delta Pénélope sur le marché... C'est vraiment dommage parce que l'idée était vraiment géniale !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Contenu similaire

    • Quentin Bourdin
      Par Quentin Bourdin
      Bonjour à tous,
      Les étudiants de l'ENS Louis Lumière de la promotion Cinéma 2017 soutiennent leur mémoire du 19 au 23 Juin 2017.
      Ces soutenances étant publiques, tout le monde peut y assister. Il faut juste s'inscrire au préalable, en envoyant un mail à cette adresse : invitation@ens-louis-lumiere.fr
      Voici le planning et la liste des thèmes des différents mémoires :
       

    • Olivier Garouste
      Par Olivier Garouste
      Bonjour, 
      Quand je tourne avec la caméra Sony FS-5,
      en mode AVC, X-AVC ou AVC-HD, la caméra génère des noms de fichiers qui redeviennent identiques à chaque changement ou réinitialisation de carte SD. 
       
      Du coup, on se retrouve avec une multitude de fichiers qui ont le même nom, 
      puisqu’à chaque fois, la caméra commence à nommer le premier fichier par clip001 et ainsi de suite, 
      jusqu'à changement de carte. 
       
      Cette nomination est vraiment problématique en montage, et pour ranger les fichiers dans un même dossier
      on est obligé de faire des sous-dossier, et on ne peut pas déplacer les fichiers au risque de ne pas les reconnaitre !
       
      Je ne sais pas ce qu’il y a à faire, je ne sais pas si il y a un générateur de noms de fichier aléatoire (comme sur un appareil photo )
      car changer les noms de fichier manuellement sur l’ordinateur me semble infiniment long et surtout très risqué pour une reconnection fichier mxf et mxl.
       
      Je ne sais pas si vous partager ce même problème et d'ailleurs si c'est pour vous un problème !
       
      Merci de votre attention
    • Olivier Garouste
      Par Olivier Garouste
      Bonjour, 
      Quand je tourne avec la caméra Sony FS-5,
      en mode AVC, X-AVC ou AVC-HD, la caméra génère des noms de fichiers qui redeviennent identiques à chaque changement ou réinitialisation de carte SD. 
       
      Du coup, on se retrouve avec une multitude de fichiers qui ont le même nom, 
      puisqu’à chaque fois, la caméra commence à nommer le premier fichier par clip01 et ainsi de suite, 
      jusqu'à changement de carte. 
       
      Cette nomination est vraiment problématique en montage, et pour ranger les fichiers dans un même dossier
      on est obligé de faire des sous-dossier, et on ne peut pas déplacer les fichiers au risque de ne pas les reconnaitre !
       
      Je ne sais pas ce qu’il y a à faire, je ne sais pas si il y a un générateur de noms de fichier aléatoire (comme sur un appareil photo )
      car changer les noms de fichier manuellement sur l’ordinateur me semble infiniment long et surtout très risqué pour une reconnection fichier mxf et mxl.
       
      Je ne sais pas si vous partager ce même problème et d'ailleurs si c'est pour vous un problème !
       
      Merci de votre attention
    • Rishi Boodhoo
      Par Rishi Boodhoo
      Bonjour à tous, 
       
      Pour les besoins d'une prochaine fiction, le réalisateur souhaite faire des images avec des néons équipés de lampe noire ou ultraviolet.
      Avez-vous déjà eu cette expérience ? Comment réagi la caméra ? peut-on, tout de même avoir un "effet" UV avec des gélatines (Lesquelles ?).
      Bref, tout retour d'expérience pourrait enrichir ma réflexion sur ce sujet.
       
      Merci.
    • Kévin Gourvellec
      Par Kévin Gourvellec
      Salut,

      sur des temps morts j'ai commencé une liste exhaustive des optiques.
      ya des primes, des zooms en sphérique et en anamorphique dans les différents formats et avec les détails techniques.
      c'est sur le drive donc facile pour mettre à jour.
      si vous voyez des manques ou des erreurs, c'est bienvenu de me le dire.
      vous pouvez utiliser les data sheet comme bon vous semble (elle sert déjà à Pocket AC sur Android, super app en passant).
      c'est à la fois complètement inutile et assez pratique quand on cherche à comparer les derniers zooms ou des séries d'optiques en fonction d'un budget par exemple.
      voilà voilà.

      Lens - 16mm & Super 16mm Anamorphic Primes
      Lens - 16mm & Super 16mm Anamorphic Zooms
      Lens - 16mm & Super 16mm Spherical Primes
      Lens - 16mm & Super 16mm Spherical Zooms

      Lens - 35mm & Super 35mm Anamorphic Primes
      Lens - 35mm & Super 35mm Anamorphic Zooms
      Lens - 35mm & Super 35mm Spherical Primes
      Lens - 35mm & Super 35mm Spherical Zooms

      Lens - 65mm & 70mm Spherical Primes
      Lens - 65mm & 70mm Spherical Zoom

      Bonne journée,
×